COVIDinfo - Professionnels santé et réseau de soins

2. Vaccination contre le COVID-19

2.0 | Nouvelle campagne automne 2022

Selon la stratégie et les recommandations de vaccination élaborées par la Commission fédérale pour les vaccinations (CFV) et l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), une nouvelle vaccination à l’automne 2022 est recommandée en particulier pour les personnes vulnérables et, d’une manière générale, pour toutes les personnes à partir de 16 ans.

L'objectif est de réduire les formes sévères de la maladie et limiter la charge sur le système de santé durant la période froide où le virus circule plus.

Début de la campagne de vaccination
  • La nouvelle campagne de vaccination a débuté le 10 octobre, simultanément à l'entrée en vigueur des recommandations décrites ci-dessous

2.0.1 | Groupes cibles

  • La vaccination de rappel est recommandée en premier lieu aux personnes vulnérables, afin de les protéger contre une forme grave de la maladie.
  • En effet, les vaccins n’offrent qu’une protection limitée contre la transmission du virus (nouvelles infections), mais continue de très bien prévenir les complications de la maladie. L'efficacité du vaccin est cependant courte (quelques mois) et des rappels vaccinaux sont nécessaires pour les personnes à risque de développer des formes graves, particulièrement lors de pics épidémiques anticipés ou avérés.
  • Le degré de recommandation dépend donc du bénéfice attendu pour chaque personne. Le tableau ci-dessous précise ces recommandations :
     
Groupe cible

Degré de recommandation

Personnes vulnérables (PV)

  • les personnes de 65 ans et plus
  • les personnes de 16 à 64 ans présentant un risque individuel élevé en raison d'une maladie chronique figurant dans la liste des catégories de l'OFSP, d'une grossesse ou d'une trisomie 21
+++

Personnes de 16 ans à 64 ans en contact professionnel ou privé avec des PV

  • personnel de santé
  • personnes assurant la prise en charge de PV
++
Toutes les autres personnes de 16 à 64 ans (décision individuelle) (+)
Aucune vaccination de rappel n’est recommandée cet automne aux enfants de moins de 16 ans (non immunosupprimés) car les formes graves de la maladie sont extrêmement rares dans ce groupe.

 

2.0.2 | Nouveaux vaccins autorisés pour les rappels

  • Swissmedic a autorisé le 29.08.2022 le vaccin à ARNm bivalent Spikevax® de Moderna (souche Wuhan et BA.1) et le 10.10.2022 le vaccin à ARNm bivalent Comirnaty® de Pfizer/BioNTech (souche Wuhan et BA.1) pour les vaccinations de rappel à partir de 18 ans. 
  • Swissmedic étudie actuellement l'autorisation de mise sur le marché du vaccin à ARNm bivalent Comirnaty® de Pfizer/BioNTech (souche Wuhan et BA.1).
  • Swissmedic a autorisé le 2.09.2022 le vaccin à protéine Nuvaxovid® de Novavax pour la dose de rappel à partir de 18 ans.

 

2.0.3 | Vaccins recommandés pour le rappel et intervalle à respecter

  • Le rappel est recommandé, de manière homologue ou hétérologue, de préférence avec le vaccin à ARNm bivalent, ou, avec Nuvaxovid®(contre-indiqué pour les femmes enceintes). Les vaccins monovalents peuvent toutefois également être administrés pour les rappels (renouvellement du rappel off-label).
  • Le rappel doit être effectué au plus tôt quatre mois après l’administration de la dose précédente ou quatre mois après une infection au COVID-19. Ce délai est à respecter quel que soit le nombre de rappels déjà reçus.
    • Par exemple, une personne de 80 ans et plus qui a déjà reçu un 2e rappel cet été peut recevoir un nouveau rappel, au plus tôt quatre mois après la dernière dose.
    • Le délai minimal de quatre mois à respecter entre une infection et la vaccination se justifie par le fait que la protection contre des formes graves de la maladie persiste quelques mois après une réinfection.
  • La vaccination de rappel avec un vaccin bivalent chez les personnes de moins de 18 ans est actuellement off-label (devoir d'information).

