Genève : Succès du premier scrutin électronique fédéral

Type de publication:
Date de publication:
26 septembre 2004
Publié dans:

Le premier scrutin fédéral jamais organisé sur Internet a été un succès. 2723 Genevois ont choisi ce mode de scrutin pour se prononcer sur les quatre référendums nationaux et les deux sujets cantonaux qui leur étaient soumis. Aucun problème technique ni aucune attaque n’ont entaché ce scrutin. Le dépouillement a duré 13 minutes et 5 secondes.

« Je suis très heureux de ce résultat, qui couronne trois ans d’efforts et de travaux. Le succès de ce scrutin témoigne de la pertinence de notre projet et de la solidité de notre solution », a déclaré Monsieur Robert Hensler, Chancelier d’Etat de la République et canton de Genève et chef du projet genevois de vote électronique.

« La réussite de ce premier essai pilote dans le cadre d'une votation fédérale constitue une étape importante pour le vote électronique en Suisse », a estimé pour sa part Madame Annemarie Huber-Hotz, Chancelière de la Confédération, en charge des projets-pilote fédéraux de vote électronique.

Quatre des 45 communes genevoises avaient accès au vote en ligne, Anières (1250 électeurs), Cologny (2500 électeurs), Carouge (9100 électeurs) et Meyrin (9200 électeurs), soient au total 22'000 électeurs. La participation s’est répartie à raison de 21,8% par internet, 72,5% par voie postale et 5,7% au local de vote . En outre, la participation totale dans ces communes a dépassé de 3,2% à 5,8% la moyenne de participation des cinq dernières années.

Age et distribution temporelle sont différents

Ce scrutin à mis en lumière que la distribution dans le temps des suffrages en lignes est différente de celle des votes postaux. Plus de la moitié des votes électroniques (52%) ont été émis lors de lors de la troisième et dernière semaine du scrutin. Les votes postaux en revanche progressent linéairement au fil des semaines.

Cette donnée montre que le vote en ligne n’est pas simplement un complément du vote postal, mais que ses utilisateurs agissent de manière différente. Cela confirme les résultats d’une étude de l’université de Genève, rendue publique cette semaine.

Une incitation pour les jeunes

Cette étude indique que les hommes et femmes jusqu’à 45 ans sont les principaux utilisateurs du vote électronique. Grâce à ce vote, les jeunes de moins de 30 ans sont représentés à l’égal de leur poids démographique parmi les votants, ce qui n’était pas le cas jusqu’ici. Cette étude montre aussi que le niveau de formation des utilisateurs du vote en ligne n’est pas différent de celles qui votent pas les autres canaux offerts. L’existence d’une demande pour le vote électronique est soulignée.

Une étude à caractère sociologique sera mise en route demain sur un échantillon représentatif de 1000 électeurs des quatre communes concernées. Son but est de voir s’il existe des différences dans le profil socio-politique des abstentionnistes et des électeurs actifs, d’une part, et au sein de ces derniers en fonction du mode de vote choisi, d’autre part.

D’autres scrutins cet automne

D’autres votes électroniques sont agendés à Genève cet automne. En octobre, la commune de Vandoeuvres votera en ligne lors d’un référendum municipal. Le Conseil d’Etat (gouvernement) genevois a déposé une demande au Conseil fédéral pour étendre à plus de 40'000 citoyens l’accès au vote électronique lors du scrutin fédéral, le 28 novembre prochain. Outre les quatre communes impliquées dans le vote qui s’achève, Collonges-Bellerive (3800 électeurs), Onex (8900 électeurs), Vandoeuvres (1400 électeurs) et Versoix (5100 électeurs) devraient pouvoir voter en ligne en novembre.

En octobre prochain, l’application genevoise de vote en ligne sera par ailleurs mise à disposition du Conseil de l’Europe (CoE), afin de permettre la réalisation d’une consultation dans l’ensemble du continent sur le projet de Charte européenne «pour une école démocratique sans violence». Quelque 30'000 écoliers des 45 pays membres du CoE pourront y participer.

Un projet fédéral

Ce premier scrutin fédéral en ligne confirme la position de pointe de Genève dans le vote électronique à distance. Il marque une étape importante dans le projet que les autorités suisses mènent depuis trois ans avec le canton de Genève. L’Europe a pris une longueur d’avance dans ce domaine et le Comité des ministres du Conseil de l’Europe devrait adopter le 30 septembre prochain la première base légale internationale en la matière. Le système genevois se conforme d’ores et déjà à cette recommandation.

Les projets pilotes de vote électronique menés dans les cantons de Genève, Neuchâtel et Zurich sont coordonnés par la Chancellerie fédérale qui apporte également son soutien financier. Ils ouvrent la voie à une éventuelle adoption du vote électronique en Suisse.

Partagez cette page