Forum violences "Pas une moins"

vagues de couleur et le texte sur un mur
vagues de couleur et le texte sur un mur

18 mars 2020, un homme frappe avec un ordinateur une femme à Genève. Les images, terrifiantes, circulent. Que faire face à cette réalité ? Alors qu’une grande partie de la planète a subi une crise sanitaire sans précédent, de nombreuses injustices ont été rendues visibles. Parmi elles, le danger que représente l’enfermement des victimes de violences domestiques avec leur agresseur. Le corps médical et les associations d’aides aux victimes ont fait part de leurs nombreuses craintes : la violence risque de s’aggraver, et 85% des adultes victimes de ces violences sont des femmes.

Alors que la Convention d’Istanbul, ratifiée par la Suisse en 2017, requiert la mise en place au niveau national de permanences en ligne et téléphoniques gratuites, accessibles 24 heures sur 24, sept jours sur sept, la Suisse manque à cette obligation. Quelles sont les conséquences de ce manque dans le cadre exceptionnel du confinement ? Quelles pistes d’actions peut-on en tirer ? 

Invitées :
Béatrice Cortellini, directrice de l’association AVVEC
Marie Claude Hofner, experte du GREVIO, ancien médecin associée à l’Unité de Médecine des Violences du CHUV, militante féministe
Simone Eggler , coordinatrice du réseau convention Istanbul et responsable politique Terre des Femmes
Colette Fry, directrice du Bureau de promotion de l’égalité et de préventions des violences (BPEV) et co-présidente de la Conférence suisse contre la violence domestique
Diariata N’Diaye, fondatrice de l’association Résonantes, créatrice d’App-elles et slameuse

Modération :
Marie-Amaëlle Touré, journaliste

Lien pour participer 

Dernière modification
12 novembre 2020