 

2.0.4 | Schéma vaccinal des personnes non vaccinées (primovaccination)

  • D’une manière générale, aucune vaccination n’est recommandée à l’automne 2022 pour les enfants et les adolescents, quels que soient leur statut vaccinal et les infections antérieures. En juin 2022, plus de 90 % des adolescents et des enfants de plus de 5 ans avaient des anticorps contre le SARS-CoV-2, que cela soit par la vaccination, par une infection ou par la combinaison des deux.
    • Exception: pour les personnes non vaccinées dès l’âge de 5 ans avec une immunosuprression sévère et les enfants et adolescents de 5 à 15 ans souffrant de maladies chroniques (une dose recommandée), voir la recommandation de vaccination pour le COVID-19 à l’automne 2022.
  • Une seule dose de vaccin à ARNm est désormais également recommandée pour les personnes de 16 à 64 ans sans facteur de risque et encore jamais vaccinés (2 doses à 4 semaines d'intervalle restent possibles). Cette recommandation se base sur le fait que la majorité de la population a été infectée, même sans confirmation par un test.
    • La primo-vaccination devrait être effectuée avec le vaccin monovalent mais il est aussi possible de recourir au vaccin à ARNm bivalent (off-label).
    • Les personnes de moins de 30 ans devraient continuer à être vaccinées préférentiellement avec le vaccin Comirnaty® monovalent.
  • Deux doses de vaccin à ARNm restent recommandées pour les PV non vaccinées à ce jour, pour prévenir une forme grave de la maladie et en raison de la plus faible réponse immunitaire de ce groupe.

 

2.0.5 | Coût de la vaccination

  • Les vaccinations effectuées selon les recommandations de l’OFSP/CFV restent remboursées par la Confédération.

 

2.0.6 | Dispositif de vaccination

  • Sept sites sont actuellement ouverts pour la vaccination.
  • Des pharmacies et des cabinets médicaux étofferont l'offre de vaccination depuis le 10 octobre.
  • Toutes les informations sont régulièrement mises à jour et disponibles ici.

 

    2.0.7 | Inscription à la vaccination

    • Le vaccin Comirnaty® Bivalent de Pfizer est disponible dans plusieurs centres de vaccination. Pour le vaccin de rappel Pfizer Bivalent, l'inscription s'effectue en ligne comme pour les autres vaccins. A noter aussi que certains centres proposent la vaccination sans rendez-vous.
    • Le vaccin à ARNm bivalent* Spikevax® de Moderna est disponible quant à lui dans quelques centres de vaccination, de même que dans tous les cabinets médicaux et pharmacies prenant part au dispositif. Dans ce cas, pour le vaccin de rappel Moderna Bivalent, l'inscription s'effectue en ligne auprès du site sélectionné. 
    • Quant au vaccin Nuvaxovid® de Novavax, il est proposé uniquement aux HUG

     

     

    Documents actualisés

     

    2.1 | Types de vaccin 

    Vaccins contre le COVID-19
    Vaccins contre le COVID-19

    En Suisse, les vaccins actuellement autorisés sont les vaccins à ARNm de Pfizer/BioNTech et de Moderna, le vaccin vecteur de Janssen et, depuis le 13 avril 2022, le vaccin à protéine Nuvaxovid® de Novavax.

    2.1.1 | Vaccins à ARNm 

    Les vaccins à ARNm sont le premier choix, en raison des meilleures efficacité et sécurité vaccinales pour tous les groupes cibles.

    Mécanisme d'action des vaccins à ARNm

    Les vaccins à ARNm contiennent l'ARN messager (ARNm) produit en laboratoire, qui comporte le code pour la protéine Spike du virus SARS-CoV-2. Après la vaccination, la protéine Spike (antigène) est produite dans certaines cellules somatiques. Cela déclenche une réaction contre le SARS-CoV-2 dans le système immunitaire (anticorps et défense cellulaire). L’ARNm reste dans le cytoplasme, n’est pas transporté dans les noyaux cellulaires et ne peut donc pas agir sur le patrimoine génétique humain. L’ARNm et les protéines produites sont rapidement éliminés.

