Stationnement et mesures pour les entreprises et le transport professionnel

LMCE: Stationnement et mesures pour les entreprises et le transport professionnel
LMCE: Stationnement et mesures pour les entreprises et le transport professionnel
En application de la LMCE, il est nécessaire de réduire fortement le trafic automobile pendulaire pour favoriser non seulement les habitant-e-s et les visiteur-se-s, mais également le transport professionnel en limitant les bouchons.

L’accès aux petits commerces doit en outre être développé et l’offre en places de livraison doit par ailleurs être suffisante.

La politique du stationnement représente dès lors un moyen essentiel pour atteindre ces objectifs.

Une nouvelle stratégie globale du stationnement

Afin de favoriser le report modal (en particulier des pendulaires) et privilégier les habitant-e-s, l'Etat a adopté une nouvelle politique de stationnement visant à agir sur ses propres parkings (hors P+R).

La première mesure consiste à réduire le nombre de pendulaires, dans les parkings contrôlés par l'Etat, dans le centre et l'hypercentre. 1'880 abonnés sont concernés, dont 616 employés de l'Etat. Dès 2021, pour obtenir un abonnement, il faudra remplir certains critères : handicaps, horaires de travail décalés, personnel pénitentiaire en uniforme, covoitureurs sur site, voltigeurs DIP. Les places vacantes seront affectées prioritairement aux habitant-e-s et aux visiteur-se-s.

La seconde mesure concerne l'adaptation de la politique tarifaire, qui concerne près de 7'700 places propriété de l'Etat. L'objectif est d'offrir des tarifs mensuels plus attractifs pour les habitant-e-s, d'augmenter les tarifs dans le centre et l'hypercentre pour les autres usager-ère-s et de proposer également des tarifs avantageux pour les visiteur-se-s. Avec ces mesures de restriction pour les pendulaires, des places seront ainsi libérées pour les abonnements des habitant-e-s.

Ces nouvelles règles sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021 et leur mise en œuvre s'échelonnera tout au long de l'année 2021.

Libérer les axes routiers au profit de l’économie

La suppression du trafic motorisé pendulaire et de transit indésirable au cœur de notre agglomération, de même que les mesures de report modal incitatives mises en place doivent permettre de libérer les axes routiers pour ceux qui en ont impérativement besoin, à savoir le transport professionnel et les entreprises.

Ci-après sont présentées les principales mesures qui leur sont réservés

Le premier plan d’action de Suisse pour les marchandises

Le Conseil d'Etat a adopté le 20 avril 2020 le plan d'action transport de marchandises et logistique urbaine couvrant la période 2019-2023, une première en Suisse. Il comprend 22 mesures traitant tout à la fois des livraisons en ville, du fonctionnement des zones industrielles, de l’approvisionnement et la gestion des chantiers ou encore du transport de matières dangereuses. Cette « feuille de route » pragmatique permet un accompagnement de l’activité des professionnel-le-s tenant compte de leurs contraintes économiques comme des aspects  environnementaux,  avec  notamment une volonté daugmenter le transport par le rail et le recours à des véhicules moins polluants, le tout en faveur de la transition écologique.

Ce plan  dactions met en lien des actrices et des acteurs publics et privés du Canton (offices de lEtat,  communes,  organisations  faitières, FTI, CFF, FdP, entreprises de construction, de transport et de distribution, commerces, etc.), qui, tour à tour, peuvent porter ces mesures ou être partenaires selon les sujets.

Plans de mobilité dentreprise : un encouragement fort

La stratégie de l'Etat concerne également le secteur pri, au travers des plans de mobilité mis en place par les entreprises en vue de faciliter les déplacements de leurs employé-e-s. Une première étape incitative sera réalisée en 2021 par la création, en collaboration avec les milieux concernés, d'un règlement dexécution pour la  LMCE  qui  donnera  un  contenu  aux plans de mobilité, ciblera les types de déplacements et les entreprises conceres. Dans le même temps, un label genevois, accompagné dun règlement dusage, sera créé afin de distinguer les entreprises se dotant de plans de mobili. Ce label constituera une première en Suisse.

Dans ce contexte, il sagit pour lEtat et ses établissements publics dêtre exemplaires en la matière, comme le stipule la LMCE. A ce titre, une première « feuille de route CO2 » 2021-2023 portant sur les plans de mobilité des institutions de droit public a été élaborée avec 10 d'entre elles. Elle permettra dhomogénéiser leurs actions déjà appliquées ou planifiées, déchanger sur leurs bonnes pratiques et de mieux légitimer les mesures mises en place auprès de leurs employé-e-s.

Ainsi ces mesures visent à réduire les déplacements en voiture individuelle des pendulaires sans péjorer pour autant le fonctionnement et lactivité des entreprises et des établissements publics.

