2. Nos voisins les animaux sauvages

Certains animaux qui peuplent notre territoire vivent aussi bien en campagne qu'en zone urbaine. Leur présence est la plupart du temps fort agréable mais parfois, leur passage ou leur installation proche des habitations peut occasionner quelques déagréments. Comment appréhender leur venue ?

D'une manière générale :

Ne nourrissez jamais les animaux sauvages ! C'est ce qui les attire.

Ne cherchez pas à entrer en contact avec un animal sauvage.

Ne le touchez pas s'il est mort !

#chauve-souris / #chenilles processionnaires / #corvidés / #escargots / #fouines / #hérissons / #insectes indésirables / #pigeons / #rats / #renards / #sangliers

 

Chauve-souris

Les chauves-souris sont des animaux protégés. Pour des conseils, contactez le Centre de coordination ouest pour l'étude et la protection des chauves-souris, Suisse.

 

Chenilles processionnaires

C'est un ravageur du chêne, connu comme l'un des principaux insectes défoliateurs des chênes européens, ainsi que pour ses longues processions de chenilles urticantes. Leurs micro-poils peuvent occasionner des allergies graves chez l'homme et les animaux.

Contactez un paysagiste pour intervenir de manière professionnelle sur le nid et l'éliminer convenablement.

 

Corvidés: la corneille noire et le corbeau freux

Deux espèces de grands oiseaux noirs sont présentes en ville et sont souvent confondues :

Nuisance sonores

  • Les corbeaux freux ne viennent en ville que pour nicher sur les grands arbres proches des immeubles (platanes, frênes, pins), probablement parce qu'ils s'y sentent plus en sécurité. Ils trouvent toute leur nourriture en campagne et on ne les voit quasiment jamais au sol en ville. Les colonies de nidification, qui peuvent abriter plusieurs dizaines de nids, peuvent être bruyantes par moment (surtout à l'aube et au crépuscule), de février à début juillet. Dans certains cas, l'accumulation de fientes peut aussi être un problème.
     
    • A l'heure actuelle, il n'y a pas de solutions éprouvées pour gérer ces nuisances. La nidification des oiseaux fait l'objet d'importantes protections légales au niveau fédéral et cantonal et les essais de déplacement des colonies les plus dérangeantes ont donnée des résultats insatisfaisants, les oiseaux recolonisant rapidement d'autres arbres aux alentours, avec souvent une dispersion, voire une multiplication des nuisances. Les autorités examinent chaque cas problématique signalé et recherchent la meilleure manière d'organiser la cohabitation avec cette espèce. Elles collaborent à ce sujet avec les autres villes suisses confrontées à ce problème ainsi qu'avec les associations de protection des oiseaux.
      (Pour en savoir plus sur les corbeaux freux )

 

Oiseaux pouvant sembler menaçants

  • Les corneilles recherchent activement leur nourriture en ville, parcourent les gazons, fouillent les poubelles, n'hésitant pas à répandre leur contenu, et peuvent chasser de petites proies, voire des pigeons malades ou affaiblis. Elles tirent parti de la nourriture distribuée par les gens mal informés, agissant en infraction avec la loi. Localement, certaines corneilles régulièrement nourries deviennent alors trop familières et entreprenantes, voire importunes.
     
    • Pour limiter leurs concentrations et les nuisances qui en résultent, la seule mesure efficace consiste à limiter leur accès à la nourriture, en évitant  le nourrissage de pigeons (faire un renvoi au chapitre pigeon ci-dessous).
       
  • En mai-juin, les poussins de corneilles quittent souvent leur nid avant de savoir bien voler, ce qui les rend très vulnérables. Comme les parents sont très protecteurs, il arrive occasionnellement qu'ils se montrent menaçants envers des passants qui s'approchent trop – parfois sans le savoir -de leur progéniture (souvent tapie sous un buisson). Ce phénomène dû à l'instinct maternel ne dure que quelques jours et il suffit de s'éloigner et de contourner le site concerné.Saisir le contenu

 

A savoir

  • La corneille noire et le corbeau freux, en tant qu'oiseaux sauvages chassables au sens de la loi fédérale sur la chasse et la protection des oiseaux et des mammifères, sont au bénéfice d'une période de protection stricte durant la saison de nidification (du 16 février au 31 juillet, OChP art3bis, alinéa 2c).
     
  • La chasse est interdite à Genève depuis 1974. Il n'y a pas de régulation par le tir des populations de corvidés à Genève, compte tenu du manque d'efficacité d'une telle mesure. Le tir des corvidés est réservé à des cas particulier, notamment dans le cadre de la protection des cultures (effarouchement).
     
