L'OMS célèbre la pose de la première pierre de son nouveau bâtiment de siège

Type de publication
Date de publication
30 mai 2019
Pose première pierre OMS
Pose première pierre OMS
Le 29 mai dernier, l'OMS a célébré la pose de la première pierre de son futur nouveau bâtiment de siège au Grand-Saconnex.
La cérémonie s'est déroulée en présence de M. Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'OMS, de M. Mauro Poggia, conseiller d'Etat chargé du département de la sécurité, de l'emploi et de la santé, et de M. Valentin Zellweger, chef de la Mission permanente de la Suisse à Genève.

Depuis sept ans, l'Etat de Genève accompagne le développement de ce projet aux côtés de la Confédération et de la FIPOI.

En 2013, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a sollicité un financement de l'Etat hôte pour la construction de ce nouveau bâtiment de siège. Au total, les autorités suisses ont à ce jour accordé un prêt de 140 millions de francs pour financer ce chantier : 76,4 millions par la Confédération, 29,6 millions par le canton de Genève et 20 millions par la FIPOI. La contribution du canton de Genève a été adoptée le 3 juin 2016 par le Grand Conseil, par le biais de la loi 11864, destinée au financement des projets de construction et de rénovation de l'ONUG et de l'OMS.

Le Département présidentiel de l'Etat de Genève a participé, aux côtés de l'architecte cantonal, en tant que membre du jury au concours international d’architectes à deux degrés, dont le lauréat a été désigné en mars 2015, sur près de 250 projets examinés par le jury (accès au rapport du jury). C’est le projet du bureau d’architecture zurichois Berrel Berrel Kräutler qui, en mars 2015, a été désigné lauréat. Il consiste en une tour de bureaux de neuf étages construite autour d’un atrium ouvert permettant ainsi à la lumière naturelle du jour de pénétrer dans tous les espaces. Les travaux ont démarré en 2017. Ils se déroulent comme prévus et la fin du gros oeuvre est envisagée pour l’été 2019.

Quant à la rénovation du bâtiment principal de l'OMS, celle-ci devrait débuter dès 2021. Ses frais sont entièrement pris en charge par l'organisation même. Les autorités suisses ont à ce propos, en 2011 et 2015, sous l'égide de l'office du patrimoine et des sites, mandaté des études menées par le Laboratoire des techniques de la sauvegarde de l'architecture moderne de l'EPFL, permettant de mettre en relief la valeur exceptionnelle de ce bâtiment, conçu par l'architecte Jean Tschumi, à l'échelle internationale et la nécessité de sauvegarder ce patrimoine.

 

Pour toute information complémentaire: M. Michael Meier, secrétaire général adjoint, PRE, michael.meier@etat.ge.ch.

Type de publication
Date de publication
30 mai 2019