     

    2.1.2 | Vaccin Janssen®

    Le vaccin Janssen® offre une alternative valable pour les adultes dès 18 ans :

    • avec une contre-indication médicale confirmée aux vaccins à ARNm (réaction systémique / anaphylaxie connue aux composants vaccinaux (PEG, macrogol (Comirnaty®, Spikevax®), trométanol, TRIS (Spikevax®) ou anaphylaxie après une première dose de vaccin)
    • ou qui refusent les vaccins à ARNm

    Le vaccin Janssen® protège contre les formes graves et les hospitalisations dues au COVID-19. Il offre une très bonne protection contre les hospitalisations et les formes sévères (env. 85%).

    Mécanisme d'action des vaccins à vecteur viral

    L’information génétique (ADN) pour la protéine Spike du SARS-CoV-2 est intégrée dans l'ADN d'un adénovirus rendu inoffensif qui sert de vecteur. Une fois le vaccin administré, les vecteurs qu’il contient s’introduisent dans certaines cellules où l’antigène de l’agent infectieux est produit. La protéine nouvellement produite est présentée à la surface de la cellule et déclenche une réaction immunitaire (Ac neutralisants et réponse immunitaire cellulaire) contre la protéine Spike.  

     

    Schéma de vaccination

    Une dose unique

     

    2.1.3 | Vaccins à protéine 

    Le vaccin Nuvaxovid® permet d’élargir l’offre de vaccins contre le COVID-19 pour les adultes dès 18 ans. Il offre une alternative en cas de contre-indication médicale ou de refus du vaccin à ARNm, hormis pour les femmes enceintes ou allaitantes.

    Mécanisme d'action des vaccins à protéines

    Une protéine de l’agent pathogène, fabriquée et purifiée en laboratoire, est administrée. Pour renforcer la réponse immunitaire, un adjuvant est ajouté à la préparation. L’effet conjugué de l’adjuvant et de l’antigène provoque une réponse immunitaire sous forme d’anticorps neutralisants et de réaction immunitaire cellulaire contre l'antigène. Contrairement aux vaccins à ARNm et à vecteur, ce vaccin ne contient pas d’information génétique de l’agent pathogène.

    Dans le cas du Nuvaxovid®, la protéine Spike du SARS-CoV-2 glycosylée est fabriquée dans une culture de cellules d’insectes puis purifiée. Le vaccin n’utilisant qu’une seule protéine comme antigène, ce type de vaccin est également appelé vaccin sous-unitaire. L'adjuvant ajouté est le Matrix-M™, composée de saponine (extraite de l’arbre Quillaia saponaria ou «bois à écorce de savon»), de cholestérol et de phospholipides. 

    Schéma de vaccination

    2 doses à 28 jours d'intervalle (1 dose en cas d'infection confirmée à 28 jours d'intervalle).
     

    Disponibilité

    La livraison des vaccins a été annoncée pour le mois de juin, sans date de livraison confirmée à ce jour.

     

    2.1.4 | Effets indésirables 

    Vaccins à ARNm
    • Douleurs au point d’injection (>80%), la fatigue (>60%) et les maux de tête (>50%), douleurs musculaires ou articulaires et frissons (20-60%), fièvre et gonflement au point d’injection (env. 10%). 
    • Concernant Spikevax®, des nausées/vomissements (>20%), une lymphadénopathie (20%) et des rougeurs au point d’injection (10 %) ont en outre été fréquemment rapportés.           
    • Réactions anaphylactiques : dans de très rares cas (env. 1 pour 100'000 personnes vaccinées avec Comirnaty® et 0,25 pour 100 000 personnes ayant reçu Spikevax®). Dans 71% des cas, ces réactions sont intervenues dans les 15 minutes après l’injection et 81% des personnes concernées avaient déjà eu des réactions allergiques avérées (état fin janvier 2021). Une allergie aux composants d’un vaccin constitue une contre-indication.
    • Myocardite et péricardite : dans de très rares cas après la vaccination avec Spikevax® et Comirnaty®, un peu plus souvent avec Spikevax®(13 vs 6/100'000 doses de vaccination). Les cas sont généralement apparus dans les quatorze jours suivant l’injection, le plus souvent après la 2e dose et chez de jeunes hommes. L'évolution était bénigne dans la plupart des cas.

