Le projet Mire, qui fait rayonner l’art vidéo dans les cinq nouvelles gares du Léman Express, a été inauguré

Piloté par le fonds cantonal d’art contemporain de Genève, ce programme artistique est d’une ampleur sans précédent pour la diffusion d’œuvres d'images en mouvement dans l’espace public.

Le projet Mire et ses treize œuvres d’art d’images en mouvement, installées sur des écrans dans les cinq nouvelles gares du Léman Express, a été inauguré ce jour devant la presse en présence du conseiller d’Etat Thierry Apothéloz, chargé du département de la cohésion sociale, et de Steve Ruscio, représentant de la Division CFF Immobilier pour la Suisse romande.

Piloté par le fonds cantonal d’art contemporain (FCAC), en collaboration avec l’office de l’urbanisme (département du territoire) et le Centre d’art contemporain Genève, Mire essaime dans les gares de Lancy-Pont-Rouge, Lancy-Bachet, Genève-Champel, Genève-Eaux-Vives et Chêne-Bourg, avec pour but d’inscrire l’art dans le développement urbain, au cœur de la mobilité, et d’accompagner la mobilité douce d’une expérience artistique audacieuse.

"Le réseau régional du Léman Express modifie la perception du territoire et les habitudes de circulation des Genevoises et Genevois et de toutes celles et ceux habitant la région. Insérer l'art dans cette transformation, c'est donner du sens, tisser des liens", souligne Thierry Apothéloz. Avec 50'000 voyageurs et voyageuses par jour, il s’agit également d’offrir à un public large une proximité avec l’art contemporain.

Genève à l'avant-garde de l'art vidéo

Le projet consiste en un parcours artistique d’œuvres audiovisuelles d’artistes suisses et internationaux intégrées dans l’architecture des gares de Jean Nouvel. Artistes émergents et confirmés sont sélectionnés par un comité d’expert-e-s internationaux, qui sera renouvelé au fil des années.

Le choix de l’image en mouvement n’est pas anodin. Genève a joué un rôle pionnier dans l’histoire de l’art vidéo grâce au Centre pour l’image contemporaine et à la Biennale de l’image en mouvement. Le projet Mire va contribuer à maintenir cette place vivante, tout en renforçant ce pôle de compétence. Par ailleurs, Mire, dont les images en mouvement procèdent comme par écho au déplacement des voyageurs et voyageuses, a l’avantage d’un encombrement minimum de l’espace, sans perturbation du flux des usagères-ers.

Mire est un programme d’une ampleur sans précédent pour la diffusion d’œuvres d'images en mouvement dans l’espace public. Le dispositif sera maintenu sur une période de dix ans et offrira une scène pour des productions artistiques variées et renouvelées, permettant un rayonnement et une politique artistique ambitieuse. Sur ces écrans défileront à la fois des œuvres créées pour l’occasion ainsi que d’autres issues des collections publiques genevoises.

Cette première programmation artistique permet, entre autres, de découvrir un triptyque de Cecilia Bengolea (Genève-Champel), les portraits animés de l’artiste d’origine kényane Phoebe Boswell (Lancy-Bachet) ainsi que l’œuvre de Roman Signer, artiste suisse de grande renommée, réalisée in situ durant le chantier (Genève-Eaux-Vives).

Un dossier de presse complet est disponible sur demande.

 

Pour tout complément d'information:

  • Mme Diane Daval, responsable du fonds cantonal d’art contemporain, office cantonal de la culture et du sport, DCS, T. +41 22 546 63 80, diane.daval@etat.ge.ch
  • Mme Petra Krausz, collaboratrice scientifique du Fonds cantonal d’art contemporain, office cantonal de la culture et du sport, DCS, T. +41 22 546 63 82, petra.krausz@etat.ge.ch
  • Mme Anna Vaucher, chargée d'information et de communication, office cantonal de la culture et du sport, DCS, T. +41 78 760 97 97, anna.vaucher@etat.ge.ch