Les dangers de crues et d'inondations

Le lac Léman agité, mouettes et gros temps
Le lac Léman agité, mouettes et gros temps
Qu’il s’agisse d’avalanches, de glissements de terrain ou de crues, les dangers naturels ont toujours représenté une menace pour l’être humain. Le Cantonal veille à identifier et à évaluer les risques relatifs aux dangers naturels, puis à les réduire en appliquant des mesures de protection, d’aménagement et d’entretien pertinents, combinés de manière optimale.

Ces dernières décennies, les dommages sociaux et économiques provoqués par des phénomènes météorologiques extrêmes, ont été nombreux. La plupart étaient directement liées au développement des zones urbanisées et des infrastructures. Cette consommation croissante du territoire augmente le potentiel de dégâts et implique une plus grande exposition aux dangers naturels, toujours difficiles à prévoir.

Pour la région de Genève, dont les caractéristiques géographiques sont une forte densité de population et d’infrastructures à proximité d'un lac et la présence de nombreux cours d’eau, les risques liés aux crues sont avérés. Les dispositions légales en vigueur ayant pour but « de protéger des personnes et des biens matériels importants contre les actions dommageables des eaux », c'est le Service de l’écologie de l’eau (SECOE), du département du territoire, qui est chargé d’élaborer les "cartes de dangers liées aux crues". Elles indiquent les secteurs du territoire peu ou pas appropriés à certaines utilisations en raison des dangers naturels en présence sur le terrain.

Ces documents sont essentiels pour la prise en compte des dangers naturels, notamment en matière d’aménagement du territoire. 

Cadastre des événements

Un cadastre répertorie les événements liés aux crues depuis le milieu du 19e siècle. Il intervient en complément de la cartographie des dangers en vue de cibler les zones à protéger en priorité.

Le Canton et la Confédération mettent actuellement en place des outils informatiques, nommés STORME qui permettent aux professionnels de l'eau et au public de signaler et de documenter en temps réel les événements de crue.

Cartes dangers

Pour la sécurité des personnes et des biens, il est nécessaire de cartographier les zones où des crues sont possibles et réguler ou interdire les constructions dans ces secteurs.

La classification des dangers est faite en fonction de l'intensité d'un phénomène donné (hauteur d'eau et vitesse d'écoulement pour les inondations et érosions des berges) et de sa probabilité (fréquence ou période de récurrence, appelée aussi période de retour).

Ces deux paramètres sont traduits en 5 degrés de dangers :

  1. Danger élevé cartographié (en rouge) :  zone d'interdiction, où toute construction doit être interdite à l'exception d'ouvrages dont l'emplacement est imposé par leur destination ;
  2. Danger moyen (en bleu) : zone de réglementation où seuls sont autorisés les ouvrages qui ne mettent pas en danger les biens et les personnes et qui ne sont pas de nature à polluer les eaux. Les usages sont réglementés de manière stricte de manière à conserver les zones d'expansion de crues et d'éviter d'augmenter le potentiel de dommage ;
  3. Danger faible (en jaune) : zone de sensibilisation où les constructions peuvent faire l'objet de restrictions particulières, seules les constructions particulièrement vulnérables étant interdites ;
  4. Danger résiduel (en rayures jaunes) : zone de sensibilisation où des mesures de surveillance et d'entretien par les autorités doivent permettre de s'assurer que le danger ne s'aggrave pas dans la zone en question ;
  5. Aucun danger connu (pas de couleur) : où ces secteurs ne requièrent aucune planification particulière. 

En fonction de l'objet ou de la catégorie d'objets à protéger, une matrice des objectifs de protection a été définie et le Conseil d'Etat l'a approuvée. Ces objectifs de protection sont fixés selon les différentes utilisations du territoire.

Par exemple, les terres agricoles et les bâtiments isolés nécessitent une moins grande protection que les installations industrielles ou les infrastructures dans lesquelles se trouvent un grand nombre de personnes, telles les écoles et les hôpitaux. 

Les cartes de dangers liées aux crues sont disponibles sur le guichet cartographique du canton de Genève.

www.sitg.ch

Les mesures de protection

En fonction de l’objet ou de la catégorie d’objets à protéger, des mesures de protection sont mises en place. Parallèlement à une utilisation de l’espace adaptée aux dangers existants, les mesures de protection permettent de réduire l’ampleur des éventuels dommages, sans agir directement sur le déroulement des phénomènes.

Projets de renaturation et de protection

Initié en 1998, le programme de renaturation des cours d’eau a permis de renaturer une partie très importante des cours d'eau cantonaux. Préserver ou reconstituer des espaces de rétention naturels permet de mieux gérer les débits de crue. Des couloirs d’écoulement sont aménagés là où cela n'est pas envisageable, entre autres, dans les secteurs étroits des agglomérations.

Entretien des cours d’eau et des ouvrages

L’entretien des cours d’eau est une tâche permanente, effectuée par l'office cantonal de l'agriculture et de la nature (OCAN)  Il permet de préserver l’intégrité des ouvrages de protection et de maintenir la capacité d’écoulement des cours d’eau.

Une protection durable contre les crues doit veiller à la qualité de la végétation des rives et laisser suffisamment d’espace pour la diversité structurelle naturelle des milieux, créant ainsi des liaisons entre eux.

Les cantons sont tenus de déterminer l’espace nécessaire aux cours d’eau, de l’inscrire dans les plans directeurs et les plans d’affectation et d’en tenir compte dans toutes les autres activités touchant à l’aménagement du territoire.

Utilisation du territoire

Avant de délivrer un permis de construire, les autorités compétentes doivent consulter les cartes des dangers et autres documents de base et examiner si le projet respecte les dispositions relatives à la protection des personnes et des biens contre les dangers naturels et dans certains cas exiger des mesures complémentaires de protection où restreindre l'affectation du bâtiment.

 

Blog Eau - Hydrologique

 

 

Oh mon eau ! pollution des eaux, SIS 118
Oh mon eau ! pollution des eaux, SIS 118