      Swissmedic, état au 3 mai 2022 : sur 15,75 millions de doses de vaccins administrées en Suisse, 407 suspicions de myocardites et/ou péricardites ont été rapportées et évaluées. 
       
      • Lien temporel établi
        • Dans 90 cas avec Comirnaty®
        • Dans 301 cas, avec Spikevax® 
        • Dans 12 cas, le vaccin était inconnu 
        • Dans 4 cas, avec Janssen.
           
      • 73% des personnes atteintes étaient des hommes, avec un âge moyen de 36,8 ans. Ces personnes ont reçu un traitement médical et la plupart se sont rétablies.

      • Sur la base des données actuelles, le vaccin Comirnaty® reste recommandé en priorité pour la vaccination des personnes de moins de 30 ans

    Vaccin Janssen®
    • fatigue, maux de tête, myalgies, réactions au point d’injection (30-50 %).
    • fièvre, nausées (10-20%).
    • syndrome thrombotique thrombocytopénique (STT): observé chez un très petit nombre de personnes après le vaccin, principalement chez des femmes de moins de 60 ans (selon le CDC: < 50 ans: 8 cas sur 1Mo ; ≥ 50 ans: 1 cas sur 1Mo).
      Le personnel médical doit être attentif aux symptômes de maladies. thromboemboliques et/ou de thrombocytopénie, et troubles de la coagulation. Les personnes vaccinées doivent être informées qu'elles doivent consulter un médecin si, dans les 3 semaines après la vaccination, des symptômes tels que maux de têtes sévères ou persistants, vision floue, confusion, altération de l’humeur, convulsions, essoufflement, douleurs à la poitrine, jambes enflées, douleurs aux jambes, douleurs abdominales persistantes ou ecchymoses inhabituelles et/ou pétéchies surviennent.
    • Syndrome de Guillain-Barré : de très rares cas ont été rapportés.
    Vaccin Nuvaxovid® 

    Le vaccin Nuvaxovid® est, de manière générale, bien toléré. Sur la base des différentes études disponibles, aucun EIV grave ou inattendu n’a été observé. Les réactions décrites sont :

    • sensibilité à la pression (75%), des douleurs (62%) au point d’injection, fatigue (53%), myalgie (51%), maux de tête (50%), 
    • malaises (41%), douleurs articulaires (24%), nausées/vomissements (15%). 

     

    2.1.5 | Déclaration des effets indésirables

    Les effets secondaires doivent être déclarés par les professionnels de la santé qui observent l'effet indésirable au moyen de l’outil en ligne ElViS (Electronic Vigilance System). 

    Le personnel médical est tenu de déclarer tous les effets indésirables graves ou jusque-là inconnus (hors réactions sans gravité mentionnées dans l’information professionnelle). Les réactions connues – bénignes et très fréquentes – incluent des douleurs et des gonflements au point d’injection, de la fatigue, des frissons, de la fièvre, des maux de tête ainsi que des douleurs musculaires et articulaires. 

     

     

    2.4 | Efficacité

    Les nouveaux vaccins bivalents à ARNm contiennent de l’ARNm du variant Wuhan et du sous-variant Omicron BA.1. Les anticorps générés correspondent donc mieux au sous-variant BA.5 qui circule actuellement que les vaccins monovalents à ARNm. Des études ont montré que le nombre d’anticorps neutralisants contre Omicron était plus élevé après une vaccination de rappel effectuée avec des vaccins bivalents qu’avec les premiers vaccins à ARNm. Les vaccins bivalents devraient donc conférer une protection légèrement plus élevée contre les infections symptomatiques modérées. Comme ces vaccins ciblent le variant BA.1,et pas spécifiquement le variant BA.5, la protection contre les infections symptomatiques légères ou modérées est toutefois limitée. A noter également que les vaccins ne protègent pratiquement pas contre la transmission de ce variant. Les résultats des études consacrées à la durée de protection ne sont pas encore connus. Selon l’état actuel des connaissances, les deux générations de vaccins à ARNm (mono- et bivalents) offrent toutes les deux une bonne protection contre les formes graves de la maladie.

