Lancement de la brigade équestre de la police genevoise

Type de publication:
Autres communiqués
Date de publication:
27 avril 2018
La brigade équestre de la police cantonale genevoise est prête à patrouiller
Police équestre

Ce vendredi 27 avril 2018, la commandante de la police, le colonel Monica Bonfanti, a signé une convention de collaboration avec les représentants du Refuge de Darwyn. Objectif, lancer de manière officielle la nouvelle brigade équestre. Formé par la police fédérale belge, ce nouveau service de la police de proximité peut dès lors commencer à patrouiller.

La brigade équestre sillonnera la campagne genevoise et les zones frontières, secteurs qui bénéficiaient jusqu'alors d'une présence proactive réduite de la police. En effet, l'activité délictueuse concentre les forces de l'ordre dans les villes du canton. Néanmoins, dans une vision de prévention et de dissuasion, il est nécessaire de pouvoir bénéficier d'une présence accrue dans ces zones péri-urbaines. En patrouillant hors des grands axes, le groupe équestre offrira une visibilité accrue sur des points stratégiques du canton. Ses agents travailleront à améliorer la sécurité dans l'espace public, en luttant contre le trafic de stupéfiants et en prévenant les cambriolages, tout en aidant à la recherche de personnes. Les policiers surveilleront notamment des régions difficiles d'accès aux véhicules de police, ce qui permettra d'éviter des phénomènes d'occupation illicite, comme les campements sauvages.

Les cavaliers et cavalières de cette brigade seront neuf au total. Une patrouille composée de deux de ces policiers spécialisés parcourra la campagne une fois par semaine, appuyée par un dispositif motorisé en cas de contrôle ou d'interpellation. Mais ce nouveau groupe ne puisera pas dans les effectifs opérationnels répondant quotidiennement aux réquisitions du citoyen: leurs membres resteront affectés dans leur service d'attribution et seront planifiés pour les patrouilles équestres environ une journée par mois. L'impact pour les différentes entités sera donc très réduit.

Pour pouvoir patrouiller efficacement à dos de cheval, les neuf policiers de la brigade, dont huit femmes, ont bénéficié des conseils de la police fédérale belge. Ces cavaliers ont effectué un stage théorique et pratique de plusieurs jours au sein de la police fédérale belge, afin de parfaire leurs techniques d'intervention, comme l’interception d’un véhicule ou l’interpellation d’un individu. Les policiers bruxellois ont ensuite rejoint leurs élèves à Genève pour finaliser les derniers détails de cette formation. Les membres de la brigade, issus de différents services de police, sont tous titulaires d'un brevet de cavalier ou d'une formation équivalente.

Afin de mettre en place sa brigade montée, la police a travaillé en partenariat avec le refuge de Darwyn, association à but non lucratif et reconnue d'utilité publique, dont l'objectif est de recueillir les chevaux maltraités, destinés à l'abattoir ou dont les propriétaires ne peuvent plus s'occuper pour diverses raisons. Les montures des policiers sont mises à disposition par la responsable de cette entité. La police, elle, a acquis l'équipement des agents et de leurs destriers, ainsi qu'un véhicule pour les transporter.

Rappelons qu'il ne s'agit pas de la première police équestre à Genève. Dans les années 2000, un groupe similaire patrouillait dans le centre-ville et dans les parcs. Toutefois, celui-ci ne s'occupait pas de répression mais uniquement de prévention, contrairement à la brigade d'aujourd'hui.

 

Partagez cette page