Publication du 14e compte-rendu de la commission d'urbanisme

La commission d'urbanisme présente ses recommandations pour relever les défis de l'aménagement du territoire genevois.
Communaux d'Ambilly -  Projet lauréat pièce A5 © Group8
Communaux d'Ambilly - Projet lauréat pièce A5 © Group8

L'action de la commission d'urbanisme (CU) au cours de la législature 2014-2018, dont le compte-rendu vient de paraître, s'est inscrite dans la perspective de plusieurs événements marquants, qui ont déterminé les conditions cadre de son activité.

En mars 2013, le peuple suisse a largement adopté - les citoyens genevois de manière encore plus marquée - la modification de la Loi sur l'aménagement du territoire (LAT). Cette décision du souverain indiquait clairement que désormais, il fallait envisager le développement de la ville en extension urbaine et sur elle-même, et non plus, comme naguère, par la création de villes satellites, déconnectées et isolées. Egalement survenue à l'aube de cette législature, l'adoption du Plan directeur cantonal 2030 par le Grand Conseil a donné le cadre stratégique à l'action de la CU.

La réforme des plans localisés de quartier (PLQ), dont le processus a abouti au début de la législature, a eu pour objectif de favoriser la recherche de morphologies urbaines moins rigides et stéréotypées. Ce nouvel outil continue à faire débat, et il conviendra d'en mesurer soigneusement les impacts dans la durée.

Toutefois, l'un des aspects majeurs de cette réforme, celui qui concerne la participation de l'ensemble des acteurs concernés par un projet urbain, ne saurait être remis en question. Même s'il a eu pour effet de bousculer les habitudes de certains professionnels, faire la ville aujourd'hui ne peut plus uniquement se planifier entre experts, mais doit s'envisager dans le cadre d'un dialogue entre usagers, concepteurs et prescripteurs.

Dans ses dix recommandations, le compte-rendu 2014-2018 de la commission d'urbanisme présente de manière très détaillée les défis qui se posent pour l'aménagement futur du territoire genevois.

D'après la préface de M. Antonio Hodgers, conseiller d'Etat chargé du département du territoire

 

Lien vers la publication

Partagez cette page