    La réponse immunitaire provoquée par le vaccin Nuvaxovid® dépend moins fortement du variant que celle des vaccins monovalents à ARNm. La vaccination de rappel (homologue et hétérologue) effectuée avec le Nuvaxovid® a montré un bon taux d’anticorps neutralisants, y compris contre BA.5. Des résultats d’études relatives à la durée de protection au variant BA.5 ne sont pas encore connus.

     

    2.5 | Recommandations de vaccination 

     Recommandations de vaccination avec des vaccins à ARNm contre le COVID-19 (30.06.2022)

    Même si la majorité des personnes infectées ne développent que des symptômes légers, voire aucun symptôme, une partie des personnes malades développent une forme grave, en particulier les personnes vulnérables. Près de 15 % des patients hospitalisés nécessitent un traitement en soins intensifs. Environ 1 % des cas de COVID-19 connus dans la population décèdent.

    Les objectifs prioritaires de la vaccination sont les suivants :

    1. Diminution du fardeau de la maladie, notamment des formes graves et des cas mortels de COVID-19
    2. Maintien des capacités du système de santé
    3. Réduction des conséquences sanitaires, psychiques, sociales et économiques négatives de la pandémie de COVID-19.

    À l’automne 2022, la vaccination de rappel est recommandée aux groupes cibles suivants, avec une degré de recommandation variable selon le bénéfice attendu. Le degré de recommandation dépend du bénéfice individuel apporté par le rappel. Ce bénéfice est calculé en évaluant le risque de développer une forme grave de la maladie et la protection maximale attendue par la vaccination : 

      Groupe cible

      Degré de recommandation

      Personnes vulnérables (PV)

      • les personnes de 65 ans et plus
      • les personnes de 16 à 64 ans présentant un risque individuel élevé en raison d'une maladie chronique figurant dans la liste des catégories de l'OFSP, d'une grossesse ou d'une trisomie 21
      +++

      Personnes de 16 ans à 64 ans en contact professionnel ou privé avec des PV

      • personnel de santé
      • personnes assurant la prise en charge de PV
      ++
      Toutes les autres personnes de 16 à 64 ans (décision individuelle) (+)

      Des informations complémentaires sur les schémas de vaccination pour les recommandations spécifiques et les exceptions sont détaillés dans le tableau synoptique à l’annexe 1

      Les principaux documents actualisés de l'OFSP figurent ci-dessous:

      2.5.1 | Personnes avec une immunosuppression sévère 

      Les critères pour la définition des patients fortement immunosupprimés et les recommandations précises de vaccination sont détaillées dans le chapitre 6.1 du document de recommandations.

      Pour les personnes avec une immunosuppression sévère, l'utilisation de vaccins à ARNm monovalents est recommandée car il existe peu de données concernant l’utilisation d’un vaccin à ARNm bivalent ou du Nuvaxovid® dans ce groupe. Il est recommandé d'administrer la même dose que pour la primovaccination (Comirnaty® 30 µg, Spikevax® 100 µg) et de privilégier le Comirnaty® pour les personnes de moins de 30 ans. Une vaccination hétérologue est également possible.

