COVID-19: l’OAC assure et développe ses prestations

L’office des autorisations de construire a réussi à maintenir un maximum de ses prestations depuis le début de la pandémie.
Chantier

Dans le cadre des mesures de protection publiques et internes adoptées par le Conseil d’Etat de Genève dans le cadre de la pandémie COVID-19, l’office des autorisations de construire a réussi à maintenir un maximum de ses prestations tout en développant ses engagements pour le contrôle des chantiers.

Cette tendance se renforce au moment d’une reprise progressive des activités économiques et des acteurs publics.

Autorisations de construire numériques et réouverture du guichet de l’OAC

Le traitement 100% numérique des autorisations de construire par procédure accélérée (APA) depuis 2018 ainsi que des ouvertures de chantiers a permis de maintenir ces prestations publiques par e-démarche sans interruption depuis le début de la crise.

Pour les autres types d’autorisations de construire, qui seront numérisées à partir de l’année prochaine, le travail aux bureaux de l’office reste pour l’instant indispensable.

Dans un premier temps ce sont les dossiers papier qui avaient été déposés avant le confinement qui ont pu être traités et ces autorisations de construire délivrées. L’OAC a ensuite réouvert le lundi 20  avril 2019 son guichet pour les dépôts de nouveaux dossiers, en mettant en place des mesures permettant de respecter les consignes de santé publique en vigueur. 

Quant aux activités de conseil ou d’examen, elles continuent à se dérouler principalement par e-mail afin de réduire les risques pour les collaborateurs et le public.

Renforcement des présences sur le terrain

Tout à l’opposé, c’est par une présence renforcée sur le terrain que l’OAC répond aux urgences du COVID-19. Ainsi, les inspecteurs de la police du feu ont permis l’ouverture en toute sécurité de lieux d’hébergement, etc. temporaires, comme à la caserne des Vernets.

De même, l’OAC, soutenu par des volontaires d’autres offices du département du territoire, se mobilise actuellement pour aider l’OCIRT dans sa tâche de contrôle du respect des prescriptions du SECO sur les chantiers du canton.

« Ces adaptations à la situation d’urgence actuelle démontrent l’importance des outils numériques, mais plus encore de la mobilisation et de la flexibilité des collaboratrices et collaborateurs sans qui tout serait à l’arrêt », rappelle Saskia Dufresne, directrice générale de l’OAC.

Partagez cette page