Elle veut absolument travailler dans le droit, il ne s'y oppose pas !

Type de publication:
Date de publication:
6 novembre 2019
Elle veut absolument travailler dans le droit, il ne s'y oppose pas !
Elle veut absolument travailler dans le droit, il ne s'y oppose pas !
Jean-Jacques Guertchakoff, conseiller en personnel à l'OCE, nous raconte comment son travail d'accompagnant, couplé à la détermination de Léonie (nom d'emprunt), l'une de ses candidates, ont permis à cette dernière de prendre un virage à 360 degrés.

 

Comment avez-vous réagi lorsque Léonie vous a parlé de son projet ?

Jean-Jacques Guertchakoff : au début, cela m'a beaucoup surpris. Léonie travaillait à temps partiel dans le milieu du spectacle, mais au moment de notre rencontre, elle n'avait plus du tout envie d'y rester. Lors de notre premier entretien de conseil, elle m'a parlé de son souhait de devenir secrétaire d'avocat. En 22 ans de carrière, c'est bien la première fois que je me suis retrouvé face à une telle proposition ! Je connais très bien le secteur des arts et du spectacle et, généralement, les personnes qui y travaillent sont plutôt désireuses d'y rester, même si les missions sont souvent de durée déterminée. Comme Léonie ne maîtrisait pas suffisamment le français pour travailler dans un cabinet d'avocat, et qu'elle ne disposait d'aucune expérience professionnelle dans ce secteur, son projet m'a d'abord paru complètement irréaliste.

 

Qu'avez-vous fait pour la soutenir ?

Jean-Jacques Guertchakoff : je lui ai d'abord parlé de la vente, où certains métiers exigent des  compétences linguistiques moins poussées que dans le droit. Mais lorsqu'elle m'a dit d'un regard déterminé et d'une voix très posée "Monsieur Guertchakoff, faites-moi confiance", je dois avouer que j'ai eu envie de lui donner sa chance en tant que secrétaire d'avocat. J'ai alors dû faire face à deux obstacles de taille : son niveau de français et ses connaissances en secrétariat. C'est alors qu'elle m'a avoué s'être déjà inscrite à un cours de langue financé par ses propres moyens, ce qui rendait la démarche encore plus crédible et abordable. Je lui ai donc proposé une formation dans le secrétariat adaptée à son projet. Cette formation fait partie de la palette des cours que l'OCE est en mesure de proposer aux candidat-e-s qui ont une cible professionnelle de ce type. Après trois mois d'investissement, elle passe les examens haut la main, quand bien même elle n'a pas encore le niveau de français requis ! 

 

A-t-elle finalement réussi à se réinsérer professionnellement ?

Jean-Jacques Guertchakoff : en cours de formation, elle a réussi à décrocher un job dans un service marketing d'une multinationale. Certes, cela ne correspondait pas tout à fait à son objectif initial, mais c'était pour elle l'occasion de sortir du chômage et elle n'a pas hésité. Deux ans plus tard, elle m'a contacté pour m'annoncer fièrement qu'elle travaillait désormais dans une étude d'avocat en tant que secrétaire, et qu'en plus de ça, elle projetait de faire des études de droit ! Je n'ai pas précisé que Léonie avait initialement suivi des études universitaires dans un autre domaine que le droit et que toute sa démarche visait en réalité à trouver au final un emploi en adéquation avec ses compétences. Aujourd'hui, je sais qu'elle prépare son brevet d'avocate.

 

Comment expliquez-vous ce succès ?

Jean-Jacques Guertchakoff : de mon côté, je suis conscient d'avoir pris un risque au départ, mais j'estime qu'il était mesuré car j'ai rapidement réalisé avoir en face de moi quelqu'un de très déterminé et de très sincère. C'est précisément cette détermination et cette authenticité dont Léonie a su faire preuve à chaque étape de son parcours qui ont contribué à son succès. Je relève par ailleurs que cette candidate avait un projet très concret en tête, et qu'elle avait déjà entrepris des démarches par ses propres moyens pour le réaliser, ce qui m'a également conforté lors de ma prise de décision.

Je pense par ailleurs que son sens relationnel poussé l'a beaucoup aidée. On sous-estime trop souvent ce type de "soft skills" pourtant extrêmement utiles. Elle n'a par exemple à aucun moment fait preuve de susceptibilité ou de contrariété à mon égard. Elle nous a considérés comme des partenaires dès le départ. Sa grande force, si je devais la résumer : elle n'a pas peur de reculer pour mieux sauter ! 

Profil LinkedIn de Jean-Jacques Guertchakoff.

Recruter à l'OCE ? Pour en savoir plus.

Partagez cette page