Ethique et numérique - Résumé et présentations

Date de publication:
22 décembre 2017
Auteur:
Les présentations de la 26ème Journée de rencontre du Genève Lab sont disponibles
Copyright Luly Glez (FER Genève)
Copyright Luly Glez (FER Genève)

 

Les changements amenés par le numérique doivent-il nous pousser à inventer ou réinventer l'éthique dans ce domaine ?
 

Près de 200 personnes ont assisté le 14 novembre dernier à notre 26ème Journée de rencontre, organisée en partenariat avec la Fédération des entreprises romandes.

On a jusqu'ici beaucoup débattu des opportunités offertes par des technologies omniprésentes qui deviennent de plus en plus autonomes. Mais on a par contre peu laissé de place au débat éthique dans ce domaine.

A l'heure où le canton de Genève se penche sur la nécessité de mettre en place une politique numérique, il n'était  pas question d'éluder le sujet.  

Nicoletta IacobacciJohann Roduit, Georges Epinette, Jonathan Normand et Bernard Stiegler se sont ainsi succédés pour éclairer un thème qui concerne tout autant les citoyens et les entrepreneurs de notre région, que le secteur public.

M. Pierre Maudet, conseiller d'Etat en charge du Département de la sécurité et de l’économie nous a également fait l'honneur d'introduire cet événement.

 


 « L'éthique exponentielle »

Nicoletta Iacobacci nous a expliqué comment des technologies exponentielles mènent aujourd'hui à une innovation exponentielle. Selon elle, nous devons nous efforcer de vivre et construire cette aventure en étant conscients des risques auxquels nous sommes confrontés. Nicoletta Iacobacci nous invite à discuter beaucoup plus ouvertement et horizontalement avec des penseurs contemporains influents (philosophes, artistes, scientifiques, ingénieurs, entrepreneurs et éminents auteurs de science-fiction) des répercussions sociales que ces technologies peuvent avoir si nous donnons carte blanche à leurs créateurs. Il est temps d'un appel à l'action pour une éthique exponentielle !

Nicoletta Iacobacci

Nicoletta Iacobacci

Directrice de Stratégie et Médias Futurs à l’Union Européenne de Radio-Télévision jusqu'en novembre 2014, Nicoletta Iacobacci a obtenu un doctorat centré sur l’éthique et les technologies émergentes. Elle est l’ambassadrice suisse de la branche genevoise de la Singularity University. Elle termine actuellement le Manifeste Éthique, produit sous les auspices de la Rockefeller Foundation.


« La digitalisation d'Homo sapiens : réflexions éthiques »

Dans un monde où (presque?) tout peut être réduit à des algorithmes plus performants que l'humain lui-même, certains suggèrent de s'augmenter et de fusionner avec la machine afin de rester compétitif. Mais dans ce monde, Homo sapiens devient obsolète et doit s’augmenter pour rester compétitif. Johann Roduit nous a suggéré une alternative à la course sans fin vers cet Homme augmenté. Il nous a notamment proposé de prendre du recul sur notre contexte social, sur nos mythes fondateurs, et le prisme que la modernité nous a donné. Parmi les alternatives proposées par Johann Roduit, celle du renforcement du principe de solidarité (qui est nécessaire selon lui en raison de notre fragilité humaine) semble la plus prometteuse. 

Johann Roduit rédige actuellement un ouvrage sur le sujet et nous a demandé de ne pas publier sa présentation.

Johann Roduit

Johann Roduit

Docteur en droit et éthique biomédicale, Johann Roduit travaille à l’Institut d’éthique biomédicale de l’Université de Zurich. Il est Managing Director du centre d'Humanités Médicales et chercheur au Collegium Helveticum de l'EPFZ. Il est co-fondateur de NeoHumanitas, un think tank encourageant la réflexion sur les technologies futures et émergentes.


