Les arbres du PAV

Losinger Marazzi
Losinger Marazzi
Paradoxalement, l’abattage d’arbres aux Vernets signale la création de quartiers nettement plus verts et arborés dans le PAV.

Parfois, il faut commencer par le plus dur: l’abattage d’arbres aux Vernets est ainsi un mauvais cap à passer pour les acteurs du projet et tous les autres amoureux des arbres. Il est toutefois inévitable pour créer le nouveau quartier qui offrira à Genève non seulement 1350 nouveaux logements à prix abordables et divers équipements publics (dont un groupe scolaire), mais aussi de généreux nouveaux espaces publics agrémentés de plus de 140 arbres, en lien direct avec les rives de l’Arve.

Créer des parcs là où il y a du béton...

Plus largement, il suffit de parcourir le secteur du PAV à pieds ou à vélo pour constater à quel point cette zone majoritairement industrielle est aujourd’hui bétonnée et pauvre en espaces verts. 

En transformant par étapes ce secteur en quartiers d’habitation vivants, le PAV change la donne en intégrant dès le début d’importants espaces plantés et arborés dans les plans de quartiers.

De la verdure dans toutes ses formes 

Ces nouvelles opportunités pour la nature en ville se déclinent principalement sous quatre formes que l’on retrouvera à divers titres dans les quartiers des Vernets, des Acacias, de Grosselin, de l’Etoile ou de la Pointe Nord du PAV:

  • de nouveaux parcs, comme le Grand Parc au centre du PAV qui fera prochainement l’objet d’un concours, les parcs linéaires qui accompagneront la remise à ciel ouvert de l’Aire rue Boissonnas, ou celle de la Drize à Grosselin et à l’Etoile, ou encore le parc qui remplacera le parking de la patinoire des Vernets;
  • la végétalisation en lien avec la création d’espaces publics, comme déjà planifiés ou réalisés aux Vernets, à Pont-Rouge, à l’Etoile ou à la Pointe Nord, ainsi que dans les futurs îlots urbains de chacun des futurs quartiers;
  • la plantation d’arbres sur certains axes et rues, comme à l’Adret derrière la gare de Lancy-Pont-Rouge, sur le futur boulevard urbain reliant la Pointe Nord et l’axe de la rue François-Dussaud à l’avenue Vibert, ainsi que sur certains tracés de mobilité douce comme la promenade Nicolas-Bouvier et le futur espace rivières long de 2,5 km;
  • la revalorisation d’espaces déjà arborés mais en mauvais état, par exemple la requalification et piétonnisation des rives de l’Arve entre les Vernets et la Pointe Nord.

Quantité et qualité 

Actuellement très limitée, la surface des espaces verts arborés du PAV représentera une part importante des futurs quartiers. Avec des objectifs forts pour les espaces publics comme pour les cœurs d'îlots privés, le PAV dispose de réels moyens d'agir pour faire émerger une ville plus agréable, et qui participe à la nécessaire transition environnementale. 

Il est important de préciser que, comme aux Vernets, des espaces verts seront intégrés dans tous les nouveaux projets, ce qui signifie que chaque nouvelle réalisation du PAV amènera plus de verdure qu’auparavant.

Au-delà des surfaces vertes plus généreuses, le PAV s’engage à améliorer la qualité et la biodiversité au sein des parcs et nouveaux quartiers. A cette fin, l’équipe de projet intègre déjà en permanence des représentant des offices cantonaux de l’agriculture et de la nature (OCAN), de l’environnement (OCEV) et de l’eau (OCeau) pour qui le PAV est une formidable opportunité de réaliser leurs objectifs durables.