Rapport d'activité de la police cantonale genevoise et chiffres de la Statistique policière de la criminalité (SPC) 2018

Type de publication:
Date de publication:
25 mars 2019
Publié dans:
Deux policiers dans une voiture de patrouille

Communiqué de presse du Département de la sécurité, de l'emploi et de la santé (DSES)

 

La criminalité est marquée par une stabilité

 

Les chiffres de la Statistique policière de la criminalité (SPC) montrent une stabilité (-1%) sur l'ensemble des infractions au code pénal à Genève sur l'année écoulée. Les atteintes au patrimoine témoignent quant à elles d'une baisse de 3%. Bémol, les infractions contre la vie et l'intégrité corporelle sont en augmentation de 12% par rapport à 2017, de même que celles contre l'intégrité sexuelle. Une attention particulière sera portée afin d'empêcher l'installation d'une tendance à la hausse. Par rapport à l'année 2011, l'ensemble des infractions au code pénal est en baisse de 32%.

 

L'année 2018 confirme la baisse entamée il y a maintenant plusieurs années. Les délits au code pénal suisse ont connu une diminution de 32% depuis 2011. Cette décrue concerne particulièrement les infractions contre le patrimoine telles que les cambriolages (-54,7%), les vols à la tire (-55,1%) et les vols à l'arraché (- 69,8%).

 

Par contre, les délits en lien avec la vie et l'intégrité corporelle augmentent (+12%) en 2018 par rapport à 2017. De même, les infractions contre l'intégrité sexuelle voient une augmentation de 31% sur l'année écoulée, soit 128 délits de plus, dont 50 sont des cas de pornographie et 37 d'exhibitionnisme. Les violences domestiques sont quant à elles toujours plus constatées par la police, passant de 1'509 à 1'977 cas en 2018.

 

Lutte contre le trafic de stupéfiants

L'action de la police en matière de sécurité de l'espace public a donné des résultats probants s'agissant de stupéfiants. Plus de 33 kilos de cocaïne, 31 kilos d'héroïne, 115 kilos de marijuana et 318 de haschisch ont été saisis et une baisse du nombre d'infractions à la Loi sur les stupéfiants (-13%) par rapport à 2017 a été constatée. Sur le terrain, les policiers observent toujours une diminution du tourisme de la drogue et un éclatement des réseaux. Les actions menées quotidiennement dans le domaine du deal de rue démontrent la volonté de la police dans son ensemble de poursuivre la lutte contre tous les trafics.

 

Proximité et prévention auprès des seniors

La sécurité de proximité reste également une priorité. Les sept contrats locaux de sécurité se poursuivent et le nombre d'interventions dans ce cadre reste important, notamment en termes de lutte contre les nuisances sonores. En effet, 5'420 réquisitions ont pu être assurées par les agents des polices municipales en 2018.

 

L'année dernière, 33 actions ont été menées dans les centres commerciaux du canton avec l'objectif d'informer principalement les personnes âgées sur les différents modes opératoires en matière de vols et les manières de se protéger. De plus, la police de proximité est en charge du déploiement et de la coordination du dispositif GE_veille sur nos aînés. Dans ce contexte, le personnel de l'imad (institution genevoise de maintien à domicile) a également été sensibilisé à cette problématique afin de disposer des messages clés à diffuser lors de leurs soins aux patients.

 

Dans le cadre de la collaboration avec l'association Alzheimer Genève, une sensibilisation a été dispensée à quelque 600 policiers dans le but de mieux appréhender les principes de la maladie et développer une approche rassurante et adéquate durant des interventions de police.

S'agissant des rapports entre les citoyens et la police, la 5e édition du sondage de satisfaction auprès des lésés indique que le pourcentage de personnes satisfaites de la prise en charge de leur problème passe de 83,3% à 88,9%.

 

Hausse massive des phénomènes de cybercriminalité

En 2018, la Brigade de criminalité informatique (BCI) a vu son activité générale augmenter de 34% et de près de 50% en ce qui concerne les perquisitions. En dépit de la hausse massive des infractions de cybercriminalité (+79%), il s'agit d'un phénomène attendu, qui va perdurer et va s'accentuer encore. A cet effet, en 2019, la police entend encore mieux informer la population sur les risques, augmenter sa propre connaissance des phénomènes et favoriser également le dépôt de plainte. Par conséquent, l'ensemble des policiers suivra une formation "cybercrime".

 

Activité générale

En 2018, avec un effectif de 2'045 collaborateurs, la police genevoise a traité 80'814 réquisitions (+1,2%) et effectué 32'122 contrôles.

 

L'empêchement d'accomplir un acte officiel est en hausse (492 affaires en 2018 contre 461 en 2017) mais les violences ou menaces contre les fonctionnaires baissent et passent de 168 affaires en 2017 à 154 en 2018.

 

Conclusion

Entre 2011 et 2018, les infractions au code pénal ont diminué de 32%. Ces résultats positifs, enregistrés majoritairement sur les infractions contre le patrimoine, ont été rendus possibles grâce à des analyses précises et des actions ciblées sur les populations criminogènes clairement identifiées. Il conviendra toutefois de prêter une attention toute particulière aux phénomènes de violences (vie, intégrité corporelle et sexuelle) ainsi qu'à celui de la cybercriminalité.

L'ensemble des infractions au code pénal à Genève démontre une stabilité sur l'année écoulée. Les atteintes au patrimoine témoignent quant à elles d'une baisse de 3%. Les infractions contre l'intégrité sexuelle augmentent de 31% et les délits en lien avec la vie et l'intégrité corporelle de 12%.

La sécurité passe par le partenariat avec les polices municipales pour développer une police de sécurité de proximité, plus visible sur le terrain, répondant aux attentes de la population. Cette connaissance et cette occupation du terrain sont également propres à faire face aux menaces du terrorisme en collaboration avec nos voisins et les autorités fédérales.

En lien avec l'axe 1 de la politique criminelle commune 2018-2020, les opérations de sécurité publique viseront notamment à marquer une présence plus forte lors des moments festifs, ainsi qu'aux abords des établissements publics, en particulier les fins de semaine. Le renforcement des contrôles de rue, les saisies préventives d’objets dangereux et armes prohibées et la poursuite de l’intensification des contrôles du personnel de sécurité des établissements publics font partie des mesures prévues. Des actions de sensibilisation seront entreprises concernant la problématique du bruit et les responsabilités des gérants en la matière.

Concernant la modernisation de l'équipement, la police bénéficie de nouveaux moyens de protection et d'armement adaptés à l'évolution des risques sécuritaires.

 

Ces résultats ont été rendus possibles grâce à l’engagement de toutes les collaboratrices et de tous les collaborateurs de la police cantonale, associés à l'ensemble des partenaires de la sécurité.

Accéder au Rapport d'activité de la police cantonale genevoise 2018

Accéder à la cartographie dynamique.

 

Pour toute information complémentaire:

 

  • M. Mauro Poggia, conseiller d'Etat, par l'intermédiaire de M. Laurent Paoliello, directeur de la coopération et de la communication, DSES, T. +41 79 935 86 75.
  • M. Jean-Philippe Brandt, police cantonale genevoise, officier communication, service de presse de la police, T. +41 22 427 56 01 ou +41 79 941 54 59, email: presse@police.ge.ch.

 

Partagez cette page