La première Journée romande de la géoinformation s'engage pour une collaboration accrue entre acteurs publics, professionnels et académiques

Type de publication:
Date de publication:
15 novembre 2018

La première Journée romande de la géoinformation - coorganisée par l'ASIT VD et le système d'information du territoire à Genève (SITG) en partenariat avec les cantons romands et la Confédération suisse - réunit ce jour près de six cents participants professionnels, de nombreux exposants ainsi que plusieurs acteurs académiques autour du thème "Le numérique au service de nos territoires".

Intervenant en ouverture du colloque au SwissTech Convention Center, à Lausanne, Mme Nuria Gorrite,  présidente du Conseil d'Etat du canton de Vaud et cheffe du département des infrastructures et des ressources humaines, a souligné les enjeux des thématiques de la journée pour les autorités publiques. "La numérisation du territoire doit nous permettre de devenir un territoire du numérique", a déclaré la cheffe du département des infrastructures et des ressources humaines.

Les géoinformations au cœur de la société numérique

A l'heure de la numérisation croissante de tous les domaines de l'économie et de la société, la géoinformation revêt plus que jamais une place centrale à la croisée de tous les nouveaux services. La localisation des divers intervenants ou éléments de la chaîne de valeur et la mise à disposition de services individualisés reposent en effet sur la disponibilité et l'adaptation permanente des données territoriales.

Pour se développer, ces services requièrent  en outre des données de plus en plus précises et de nature parfois nouvelle, afin notamment de pouvoir être mises à disposition en temps réel et de manière compatible au niveau global.

Du monopole aux réseaux de collaboration

De leur côté, les acteurs numériques sont par nature producteurs de données du territoire. L'Etat a ainsi perdu le monopole historique de production et de mise à disposition de ces données. Cette concurrence ne provient pas uniquement d'entreprises privées, mais de tout individu les fournissant même à partir de simples smartphones, par exemple dans le cadre de dispositifs de crowdsourcing.

Cette nouvelle réalité pose notamment la question de la fiabilité, de la transparence ainsi que de la neutralité des données. A ce stade, seuls des acteurs publics s'engagent à garantir ces trois dimensions.

De plus en plus, il s'agira ainsi de mettre en place des réseaux de collaboration entre acteurs publics et privés permettant la production, le partage et la mise à disposition publique de données. Selon les intervenants de la Journée de la géoinformation, le rôle des acteurs publics reste crucial pour établir le cadre et les normes ainsi que pour garantir la fiabilité et la mise à disposition transparente des données numériques du territoire tout en garantissant l'intérêt général.

Services publics et numérisation

Toutes les politiques publiques font aujourd'hui face à plusieurs défis relevant du numérique et de la géodonnée. Les acteurs publics sont sous une pression grandissante pour mettre les prestations à disposition du citoyen de manière numérique et en tout temps. La numérisation des services publics représente ainsi actuellement un enjeu de premier ordre, tant au niveau des investissements que des changements organisationnels et culturels qu'ils induisent.

La numérisation offre cependant surtout de nouvelles opportunités aux acteurs publics. Ceux-ci peuvent utiliser des données permettant une analyse plus fine et territoriale des besoins, ainsi qu'un suivi localisé et en temps réel de leur mise en œuvre, par exemple dans le cadre de smart cities.

Les données numériques changent aussi la donne dans les relations entre l'Etat et le citoyen. Ceux-ci deviennent producteurs de données qui peuvent être intégrées en temps réel dans les politiques publiques. Le dialogue participatif avec les citoyens constitue un autre domaine où la donnée numérique, notamment territoriale, permet d'enrichir le débat, de le placer dans un cadre objectif et le cas échéant de le prolonger à l'aide d'applications en ligne.

Pour une collaboration accrue entre acteurs publics, professionnels et académiques

A partir des thématiques évoquées, la Journée romande de la géoinformation 2018 se comprend comme une plateforme inédite d'échange favorisant une collaboration accrue entre acteurs publics, académiques, professionnels et privés. Elle démontre que les divers acteurs doivent être prêts à revisiter leurs processus et à développer ensemble de nouveaux modes de faire à diverses échelles du territoire. Au travers des enjeux du numérique, tous les territoires se réinterrogent en effet, que ce soit au niveau communal, cantonal ou national.

 

Pour toute information complémentaire:

  • canton de Vaud: M. Xavier Mérour, coordinateur ASIT VD, T. +41(0)21 566 73 91;
  • canton de Genève: Mme Rafaèle Gross-Barras, chargée de communication, département du territoire, T. +41(0)22 327 94 24 ou +41(0)76 313 01 25.