« Téléphones portables et droits de l'enfant: suivons le fil de l'or! » 2000 élèves de Lancy découvrent l'intérieur de leur téléphone portable

Type de publication:
Date de publication:
23 avril 2015
Publié dans:
Depuis janvier 2015, onze établissements lancéens participent à une action de sensibilisation à grande échelle. Celle-ci porte sur les thèmes de la consommation des téléphones portables, de son impact sur l’environnement et des droits de l’enfant. Cette action qui se déroule sur cinq mois touche 98 classes, soit près de 2000 enfants et jeunes du territoire lancéen.

En Suisse, 98% des jeunes de 12 à 19 ans ont un téléphone portable. On les change en moyenne tous les 12 à 18 mois et seuls 20% des téléphones portables vendus chaque année sont recyclés1. Pourtant, nombreux sont les adolescents sensibles au développement durable ou à la nécessité d’être solidaires. Dès lors, comment aider ces jeunes à trouver des opportunités d’action?

La Ville de Lancy, le département de l’instruction publique, de la culture et du sport (DIP) et Terre des Hommes Suisse ont proposé aux établissements scolaires une campagne d’animations autour des téléphones portables, objets du quotidien pour les élèves. Cette campagne met en avant le lien qui existe entre la (sur)consommation de téléphones portables et les droits de l’enfant, en suivant un fil rouge : la filière de l’or, matériau présent en petite quantité dans les téléphones portables.

Prendre conscience des conséquences de nos comportements

Dans ce cadre, les jeunes réalisent des activités telles que le démontage de téléphones et l’observation des composants, ou un jeu de rôles qui met en scène les différents acteurs de la production de l’or. En construisant ce lien, ils comprennent d’où provient le métal précieux et dans quelles conditions il est extrait. Ils réfléchissent par eux-mêmes sur les conséquences de son extraction et sur les solutions que chacun peut apporter à son niveau, comme la diminution de la consommation de téléphones portables ou leur recyclage.

Au terme de l’animation, les enfants prennent conscience que nos comportements ont de réelles conséquences sur la qualité de vie de populations défavorisées dans les pays du Sud et qu’ils ont, eux-aussi, la possibilité de faire changer les choses en agissant concrètement dans leur quotidien.

Échanges entre apprenti-e-s, collégiens et jeunes élèves

Durant cette campagne de sensibilisation, le centre de formation professionnelle technique (CFPT) propose aux enfants des écoles primaires et du cycle d’orientation des Grandes Communes un atelier sur les composants du téléphone portable, animé par les apprenti-e-s électronicien-ne-s. Une occasion pour les apprenti-e-s de valoriser leur filière, et pour les plus jeunes de découvrir d’autres métiers ou carrières professionnelles. Parallèlement, les élèves du collège de Saussure, situé sur la même commune, animent les activités réalisées dans les écoles primaires en collaboration avec des animatrices de Terre des Hommes Suisse.

De janvier à mai 2015, 98 classes de 11 établissements de Lancy participent à ce projet, qui permet ainsi de sensibiliser près de 2000 jeunes. Face au succès de l’opération, les partenaires du projet souhaitent d’ores et déjà réitérer ce type d’expériences.

Valoriser la formation professionnelle à travers un projet de sensibilisation

Le 23 avril, la conseillère d'Etat chargée du DIP, Mme Anne Emery-Torracinta, et le maire de Lancy, M. Frédéric Renevey, se sont personnellement impliqués en participant à un atelier pratique animé par des apprenti-e-s électronicien-ne-s avec des élèves de l'école primaire d'En Sauvy. « Ce projet est doublement positif », a souligné Mme Emery-Torracinta. « Il permet aux élèves, à travers une approche pratique, de prendre conscience de grands enjeux de notre société et de se comporter en acteurs ; il offre aussi une occasion idéale de valoriser concrètement la formation professionnelle, et va donc exactement dans le sens des priorités que j’ai fixées pour mon département et des efforts nécessaires pour augmenter le nombre de places d’apprentissage et mieux faire connaître les avantages de la formation duale».

De son côté, M. Frédéric Renevey a salué « la richesse de cette campagne de sensibilisation, qui permet de créer des liens forts entre les filières, scolaires et professionnelles, et les divers degrés d’enseignement ».
Secrétaire général de Terre des Hommes Suisse, M. Jean-Luc Pittet a quant à lui souligné le caractère innovant de cette expérience, qui « permet aux jeunes de découvrir les difficiles réalités de vie au Sud dues à notre mode de consommation en Suisse et de réfléchir aux causes des inégalités, en vue d’agir concrètement, par exemple en gardant leur portable plus longtemps et en lui donnant une seconde vie, ainsi qu’en favorisant les produits issus du commerce équitable et respectueux de l'environnement ».

Un partenariat inédit

En 2012, la Ville de Lancy et le DIP ont mis sur pied une plateforme d’échanges à laquelle les directions de l’ensemble des établissements scolaires et de formation professionnelle participent activement. L’objectif est de permettre d’échanger les bonnes pratiques dans le domaine de l'éducation, en vue d'un développement durable, et de fédérer les écoles autour de projets communs. Depuis lors, d'autres plateformes ont vu le jour à Carouge (2014) et Bernex (2015).