20 ans de renaturation des cours d'eau et des rives à Genève

Suivez en images une vingtaine d'années de travaux qui reconstituent un milieu favorable au développement de la biodiversité dans les cours d'eau genevois.

Endigués, canalisés, enterrés, asphyxiés par la pollution et le manque d’eau, les cours d’eau du canton de Genève ont été mis à mal jusqu'aux années 1990 avec des conséquences regrettables pour la qualité des eaux ainsi que pour la faune et la flore aquatiques.

En avril 1997, le parlement adopte une modification de la loi cantonale sur les Eaux (LEaux-GE) qui introduit sept nouveaux articles relatifs à la renaturation des cours d’eau. Le but de la renaturation, qui est de protéger et de reconstituer les cours d’eau et leur paysage en favorisant la biodiversité de ces éléments dans la perspective du développement durable, est dorénavant précisé dans la loi. L'Etat de Genève établit un programme de renaturation des cours d’eau avec un ordre de priorités déterminé en fonction de la biodiversité potentielle des milieux concernés et des aspects liés à l’hydrologie :

  • la maîtrise des risques d’inondation et la gestion des crues
  • la garantie pour nos cours d’eau de bénéficier des débits minimaux pour assurer sa capacité de milieu biologique,notamment grâce au partage durable de la ressource eau
  • la qualité des milieux et des rejets liés à l’usage de l’eau
  • la mise en valeur paysagère, la gestion et l’accueil du public
  • l’entretien et la gestion courante des rivières et de la végétation des rives
  • la gestion des eaux pluviales, notamment en milieu urbain
  • la sensibilisation et la communication en faveur des milieux aquatiques
  • l’entretien et la gestion des équipements d’assainissement des eaux
  • l’intégration des objectifs de la renaturation des cours d’eau dans le plan climat cantonal, etc.

Parallèlement, un fonds cantonal de renaturation est créé. Il est alimenté essentiellement par les redevances hydrauliques dont s’acquittent les SIG (Services Industriels de Genève) et la Société des Forces Motrices de Chancy-Pougny pour turbiner l’eau du Rhône, par les taxes de pompages perçues par l’Etat, par les subventions allouées par la Confédération et par des dons de tiers (Genève et la philanthropie).

Un livre et des films

Aujourd'hui, vous pouvez apprécier ces réalisations au travers d'un livre et de films qui tracent le résultat de ces 20 années de travail.

 

 

En complément