  • Au niveau cantonal, la population des corneilles parait relativement stable depuis des décennies. Elle est de l'ordre de 2000 couples nicheurs. En revanche, la population des corbeaux freux, arrivés bien plus récemment, est encore en phase de croissance, avec environ 500 couples nicheurs dénombrés en 2018, répartis en une trentaine de colonies. C'est pourquoi, le corbeau freux fait l'objet d'un suivi détaillé par les ornithologues du Groupement ornithologique du bassin genevois (GOBG). Pour en savoir plus
     
  • N'hésitez pas à signaler vos observations de colonies de corbeaux freux sur le site  www.faunegeneve.ch 

 

 

Escargots

Ramasser des escargots est interdit toute l'année et sur tout le territoire genevois.

  • Loi sur la faune (M 5 05)

 

Fouines

Les fouines sont des animaux protégés. Afin d'éviter qu'elles ne s'installent pour nicher d'avril à juillet dans votre habitation, supprimez les ouvertures, les trous et les accès extérieurs vers le toit. S'il y a des petits, il faut être patient et entreprendre ces travaux après qu'ils soient partis. Pour les véhicules, utilisez des répulsifs ou adressez-vous à un garagiste qui trouvera des solutions adaptées.

 

Hérissons

Toutes les informations sur  S.O.S hérissons

 

Insectes indésirables

Pour débarrasser un nid de frelons, de guêpes, des puces ou des cafards, contactez une entreprise spécialisée dans la désinfection de maison.
Pour reconnaître le frelon commun et le frelon asiatique.

 

Pigeons

Les dégâts sur les bâtiments et les cours publiques que peuvent causer les pigeons, ainsi que le dérangement occasionnés par leurs roucoulements sont des problèmes récurrents en ville et pour lesquels il n'y a pas de solutions faciles.

Limiter son impact

L'analyse globale montre que la population globale de pigeon dépend essentiellement de la nourriture disponible et que l'importance des nuisances dépend beaucoup des conditions locales. Les mesures de régulation (tirs, destruction de nids, graines aux hormones) appliquées ponctuellement sont très rapidement compensées par un accroissement des naissances et de la survie juvénile.

Il est possible de limiter sont impact en évitant de les nourrir et en appliquant des mesures de prévention techniques, tels que des grillages, des pics, des fils ou des peignes.

Faites appel à une entreprise spécialisée dans la dératisation et la prévention aviaire.

Enfin, le nourrissage massif des pigeons par des personnes malavisées doit être découragé dans la mesure du possible. Pour rappel, le règlement sur la salubrité et la tranquillité publiques, E 4 05.03, art. 9, interdit de "…déposer sur le domaine public de la nourriture destinée aux animaux de quelque espèce, notamment les oiseaux". Son application est du ressort des polices municipales.

 

Rats

Le rat surmulot est une espèce exotique d'origine asiatique qui a colonisé notre région au XIXème et au XXème siècle, où elle s'est parfaitement adaptée à toute sorte d'habitat aquatique, y-compris les canalisations d'eau claire et usées, et la plupart des cours d'eau.

Ce qui l'attire en surface

Il vit en grande partie sous terre et passe inaperçu. Il est cependant attiré en surface par la nourriture. On peut éviter les concentrations de rats en limitant leur accès aux sources de nourritures (déchets de pic-nics, poubelles accessibles, nourriture déposées pour les pigeons).

Pour cette espèce, la destruction est autorisée par l'article 5 du règlement d'application de la loi cantonale sur la Faune. L'office n'intervient pas.

L'utilisation de poison est une menace non seulement pour la petite faune indigène, mais aussi pour les carnivores (oiseaux et mammifères, y-compris chat et chien) qui mangeraient un animal empoisonné.  Elle ne doit pas être pratiquée en milieu naturel et ne peut se justifier que dans les sites urbains très fréquentés par le public,  une fois que toutes les mesures de limitation de l'accès à la  nourriture ont été prises. La décision d'employer du poison est de la responsabilité du propriétaire ou des gestionnaires des biens-fonds concernés (régies, communes, canton pour le domaine public Etat). La mise en oeuvre doit impérativement être faite par des professionnels pour éviter les risques d'accidents.

 

Renards

Pour tout savoir, consultez le site : Des renards dans nos villes / Vivre avec un animal sauvage

Le Renard roux (Vulpes vulpes) est l'un des plus gros carnivore sauvage présent dans le canton de Genève. Malgré des épidémies de rage et de gale, il a su s'adapter à l'évolution de son milieu naturel et il est encore bien présent en campagne. Depuis la fin du XXème siècle, il colonise régulièrement les villes. D'une facon générale la population  genevoise de renard se régule d'elle-même et des interventions sont rarement nécessaires.

