Les projets de Micheli du Crest

Robert Gardelle, portrait de Jacques-Barthélemy Micheli du Crest, 1721
Robert Gardelle, portrait de Jacques-Barthélemy Micheli du Crest, 1721
Les façades des trois hôtels particuliers de la rue des Granges sont l’œuvre de l'architecte Jean-Jacques Dufour. L’aménagement intérieur de l’hôtel Sellon, lui, est dû à Jacques-Barthélemy Micheli du Crest, ingénieur militaire et architecte. Il y a conçu une distribution originale des pièces, adaptée à la forme inhabituelle de la parcelle.

Une parcelle irrégulière

Les hôtels particuliers bâtis "entre cour et jardin" selon le modèle parisien sont généralement élevés sur des parcelles rectangulaires et présentent des plans parfaitement symétriques. Ce n’est pas le cas de l’hôtel Sellon, où l’architecte disposait d’une parcelle vaste, mais irrégulière.

Si, depuis la cour, il n’en paraît rien, le bâtiment dispose d’une aile supplémentaire à l’ouest, visible seulement depuis le jardin. Il fallait donc adapter la distribution des pièces à cette configuration singulière.

 

La genèse du projet

Jacques-Barthélemy Micheli du Crest a beaucoup réfléchi à la distribution des pièces à l’intérieur de l’hôtel particulier. En témoignent les dessins retrouvés aux Archives de Genève, qui font état de six projets d’aménagement successifs, dont certains très originaux.

L’hôtel a été construit pour le banquier et négociant Jean Sellon, mais ce dernier ne devait pas en être le seul habitant. Si le rez-de-chaussée lui était réservé, ainsi qu’à son épouse, les étages étaient destinés à être loués, soit à des membres de sa famille, soit à des partenaires commerciaux proches.

Aussi, Micheli du Crest proposa plusieurs solutions pour la circulation verticale dans le bâtiment, imaginant même un escalier ovale très audacieux, qui ne fut cependant pas construit, faute d’artisans en mesure de le réaliser.

 

La distribution des pièces au XVIIIe siècle

Au rez-de-chaussée, les pièces d’apparat sont déployées, selon l’usage, côté jardin: une salle permet, depuis le vestibule, d’accéder aux appartements de Monsieur et de Madame. Disposés en symétrie, tous deux sont constitués d’une chambre, d’un cabinet et d’une garde-robe.

L’aile supplémentaire, côté jardin, abrite un troisième appartement. Les deux ailes côté cour sont dévolues, pour celle de gauche, aux communs (cuisine, lavoir) et, pour celle de droite, aux activités commerciales du maître de maison (comptoir, cabinet et archives).

La distribution du corps de logis principal se répétait aux étages destinés à la location. Certaines pièces ont été modifiées au cours du siècle suivant par les occupants afin de les adapter à leurs besoins. Ainsi, l’escalier d’apparat a disparu pour laisser place à une salle à manger.

Dans les années 1950, la comtesse Zoubov a à son tour modifié la distribution du rez-de-chaussée afin d’accueillir au mieux sa collection.

Partagez cette page