La civilité permet d'améliorer la qualité du climat de travail.
Civilité

Cadre général:

La Charte éthique de l'Etat exprime les valeurs essentielles sur lesquelles s'appuie le personnel de l'Etat dans son action quotidienne: le respect, l'impartialité, la disponibilité et l'intégrité. Dans cette même optique, l'Etat de Genève promeut la civilité sur le lieu de travail dans le but de favoriser la qualité de vie au travail.

 

 

Les incivilités, à la différence des comportements clairement abusifs, se situent dans une zone grise, entre bonnes manières et manque de savoir-vivre. Toutefois, elles peuvent envenimer la vie d'un groupe et perturber le bon fonctionnement d'un service, si on les laisse devenir régulières et nombreuses et prendre de la place dans le quotidien.

Elles peuvent, par leur répétition, être constitutives d'une atteinte à la personnalité.

Objectif:

L'objectif est de sensibiliser au bien vivre ensemble. Un travail sur la civilité peut être entrepris par tout service à l'initiative de la hiérarchie, que ce soit dans un but préventif pour mettre sur pied des bonnes pratiques de vie collective ou dans des équipes en difficulté où des comportements inadéquats sont observés.

Ce cadre d'intervention n'est pas approprié à la gestion de conflits interpersonnels ni à la mise en évidence de dysfonctionnements individuels qui doivent être traités par d'autres moyens (entretiens, intervention des ressources humaines, convention de respect, médiation …).

Prestations:

La démarche suivante est proposée:

1. Questionnaire civilité

Le questionnaire est à disposition des collaborateurs. Sa passation peut se faire sur initiative personnelle ou s'intégrer dans une démarche collective initiée par le manager.

En le remplissant, la personne mobilise une réflexion critique à la fois de son propre comportement et de celui des autres membres de l'équipe au regard de leurs effets potentiels sur l'entourage professionnel; dans ce cadre, la passation du questionnaire est confidentielle.

Il peut être utilisé par les hiérarchies comme premier outil pour évaluer l'existence, la nature et la fréquence de comportements incivils comportant un risque pour le climat le travail au sein d'une équipe; dans ce cadre, la passation et le traitement des données du questionnaire sont anonymisées.

Questionnaire

2. Elaboration d'un code de conduite

Partant de la considération que les règles de civilité peuvent varier d'un milieu à un autre, le processus propose de mettre sur pied des ateliers propres à un environnement de travail de manière à engager une réflexion collective et à accompagner, avec l'appui des ressources humaines, les membres d'un service dans l'élaboration de leur code de conduite spécifique.

Ces ateliers nécessitent préalablement une mesure de la civilité dans l'équipe par le biais de la passation du questionnaire. Ces ateliers sont pertinents pour autant que les questionnaires n'aient pas révélé un climat de travail sérieusement entravé par des comportements incivils. Dans ce dernier cas, des mesures d'accompagnement sont préconisées.

Guide d'utilisation

Partagez cette page