« Numérique, finalités et gouvernanceS »

Le numérique doit constituer selon Georges Epinette une opportunité pour dessiner un monde meilleur et mettre l'homme au sein du dispositif. Se pose notamment  la question de nos choix sociétaux et des modèles d'affaires qui en découlent. Georges Epinette a esquissé durant sa présentation comment, pour les entreprises, la gouvernance du numérique peut s'harmoniser avec les différentes gouvernances (institutionnelle, d'activité, de conformité) tout en bannissant le mimétisme. Un chemin exigeant qui ambitionne non seulement de continuer à penser par nous-mêmes, mais aussi à dominer les effets de notre pensée.

Georges Epinette

Georges Epinette

Consultant, conférencier, auteur de nombreux ouvrages sur les systèmes d'information et le numérique, Georges Epinette est actuellement président du Club URBA. Il a été  durant 30 ans le DSI d'un grand groupe de distribution international tout en assumant pendant près de 10 ans la fonction de vice-président du CIGREF.


« L’économie inclusive et les enjeux du numérique comme relais de croissance »

Sous l’effet des innovations numériques, l’industrie, l’économie et la société sont en métamorphose. Des transformations profondes apparaissent dans leur organisation, leurs produits et leurs usages. Dans ce contexte Jonathan Normand nous a montré comment une approche inclusive, transparente et responsable peut réunir opportunités et sens tout en s’assurant qu’elles seront un relais de croissance dans l’intérêt général. Jonathan Normand a notamment mis en lumière le mouvement des « BCorp » (Benefit Corporation) qui réunit aujourd’hui plus de 2'300 entreprises à travers le monde.

Jonathan Normand

Jonathan Normand

Fondateur et Directeur exécutif de B Lab (Switzerland), Expert en innovation sociétale et gouvernance, il a été plus de 12 ans au sein de structure internationale dans la gestion du risque opérationnelle avant de créer le cabinet de conseil Codethic en 2009. En charge de déployer le mouvement BCorp depuis 2014 en suisse et en Europe, il est engagé dans l’économie et l’écosystème de la durabilité en siégeant bénévolement au sein de conseil de plusieurs associations.Il se passionne pour l’évolution de l’économie et en étudie les tendances et les ruptures.

 


« La question éthique à l'ère de la data economy, de l'intelligence artificielle et de l'anthropocène »

De nos jours, une nouvelle question critique s'impose, et comme immensité d'un défi sans précédent pour la raison : la question de la puissance de l'homme telle qu'elle se retourne toujours contre l'homme. Parce que, comme technique, cette puissance est un pharmakon. Bernard Stiegler a tenté de montrer durant sa présentation quels sont les enjeux de ce nouveau criticisme; pourquoi ce dernier exige et tout à la fois rend possible une recombinaison des enjeux épistémologiques et des enjeux éthiques; et que requièrent ces derniers.

Bernard Stiegler

Bernard Stiegler

Philosophe, docteur de l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Bernard Stiegler est président de l’association Ars Industrialis, directeur de l'Institut de Recherche et d'Innovation du Centre Georges Pompidou, professeur à l'Université de Londres, professeur associé à l'Université de Compiègne et enseigne à l'école polytechnique de Zurich. Il axe sa réflexion sur les enjeux des mutations actuelles portées par le numérique.  


Table ronde

La table ronde animée par Alexander Barclay du Genève Lab a permis au public d'interpeller les orateurs sur le sujet du jour. On a certes questionné durant cette table ronde les questions éthiques liées au numérique. Mais les discussions ont très vite digressé sur l'importance capitale de l'éducation et de la formation lorsque l'on évoque le numérique en général et l'éthique en particulier. Et en s'appuyant sur les différents exemples proposés tout au long de l'après-midi, les participants ont surtout interrogé notre condition humaine dans ce contexte...

Genève Lab

Ce blog illustre les activités du Genève Lab : évènements, projets, expérimentation, etc. C’est l’équipe du Genève Lab qui en assure la rédaction. Notre souhait est d’inspirer les acteurs de l’innovation du territoire. 

Genève Lab accompagne la transformation de l’administration cantonale à l’ère du numérique. Il l’aide à exploiter les leviers de l’innovation en impliquant les parties prenantes.

En savoir plus
https://www.ge.ch/dossier/geneve-lab

Partagez cette page