Présentation de la première évaluation de la vitalité du secteur philanthropique lémanique

Image

A l'occasion de son 15ème anniversaire, la Fondation Lombard Odier a présenté jeudi 26 septembre 2019 au Club Suisse de la Presse, une étude-pilote intitulée Faire mieux, plus efficacement: mesurer et améliorer la vitalité philanthropique.

Cette analyse exhaustive de données quantitatives et qualitatives étudie pour la première fois la santé et le dynamisme du secteur et propose des recommandations pour accroître et accélérer le développement de la philanthropie dans l'Arc lémanique.

Initiative collective du secteur, et financée par plusieurs fondations romandes et alémaniques, cette étude est le fruit d’une collaboration entre les milieux privés, philanthropiques, académiques et les pouvoirs publics genevois et vaudois. Ainsi, le comité de pilotage du projet regroupe la Fondation Lombard Odier, SwissFoundations, proFonds, le Centre en philanthropie de l’Université de Genève, le Center for Philanthropy Studies de l’Université de Bâle, la société FSG et la Direction générale du développement économique, de la recherche et de l’innovation du canton de Genève (DG DERI).

Comme l'a relevé Alexandre Epalle, Directeur général de la DG DERI, un des intérêts majeurs de l'étude est bien "la mise en lumière des atouts du secteur philanthropique à Genève et dans l’Arc lémanique qui font la réputation de la région dans le monde entier". Disposant d'un cadre juridique sûr et bénéficiant de la présence de nombreux experts dans des domaines utiles à la philanthropie, la région est d'ores et déjà propice aux fondations (environ 2'500 fondations y sont établies) qui disposent par ailleurs d'une excellente réputation au sein du public.

Pour autant, si l'étude conclut à une réelle dynamique du secteur, fructueuse et constructive, elle émet aussi plusieurs recommandations pour gagner en efficacité et faire face aux nouveaux enjeux environnementaux, sociétaux, numériques. Ainsi, davantage de transparence de la part des fondations, une professionnalisation accrue ou encore une meilleure communication sur leurs objectifs et sur leurs activités, sont des pistes qui devront faire l'objet d'une réflexion particulière à l'avenir.

Considérant le bien-fondé de cette nouvelle méthodologie d'évaluation de la vitalité philanthropique, l'extension de l'étude à l'ensemble de la Suisse est également envisagée.

 

 

Partagez cette page