Dans mon jardin

Les renards sont très agiles et pénètrent facilement dans une propriété: ils peuvent creuser sous les clôtures, grimper et sauter très haut. Afin d'éviter qu'ils ne soient attirés dans votre jardin, éliminez ou rendez inaccessibles toutes les sources de nourriture (restes alimentaires, compost, poubelles, nourriture des animaux de compagnie, etc.) ainsi que les objets pouvant être utilisés comme jouet (jouets d'enfants, chaussures, etc.). Si un renard a creusé un terrier, vérifiez qu'il est inoccupé et rebouchez-le dès que possible.

Lors de la période de reproduction (de mars à juin) les femelles peuvent installer leur portée dans des terriers creusés dans le jardin. La meilleure solution est alors d'attendre que la famille déménage d'elle-même. Il ne faut en aucun cas reboucher le terrier! Vous pouvez aussi tenter de déranger régulièrement la famille afin qu'elle déménage plus rapidement.

Les renardeaux

Les renardeaux sont sevrés et peuvent partir en excursion autour de leur tanière seulement 5 à 7 semaines après leur naissance. Observer un renardeau seul est peut-être juste signe qu'il découvre son territoire et sa mère n'est sans doute pas très loin. De plus, après 3 à 4 mois, ils deviennent totalement indépendants et peuvent quitter le territoire familial à la recherche d'un territoire propre. Il ne faut donc pas forcément intervenir lorsque des jeunes seuls sont aperçus.

Un renard malade

La rage a disparu chez les renards suite, en particulier, à une grande campagne de vaccination. Malgré cela, ils sont encore régulièrement touchés par la gale. Cette maladie de la peau se manifeste par des démangeaisons, la perte des poils, la formation de croûtes et un amaigrissement. Signalez-le à l'office.

Risques pour l'homme

Les renards étant plutôt craintifs et non agressifs, ils évitent d'entrer en contact avec l'homme. Toutefois, un comportement anormal (animaux peu farouches, agressifs, etc.) doit être signalé.
Les renards sont vecteur de l'échinococcose, maladie du foie due à un ver parasite et peut affecter l'homme. Il est donc primordial de nettoyer soigneusement les fruits et légumes ramassés au sol avant de les consommer. Retirez à l'aide d'un sac plastique les crottes de renard trouvées dans votre jardin (cette maladie est présente dans les crottes, mais non dans l'urine).

Risques pour un animal de compagnie

Les renards ne représentent pas de danger pour les chiens et les chats adultes, qui peuvent se défendre d'eux-mêmes. Un petit animal de compagnie, chaton, lapin, cobayes, etc. peut facilement être capturé.

Les renards peuvent, tout comme les chats, être victimes d'échinococcose, vermifugez-les. Les chiens peuvent contracter la gale: ne laissez pas votre chien pénétrer dans un terrier ou entrer en contact avec un renard, même mort.

 

Sangliers

Rarissime à l'époque de l'interdiction de la chasse dans tout le bassin genevois, le sanglier a connu à la fin du 20ème siècle un très fort essor dans toute l'Europe de l'ouest, bénéficiant notamment de l'extension de certaines pratiques agricoles et de plan de gestion cynégétique plus favorables dans les régions concernées. Cette augmentation à large échelle de la population de sangliers implique à Genève aussi des efforts de prévention et de régulation pour limiter les dégâts sur les cultures, cet animal n'ayant à ce stade pas de prédateur naturel sur notre territoire. 

Adapté en 2009, un concept de prévention des dégâts aux cultures a été mis en place avec AgriGenève, association faitière de l'agriculture genevoise. La prévention prend le plus souvent la forme d'une clôture électrique temporelle, mais aussi la mise en place de protections individuelles sur des plans de vignes, ainsi que des mesures d'effarouchement. Aujourd'hui, grâce à l'ensemble des mesures de prévention et de régulation, les effectifs de sangliers sont maîtrisés et les dégâts aux cultures sont minimisés dans tous le canton de Genève. Cette gestion a ainsi trouvé une bonne acceptation de tous les milieux concernés.

Pour acheter de la viande de sanglier genevois s'inscrivant dans le cadre de cette gestion, contactez la boucherie du Palais à Carouge T 022 309 43 60.

 

Contact

Adresse
OCAN - SBIO - Secteur des gardes cantonaux de l'environnement
Rue des Battoirs 7
1205 Genève

T 022 388 55 00

cet-cge@etat.ge.ch

Avez-vous un commentaire sur cette page?

Actualité

Partagez cette page