      Schéma vaccinal recommandé pour les personnes avec une immunosuppression sévère :
      • Personnes vaccinées à partir de 12 ans : une vaccination de rappel.
      • Enfants vaccinés de 5-11 ans: pas de vaccination de rappel
      • Personnes non vaccinées à partir de 12 ans: primovaccination avec 3 doses d’un vaccin à ARNm monovalent (privilégier le Comirnaty® pour les moins de 30 ans) avec un intervalle minimal de 4 semaines entre chaque injection + vaccination de rappel. Une sérologie de contrôle est recommandée 4 semaines après la 3e dose pour transmettre des recommandations spécifiques aux personnes qui n'auraient pas répondu. Cette sérologie (sur ordonnance médicale) est prise en charge par la Confédération.
      • Enfants non vaccinés de 5-11 ans : 2 ou 3 doses d’un vaccin à ARNm monovalent (privilégier le Comirnaty® kids) avec un intervalle minimal de 4 semaines. Une sérologie est recommandée quatre semaines après l’injection de la 2e dose. Si le titre d’anticorps est clairement positif, une 3e dose de vaccin n’est pas nécessaire

      Procédure d'administration des vaccins (immunosupprimés) au CMU pour les médecins traitants

      • Envoyer toutes les demandes de 3e dose de vaccination à vaccination.CMU@hcuge.ch ET
      • Renseigner les données suivantes du patient dans le courriel :
        • Nom, prénom, date de naissance       
        • Numéro de téléphone
        • Adresse de résidence
        • Maladie ou type d’immunosuppression
        • Traitement
        • Lieu et date des doses 1 et 2
        • Type de vaccin.

       

      2.5.2 | Personnes de moins de 30 ans

      Il est recommandé d’utiliser de préférence le Comirnaty® pour la vaccination de ce groupe d’âge, sur la base des données de déclarations de myocardites consécutives à des vaccinations avec des vaccins à ARNm. 

      En cas de 1re dose de Spikevax®, il est recommandé d'effectuer les doses suivantes avec le Comirnaty®.

       

      2.5.3 | Femmes enceintes

      Il est recommandé à toutes les femmes enceintes de se faire vacciner contre le COVID-19 dès le 2e trimestre. Elles ont un risque significativement plus élevé de forme sévère du COVID-19, de séjour aux soins intensifs, d’intubation et de ventilation. De plus, le risque de naissance prématurée est accru. La vaccination COVID pendant la grossesse protège le bébé après la naissance. En effet, la protection continue après la naissance grâce au transfert d’anticorps maternels. La vaccination est aussi, en principe, possible au cours du 1er trimestre et peut être effectuée à la demande de la femme enceinte.

      La vaccination avec Nuvaxovid® n’est pas recommandée pour les femmes enceintes ou qui allaitent.

      Un renouvellement de la vaccination de rappel à l’automne 2022 est recommandé chez les femmes enceintes (groupe des PV), dès 4 mois  après l’administration de la dernière dose de vaccin ou une infection confirmée.

       

      2.5.4 | Enfants de moins de 16 ans 

      Aucune vaccination n’est recommandée à l’automne 2022 pour les enfants et adolescents de moins de 16 ans, quels que soient leur statut vaccinal et les infections antérieures. En effet, En juin 2022, plus de 90 % des adolescents et des enfants de plus de 5 ans avaient des anticorps contre le SARS-CoV-2, par la vaccination, par une infection ou par la combinaison des deux; par ailleurs, le risque de développer une forme grave du COVID-19 est très faible chez les enfants et les adolescents.

      Exception : enfants et adolescents de 5-15 ans non vaccinés avec des maladies chroniques : 1 dose d’un vaccin à ARNm, de préférence Comirnaty® (chez les enfants (5-11 ans) : dosage kids) ou Nuvaxovid® (à partir de 12 ans).

      Les enfants et les adolescents entre 5 et 15 ans (avec ou sans maladie chronique) encore non vaccinés et non infectés peuvent se faire vacciner sur demande des parents/détenteurs de l’autorité parentale. Le schéma vaccinal comprenant alors 2 doses de vaccin avec un intervalle de 4 semaines.

      Aucune vaccination n'a été autorisée et n’est recommandée pour les enfants de moins de 5 ans.

       

       

      2.6 | Contre-indications et allergies 

      Les contre-indications relatives à l’administration d’un vaccin d’un vaccin à ARNm sont détaillées dans l'Annexe 2 des recommandations de vaccination contre le COVID-19 pour l’automne 2022.

