L’idée de perdre sa capacité de décision ou sa faculté d'exprimer sa volonté à la suite d’un accident ou d’une maladie est source d'inquiétude pour de nombreuses personnes. Les directives anticipées permettent de fixer d’avance, et par écrit, quelles sont les mesures médicales qu’on approuve et lesquelles on refuse.

Elles permettent aussi aux médecins de prendre plus facilement des décisions difficiles tout en évitant aux proches de devoir s'interroger sur ce qu’aurait voulu la personne accidentée.

Plus de détails sur

Hôpitaux universitaires de Genève

Fédération des médecins suisses

Palliative Genève

Voir aussi

Programme cantonal genevois de développement des soins palliatifs 2012-2014

 

Avez-vous un commentaire sur cette page?