Accueillir un chiot

2. Avant d'acquérir un chiot: connaître les risques

Commerces et trafics illégaux de chiots

En 2018, sur 50'000 chiens adoptés, 26'000 avaient une provenance hors Suisse et un certain nombre était issu du commerce illégal.

Pour certaines races (bouledogues français, bichons maltais, spitz nains / poméraniens, chihuahuas, terriers Jack Russell, yorkshire terriers, etc.), l'offre genevoise et helvétique est inférieure à la demande. Pour des raisons de délais ou de prix, on peut se tourner vers l’étranger pour acheter un chien en recourant aux offres trouvées sur internet. Si elle est légitime, cette démarche présente des risques. Un acquéreur pourrait favoriser des trafics illégaux et se retrouver impliqué à ses dépens dans des processus d’importations illégales.

Importations de chiens en Suisse : consulter les données statistiques identitas

Obligation de se renseigner
C’est au futur acquéreur qu’il incombe de prendre toutes les mesures nécessaires pour ne pas devenir lui-même une victime et un acteur malgré lui d'un trafic illégal .

 

Attention sur internet

Derrière les milliers d'annonces sur internet se cache parfois un trafic de chiots, avec des filières d’élevage de commerce et d’importations illégales dont les ramifications s’étendent dans toute l'Europe. Ces filières sont bien organisées pour tromper le futur acquéreur et endormir sa vigilance en lui proposant de multiples avantages (pas de délais d’attente, coût moindre, livraison « sur le pas de la porte », etc.).

Les intermédiaires font passer leurs chiots pour des chiots issus d’élevages helvétiques, parfois avec la complicité de vétérinaires étrangers (puces, carnets de vaccination etc.). Le contrôle des autorités est quasi impossible.

Parfois, si la livraison de l’animal se fait dans un pays voisin, le nouveau propriétaire s’expose à des poursuites financières et à la confiscation de l’animal lorsqu’il souhaite l’importer en Suisse.

Il faut être vigilant lors d'un achat "online". De nombreuses annonces proposent des solutions rapides livrées "clé en main" alors que l'acquisition d'un chiot est un processus qui demande du temps.

Campagne 2020 SGPA (M&C Saatchi 'Sur internet vous ne connaissez pas leur histoire : Stop au trafic')

    Saatchi Campagne SPA

Rappel des risques liés au trafic de chiots

1. Troubles du comportement ou problèmes de santé suite à des mauvais traitements ou un sevrage précoce

Elevés dans de véritables usines à reproduction, souvent au mépris des risques de consanguinité, victimes de mauvais traitements, souvent sevrés trop tôt et transportés dans de mauvaises conditions, les chiots peuvent développer des troubles du comportement ou des problèmes de santé (ex. maladies métaboliques ou dysplasies). Ces troubles ne sont pas forcément visibles au moment de l’acquisition mais se développent plus tard. Certaines races pourraient en souffrir toute leur vie ou être euthanasiés.

2. Situation de non-conformité avec la loi

En important un chiot en Suisse, l’acquéreur endosse toutes les responsabilités pénales et financières liées à une importation illégale.

3. Risques sanitaires (rage ; parasites ; épizootie, etc.)

Un animal importé illégalement en Suisse présente un risque de santé publique. Il arrive que les autorités n’aient d’autre choix que de faire euthanasier un animal, notamment pour éviter le retour de la rage.

 

Acquisition 'on line' : se prémunir contre les risques

Il est fortement recommandé d'aller sur place pour rencontrer l’éleveur ou la famille de naissance.

Dans tous les cas, il faut poser des questions aux intermédiaires et veiller à ce que sur le site internet indique le nom/prénom, adresse complète de l’élevage, le pays de provenance du chien et son pays d'élevage.

Pour être en conformité et pour ne pas risquer de violer la loi, il faut bien connaître les situations à risques et veiller à être attentif aux éléments suivants :

  • Se renseigner sur les écarts possibles entre la règlementation du pays d’origine et la règlementation à Genève (par ex. en matière de vaccination).
  • Adresses fictives, élevage fictif, faux noms, fausses puces d’identification…
  • Reconnaître les puces d'identification en évitant les numéros commençant par ‘900’ qui ne permettent pas d’identifier le pays d’origine de l’animal (par ex: 250 = code chiens français / 756 = code suisse / 276 = code allemand)

 

Documents/ Liens à consulter
Pour un accès optimal aux sites proposés, il est conseillé de choisir un navigateur à jour.

PSA - Check-liste avant de prendre un animal

PSA - Check-liste annonces internet : à quoi veiller?

PSA - Check-liste présence internet pour vente d’animaux

PSA - Détention de chiens

OSAV - Ouvrez l’œil avant d’acheter un chien

OSAV - Détenir un chien

 

Dernière modification
29 mars 2021
Vos questions ou remarques nous aideront à améliorer le site.