Variole du singe

1. L'essentiel en bref

Sur recommandation de l'OMS fin 2022, le terme « mpox » est désormais utilisé comme synonyme de « variole du singe ».

 

Vous souhaitez plus d'informations sur les modes de transmission, les symptômes, les pratiques à risque, les démarches à suivre et les précautions à prendre en cas de test positif, ou des conseils suite à un contact avec une personne ayant reçu un diagnostic de mpox ou si vous avez des symptômes? 

 

Lire la fiche d'information ci-dessous.

Fiche d'information sur la variole du singe  - SMC 

 

Le mpox (orthopoxvirose simienne, anciennement variole du singe) est une maladie infectieuse, causée par un virus qui se transmet de l'animal à l'humain et d'humain à humain.

Le mpox circule dans certaines régions d'Afrique de l’Ouest et d'Afrique centrale depuis les années 1970 (régions endémiques). Jusqu'au mois de mai 2022, les cas précédemment rapportés sur d’autres continents étaient limités et toujours associés à une notion de voyage dans les zones touchées. 

Transmission
La transmission se fait principalement par contact direct – avec les lésions de la peau (plaques rouges ou boutons) ou les liquides corporels d'une personne malade – et par contacts indirects (draps, linges…). Une personne infectée par le virus qui n'a pas de symptôme peut aussi être contagieuse. En savoir plus

Pratiques à risque
Tout le monde peut attraper le mpox. Toutefois, il faut en général un contact étroit et prolongé pour transmettre le virus. On observe que la majorité des personnes contaminées ont une activité sexuelle avec un grand nombre de partenaires différents, nouveaux et/ou anonymes.  En savoir plus

Symptômes
Les personnes infectées présentent généralement des symptômes grippaux (fièvre, ganglions enflés) et des lésions de la peau (plaques rouges ou boutons). En savoir plus

Personnes à risque de complications
Femmes enceintes, enfants en bas âge, personnes âgées, personnes avec un système immunitaire affaibli. En savoir plus

Consignes en cas de symptômes
Contactez un médecin ou un centre de santé au plus vite et suivez leurs instructions. Vous pourriez être malade et contagieux : évitez de transmettre la maladie à d'autres personnes. En savoir plus

Consignes en cas de test positif
Vous devez éviter de transmettre la maladie à d'autres personnes. Le service du médecin cantonal vous contactera : selon vos symptômes et la localisation de vos lésions et après évaluation des risques, des recommandations adaptées et spécifiques vous seront transmises, à appliquer durant toute la période de contagiosité. En savoir plus 

Prévention
Evitez les pratiques à risque (multiplication des partenaires sexuels nouveaux et/ou anonymes). En savoir plus

Traitement
La plupart des infections guérissent spontanément, il n'y a donc en général pas besoin de traitement spécifique et des médicaments contre la fièvre et les douleurs suffisent si besoin. En savoir plus

Vaccination
La vaccination contre le mpox a débuté à Genève le mardi 15 novembre 2022 avec le vaccin Jynneos, dans une collaboration entre la DGS, les HUG et les milieux associatifs. Deux doses sous-cutanées sont proposées à 28 jours d'intervalle, à moins de situations particulières (1re vaccination effectuée ailleurs, antécédent de vaccination contre la variole humaine par exemple). En savoir plus

Situation (décembre 2022)
En Suisse, le premier cas de mpox a été détecté à Berne, le 21 mai 2022. Au 12 décembre, 551 cas étaient confirmés en laboratoire sur le sol suisse.

A Genève, il y a 77 cas recensés le 13 décembre.

Consultez aussi les données de l'OFSP.
 

Le mpox du singe est une maladie habituellement bénigne mais pas anodine. La maladie est dite bénigne parce que, dans le cadre de cette flambée, la plupart des malades se rétablissent en quelques semaines, sans traitement spécifique et sans hospitalisation. Elle n'est toutefois pas anodine parce que des personnes plus vulnérables peuvent développer une forme grave de la maladie, et parce que les personnes infectées peuvent éprouver des douleurs très importantes au niveau des lésions.

Si la situation n'est pas alarmante, elle nécessite d'être suivie de près pour limiter la diffusion dans la population.

 

Voir aussi 

Pages mises à jour régulièrement selon les connaissances de la recherche scientifique.
Dernière mise à jour
27 janvier 2023

Cette page vous a-t-elle aidé ?