Variole du singe

3. Personnes à risque

Le risque pour la population générale reste bas. Néanmoins, les autorités sanitaires doivent être attentives et vigilantes face à une situation nouvelle et extraordinaire, où le nombre de cas augmente et les contaminations se produisent hors des zones endémiques et sans lien avec un retour de voyage.

Personnes les plus à risque d'être contaminées

Les personnes les plus exposées au virus sont les personnes qui ont des contacts étroits avec une personne contagieuse, par exemple :

  • Les partenaires sexuels d'une personne ayant des symptômes
  • Les personnes qui ont un contact peau à peau, ou peau à liquides corporels ou avec les vêtements, les draps, les serviettes d'une personne contagieuse
  • Le personnel de santé en contact étroit avec une personne infectée s'il ne porte pas d'équipement de protection approprié
  • Les personnes vivant sous le même toit qu'une personne infectée.

Personnes à risque de complications

La maladie est généralement bénigne. La plupart des malades se rétablissent en quelques semaines.

Selon les connaissances à disposition des flambées précédentes, les personnes qui risquent de développer une forme sévère de la maladie sont les:

  • femmes enceintes
  • enfants en bas âge
  • personnes âgées*
  • personnes avec un système immunitaire affaibli.

Les personnes nées avant 1972 ont été vaccinée contre la variole humaine, qui apporte une bonne protection contre la variole du singe (85%). Il est ainsi probable que ces personnes soient moins susceptibles de contracter la maladie, même si les données ne sont pas claires quant à l'immunité résiduelle au-delà de 50 ans. 

    Dernière mise à jour
    17 juin 2022

    Cette page vous a-t-elle aidé ?