Conduite bruyante: Genève teste un radar acoustique inédit en ville

Type de publication:
Date de publication:
9 juin 2020
Publié dans:
Accélérations brusques, vrombissements inutiles, pots d'échappement modifiés: le bruit de la circulation peut être fortement augmenté lorsque certains conducteurs indélicats ne respectent pas le voisinage. Afin d'agir à l'encontre de ces excès sonores évitables, le Canton de Genève, en collaboration avec la section genevoise du TCS, teste en situation réelle un radar acoustique. Cette expérience déployée en ville est une première en Suisse. Elle doit permettre de développer des appareils adaptés aux réalités sonores du contexte urbain. Comme les radars de vitesse, ils visent à repérer les excès en analysant le bruit des usagers de la route. Destiné dans un premier temps à la sensibilisation, ce type de radars contribuant à la qualité de vie des habitants pourrait être mis à la disposition des collectivités publiques à l'avenir.

Depuis ce lundi, à l'avenue Wendt, l'écran d'un radar affiche un « Merci » pour les usagers de la route dont la conduite ne provoque pas d'excès de bruit. Dans le cas contraire, un message avertit le conducteur que son comportement n'est pas adapté. Cette opération s'inscrit dans le cadre d'une action inédite menée conjointement par le Canton de Genève et la section genevoise du TCS: le test d'un radar acoustique en ville. Ce type d'appareil permet en effet de détecter un véhicule occasionnant un pic sonore dans son environnement. De précédents essais réalisés l'été dernier sous l'égide de la Confédération ont démontré l'efficacité de cette technologie sur des routes de campagne. L'expérience genevoise permettra de la mettre à l'épreuve également dans le cadre plus bruyant d'un contexte urbain.

 

Excès de bruit: le comportement est déterminant

Cette première en Suisse s'inscrit dans la volonté des autorités genevoises d'agir à l'encontre de ces excès sonores évitables sur les routes. En effet, les mois écoulés ont illustré combien une tranquillité accrue peut avoir un effet bénéfique sur la qualité de notre cadre de vie. Or, le comportement irrespectueux de quelques-uns peut avoir un effet indésirable totalement disproportionné. Ainsi, le pot d'échappement d'une moto ne respectant pas les normes dépasse facilement le vacarme d'un camion. En outre, une conduite trop nerveuse fait autant de bruit que le trafic généré par 20 voitures qui rouleraient simultanément en ville, même lorsque le pot d'échappement est aux normes. Cet écart sonore est encore plus frappant sur un tronçon routier au bénéfice d'un revêtement phonoabsorbant, aujourd'hui largement employé sur les axes bruyants mais totalement inefficace à l'égard des pétarades des pots d'échappement ou des vrombissements inutiles. Ce constat révèle combien le comportement de l'utilisateur d'un véhicule peut être déterminant pour diminuer les nuisances sonores du trafic. Une étude menée l’an dernier par le TCS démontre que les bruits excessifs peuvent être évités avant tout par un style de conduite adapté. Parmi les pratiques à proscrire, une conduite nerveuse, avec des accélérations et des freinages marqués ou l'emploi d'un autoradio à plein volume sont sans doute les tapages les plus faciles à éviter.

 

Un nouveau radar pour la qualité de vie des habitants

C'est notamment ces comportements qui pourront être identifiés par le radar du bruit installé à Genève. Celui-ci restera en fonction pendant 2 semaines. Il permettra ainsi de signaler les excès de bruit mais aussi d'analyser plus généralement les comportements des usagers de la route afin d'affiner la technologie utilisée dans le contexte urbain. Car cette expérience pilote innovante pourrait donner lieu à une utilisation plus large dans un proche avenir. En effet, destiné dans un premier temps à la sensibilisation, ce type de radars contribuant à la qualité de vie des habitants pourrait être à terme mis à la disposition des collectivités publiques.

 

Réduire efficacement le bruit routier

Pour lutter efficacement contre le bruit routier, en plus des mesures mises en place par les pouvoirs publics en matière d'assainissement, les bons réflexes des usagers peuvent faire toute la différence. Chacun peut contribuer à réduire le bruit routier, notamment en évitant les comportements qui génèrent inutilement des nuisances sonores et peuvent être punissables.

  • Adopter une conduite souple et sans accélérations délibérées et excessives.
  • Renoncer à toute modification technique non conforme de son véhicule (par ex. pot d’échappement, admission d’air) et veiller à son entretien.
  • Ne jamais enclencher sur un véhicule le "mode sport", qui ouvre les clapets du système d'échappement – une pratique interdite et sans bénéfice notable pour la conduite.
  • Ne pas faire tourner et chauffer inutilement le moteur d’un véhicule à l’arrêt ou faire tourner à vide le moteur à un régime élevé.
  • Limiter le volume de son autoradio, en particulier la nuit.

Mais aussi…

 


Démonstration sur le terrain pour les représentants des médias

Les membres de la presse qui souhaiteraient réaliser des images ou poser des questions relatives au projet sont cordialement invités à venir assister à une démonstration sur le terrain qui aura lieu:

mardi 9 juin 2020 entre 15h00 et 15h30, à la hauteur du 23 de l'Avenue Wendt, 1203 Genève

en présence des acteurs du projet. Ces derniers seront à cette occasion à la disposition des représentants des médias pour expliquer le fonctionnement de ce radar innovant et ainsi que ses enjeux.


 

 

Pour toute information complémentaire:

  • Philippe Royer, directeur du service de l'air, du bruit et des rayonnements non ionisants, DT, philippe.royer@etat.ge.ch  T. 022 388 80 41.    
  • M. Yves Gerber, directeur TCS Genève, T. 079 249 64 83.