Remise du prix journalistique Femmes & Médias

texte prix femmes et médias

La Conférence romande de l'égalité, egalite.ch, a remis pour la 4ème fois le prix Femmes & Médias récompensant des journalistes qui cherchent à faire avancer le débat sur l'égalité entre les femmes et les hommes. C'est à partir du constat que les femmes étaient sous-représentées médiatiquement et que les sujets promouvant l'égalité étaient très peu abordés qu’elle avait décidé, il y a 10 ans, de lancer ce prix.

Le prix Femmes et Médias 2020 a été décerné le 16 septembre à « Raffut », de Célia Héron et Pascaline Sordet. Le sujet a séduit par son originalité, la pluralité des aspects évoqués, ainsi que le ton dynamique et novateur utilisé. Il s’agit de neuf podcasts diffusés sur le site du quotidien Le Temps qui traitent de la pratique du sport vue sous une perspective de genre.

Ce thème ayant été très présent durant toute l’année 2019, avec le point culminant de la grève du 14 juin, septante journalistes ont envoyé leurs productions, soit 173 articles, émissions ou podcasts. Ce qui constitue un record dans l’histoire du prix de la Conférence romande.
2019 a été une année exceptionnelle, tant sur le nombre de sujets traitant des questions de genre que sur leur qualité. Il a donc été particulièrement difficile pour le jury, composé de personnalités du monde politique, universitaire et médiatique, présidé par Fati Mansour, journaliste au Temps, de départager les gagnant-e-s.

Quant au prix spécial « 14 juin », il récompense la rédaction du quotidien Le Courrier pour un travail de fond et de longue haleine publié autour de la grève des femmes. Le caractère fouillé, la richesse des sujets abordés, ainsi que la qualité de leur traitement ont convaincu le jury qui a également souhaité saluer l’effort sur la durée.

Cette année, la Conférence romande des bureaux de l’égalité a décidé de s'allier à l'Institut de recherche et de formations DécadréE qui a décidé de décerner pour la première fois deux prix contre la culture du viol récompensant une journaliste et une rédaction. Avec une veille de 1120 articles provenant de 11 rédactions, l’Institut a fait un état des lieux global du traitement médiatique des violences sexistes dans un rapport sorti le 15 septembre. Les prix valorisent les bonnes pratiques d’un point de vue individuel et rédactionnel. Ils ont pour objectifs de montrer que l’actualité sur les violences sexistes peut être de qualité et permettre une sensibilisation.
Le Temps a été ainsi récompensé, non seulement pour la qualité de ses articles, mais également pour le travail accompli au sein de la rédaction. Sylvia Revello a été primée de manière individuelle pour son article
« Quand l’accouchement vire au cauchemar » portant sur les violences obstétricales.
 

Partagez cette page