A l'école primaire, près d'un élève sur trois a besoin de soins dentaires

La santé bucco-dentaire des élèves genevois de 4 à 12 ans s’est améliorée au cours des 25 dernières années, signe d'un effet positif des programmes de prévention. Cependant, près d'un élève sur trois avait besoin de soins dentaires durant l'année scolaire 2017-18.
soins dentaires

A Genève, le Conseil d’Etat a fixé comme objectif prioritaire de « renforcer les compétences en matière de santé dans les écoles et détecter les problèmes de santé chez les mineurs scolarisés au DIP » avec, dès l’âge de 4 ans, le dépistage des problèmes de vue, d’ouïe et de santé bucco-dentaire afin de vérifier que les élèves sont tous en mesure de suivre correctement les apprentissages.

Pour y répondre, l’office de l’enfance et de la jeunesse (OEJ) et le service de la recherche en éducation (SRED) ont mené en 2018 une première analyse de la santé bucco-dentaire des élèves de l’enseignement primaire et de l’enseignement spécialisé genevois, dont les résultats sont communiqués dans la rubrique E3. Dépistage dentaire en milieu scolaire des Repères et indicateurs statistiques (RIS).

Cette analyse montre que la santé bucco-dentaire des élèves genevois s’est améliorée au cours des 25 dernières années. En 2017, 54% d’entre eux ont des dents saines (exemptes de lésion initiale, de carie ou d’antécédents de carie) contre 40% dans les années 1990. Les données révèlent également qu'à l’entrée en 1P, près de 30% des élèves ont déjà une lésion dentaire à soigner ou ont déjà eu une carie traitée dans le passé ; au total, dans l’enseignement primaire régulier et spécialisé, plus de 11'000 élèves avaient besoin de soins dentaires durant l’année scolaire 2017-18, dont plus de 600 en urgence. La propension à avoir des caries est en partie liée à la précarité sociale et à la migration.

 

Les Repères et indicateurs statistiques du SRED sont régulièrement actualisés. Retrouvez également sur la page des RIS la mise à jour des thèmes suivants :

Partagez cette page