La mise à disposition dun guichet unique

Sagissant du fonctionnement interne aux entreprises du canton, la prise en compte de la mobilité des collaboratrices et collaborateurs est aussi une priori. Pour les accompagner, lEtat a mis en place un guichet unique planmobilite@etat.ge.ch en octobre 2019, également accessible par  téléphone (022 546 79 00). Il propose des conseils personnalisés pour per- mettre à chaque entité délaborer des plans de mobilité adaptés à sa situation spécique. Des entités phares du canton ont déjà eu recours à ce soutien gratuit. Il est prévu de poursuivre la promotion et lamélioration continue de ce guichet unique afin quil soit utilisé par le plus grand nombre dentreprises.

Un partenariat renforcé avec les Organisations internationales

Outre  les  améliorations  prévues  en  matière daccessibilité  au  secteur  des  Organisations internationales (OI), avec la mise en service de la route et du tram des Nations, le Canton entend  renforcer son partenariat avec les OI. L'objectif est de les accompagner dans la mobilité de leurs employé-e-s, afin de leur proposer une offre de transport optimale mettant en avant les modes de déplacements adaptés à leurs besoins.

Une amélioration de laccessibilité aux zones industrielles

Le Canton souhaite poursuivre la collaboration avec les structures représentant les entreprises implantées dans les différentes zones industrielles du territoire genevois, afin daccentuer les développements doffre en matière de transports collectifs à court/moyen termes (tramways, BHNS, bus) et à long terme (train), tout en accompagnement le développement de la mobilité douce dans ces mêmes zones.

Des actions sur les cases de livraison (cases interdites au parcage)

Une campagne a été menée pour limiter les occupations indues des cases dites interdites au parcage (cases livraison). En octobre 2020, la Fondation des Parkings (FdP) a lancé une opération de sensibilisation auprès des usager-ère-s de ces places, pour leur rappeler les règles en vigueur. En effet, même si les véhicules non  professionnels sont autorisés à s’y arter jusquà 20 minutes (durée renouvelable une fois, en cas de  poursuite du chargement ou déchargement), ils ne  respectent que trop rarement la durée darrêt autorisée.

Ainsi, selon une observation menée sur le terrain, les places jaunes sont occues 56% du temps par des véhicules privés, empêchant les personnes en ayant réellement besoin de pou- voir y accéder, entreprises en tête.

Après   cette   campagne   de   sensibilisation, les agent-e-s du stationnement ont eu pour consigne dintensier leurs contrôles et, cas échéant, les verbalisations. Cette mesure doit favoriser le taux de rotation sur les places jaunes et ainsi en faciliter laccès pour assurer des livraisons notamment.

Un accès facilité aux petits commerces

Le développement du stationnement de courte durée représente un enjeu important pour lattractivité des petits commerces. Une analyse quant à la situation effective en la matière sera poursuivie en 2021 en collaboration avec les commerçant-e-s concernés pour évaluer leurs besoins en termes de stationnement. Un concept visant à la révision de la durée de parcage et à une éventuelle augmentation du nombre de places à disposition pourra ainsi être mis en place à partir de 2022.

Une priorisation accrue des transports professionnels dans lhypercentre

Dans le secteur de Bel-Air, les ponts de l'Ile et les rues adjacentes font partie de la zone I LMCE, pour laquelle la priorité est donnée aux transports publics et à la mobilité douce. Un trafic de transit TIM trop important perturbe le bon fonctionnement de ce grand le d'échange TC, qui représente également un lieu de passage majeur pour le transport professionnel et les taxis. De plus, certaines rues (Rhône et Corraterie) sont dores et déjà réservées à ces catégories professionnelles et aux ayants-droit, alors que dautres sont soit interdites daccès (Croix-Rouge direction Place de Neuve dans le cadre de la mise à lessai TC/ mobilité douce), soit ouvertes à tout type de trafic.

An dapporter une cohérence globale au schéma de circulation en offrant au transport professionnel un accès facilité au cœur de Genève, tout en améliorant la progression des TC et des piéton-ne-s sur ce le, un nouveau concept sera testé à lautomne 2021 visant à restreindre lusage de la voiture dans ce périmètre, qui sera réservé uniquement aux bus, piéton-ne-s, vélos, véhicules professionnels, taxis, VTC et riverains. Dans ce contexte, le transport professionnel pourra à nouveau emprunter la rue de la Croix-rouge pour assurer une continuité daccès aux rues Basses via la Corraterie. L'essai permettra de préciser et de tester les modalités d'accès pour ces différentes catégories, ainsi que, si besoin, les aménagements complémentaires nécessaires en vue de son éventuelle rennisation.