Parution des résultats d'une recherche-action sur la prévention des préjugés, discriminations et violences dans l’enseignement public, en particulier les cycles d’orientation.
Images oiseaux

Une plate-forme interinstitutionnelle associant le bureau de l'intégration des étrangers (BIE), le département de l'instruction publique, de la formation et de la jeunesse (DIP), le Bureau de la promotion de l’égalité entre femmes et hommes et de prévention des violences domestiques (BPEV) et la Haute école de travail social (HETS), a été créée pour mettre sur pied une stratégie de prévention des stéréotypes, préjugés, discriminations et violences basés sur la nationalité, l'origine, l'appartenance ethnique, la religion, le genre, l'orientation sexuelle et l'identité de genre ainsi que la situation de handicap.

La recherche-action, effectuée par la Dre Caroline Dayer sur mandat de la HETS et avec un financement du BIE, s'inscrit dans ce cadre-là. Elle analyse ainsi la façon dont la prévention des préjugés, discriminations et violences est conçue et mise en œuvre dans les établissements scolaires, en première ligne les Cycles d'orientation. Elle a également pour but de présenter une typologie des actions individuelles et collectives de prévention, ainsi qu'un concept possible d’intervention assorti de recommandations.

Les résultats présentés dans ce rapport mettent notamment en évidence les répercussions des préjugés, discriminations et violences sur le processus de socialisation et les conditions d’apprentissage, sur la santé et l’accrochage scolaire, sur le sentiment d’appartenance et de sécurité à l’école et sur le développement des compétences et le vivre ensemble. Les pistes identifiées ne se cantonnent pas aux Cycles d'orientation mais permettent de travailler les liens entre différents degrés, et de façon générale la prévention auprès des jeunes et pas uniquement des élèves.  

Sont plus particulièrement approfondies les différentes modalités d'actions (à chaud, suite à un incident, à froid, à travers les enseignements, activités thématiques et chartes d’établissement, etc.) et les articulations entre prévenir, intervenir et promouvoir, ainsi que le passage du climat à la culture scolaire. Les divers freins et leviers aux projets d'établissements sont identifiés, mettant notamment en évidence la nécessité de créer ou renforcer des groupes de référence (pôles de compétence) existants ou à créer dans chaque établissement scolaire.

La recherche-action a débuté en février 2017 et s'est poursuivie d'août 2017 à mai 2018 par le biais de l'Association pour la Prévention des Violences et des discriminations et la valorisation de la diversité (APVDVD), qui a bénéficié de divers financements (BIE, BPEV, DIP, Education21, Fondation Ethique et Valeurs, PREOS, etc.).

Les pistes identifiées ne se cantonnent pas aux Cycles d'orientation mais permettent de travailler les liens entre différents degrés, et de façon générale la prévention auprès des jeunes et pas uniquement des élèves. Ces résultats – ainsi que l'ensemble des recommandations dont le rapport est assorti – sont aujourd'hui à disposition du grand public et des milieux intéressés ou concernés (professionnel-le-s qui encadrent les enfants ou les jeunes).

Vous pouvez prendre connaissance de ce rapport en cliquant ici.

Partagez cette page