      Les recommandations pour la vaccination contre le COVID-19 des personnes atteintes de maladies allergiques (procédure selon les antécédents d’allergie) sont détaillées dans l'annexe 6  des recommandation de vaccination contre le COVID-19 pour l’automne 2022.

      2.6.1 | Les contre-indications aux vaccins à ARNm 

      Les contre-indications absolues ou relatives fondées sur une réaction allergique avant ou après la vaccination :

      • anaphylaxie grave (grade III-IV) d’origine incertaine ou encore non investiguée
      • anaphylaxie idiopathique
      • anaphylaxie/réaction générale à des composants du vaccin
      • sensibilisation connue ou probable de type immédiate:
        • au polyéthylène glycol (PEG, macrogol) (toutes les formulations de Comirnaty®, Spikevax®);
        • à la trométhamine (trométamol, TRIS) (Corminaty® ready-to-use et formulation pédiatrique, Spikevax®)
        • au polysorbate 80 (E 433) (COVID-19 Vaccine Janssen®, Vaxzevria®, Nuvaxovid®)
        • au saponines (Nuvaxovid®)
        • au Matrix-M (Nuvaxovid®)
      • anaphylaxie après la première dose de vaccin.

      Les contre-indications absolues ou relatives de type non allergique après l’administration de la première dose du vaccin :

      • myocardite ou péricardite

      Des informations supplémentaires sont disponibles dans les recommandations de vaccination avec des vaccins à ARNm contre le COVID-19 annexe 2.

      La vaccination des enfants de moins de cinq ans n’est pas autorisée pour l’instant.

       

      2.6.2 | Les contre-indications au vaccin Janssen®

      Les contre-indications au vaccin Janssen® incluent :

      • les femmes enceintes ou allaitantes
      • les personnes immunosupprimées, sauf contre-indication médicale aux vaccins à ARNm
      • une hypersensibilité immédiate connue ou probable au polysorbate 80 (E433);
      • des antécédents de syndrome d’hyperperméabilité capillaire (Capillary-Leak-Syndrom).Sensibilisation connue ou probable de type immédiat au polyéthylène glycol (PEG, macrogol) ou trométhamine (trométamol, TRIS)
      • Anaphylaxie après la première dose d’un vaccin ARNm (il n’existe aucune donnée concernant la sécurité et l’efficacité pour les personnes ayant reçu une dose d’un vaccin à ARNm et une dose du COVID-19 Vaccine Janssen®)
      • Anaphylaxie ou réaction allergique grave aux composants du vaccin.

       

      2.6.3 | Les contre-indications au vaccin Nuvaxovid®

      Les contre-indications au vaccin Nuvaxovid® incluent:

       

      2.6.4 | Allergies 

       Pour les allergies, consultez l'Annexe 6 des recommandations de vaccination contre le COVID-19 pour l’automne 2022.

      Recommandations pour la vaccination en cas de maladies allergiques

      Chez les personnes de 18 ans et plus ayant présenté une réaction allergique, confirmée par un spécialiste, à l’un des composant d’un vaccin à ARNm après la 1e dose, la vaccination peut, après concertation avec un spécialiste en allergologie et immunologie clinique, être complétée par une dose de vaccin Janssen® ou de vaccin Nuvaxovid® (minimum 28 jours après la 1re dose). Une évaluation individuelle du rapport bénéfice-risque est recommandée.

      Algorithme des HUG pour les patients avec un antécédent de réaction allergique généralisée est disponible sur ce lien.

      La version actualisée est présentée ci-dessous :

      Vaccination COVID en cas d'allergie connue
      Vaccination COVID en cas d'allergie connue

      2.9 | Administration d'autres vaccins

      Le vaccin contre la grippe, ou un autre vaccin, et celui contre le COVID-19 peuvent être administrés en même temps ou à n’importe quel intervalle

       

       

      Dernière mise à jour
      4 novembre 2022

      Cette page vous a-t-elle aidé ?