Le canton de Genève renouvelle sa campagne de promotion du vélo "Pourquoi pas à vélo ? Aujourd'hui, j'essaie !"

La deuxième édition de la campagne de promotion "Pourquoi pas à vélo ? Aujourd'hui, j'essaie", lancée le 16 septembre dans le cadre de la Semaine européenne de la mobilité, se décline sous la forme de trois slogans qui s'affichent sur les transports publics genevois et dans les parkings : "Le vélo libère les artères", "A vélo, libre comme l'air" et "Le vélo a tout pour plaire". Par cette action, le canton de Genève entend poursuivre ses efforts de sensibilisation aux nombreux bienfaits engendrés par la pratique régulière du vélo pour la santé, la mobilité et l'environnement.
"Pourquoi pas à vélo ? Aujourd'hui, j'essaie !"
"Pourquoi pas à vélo ? Aujourd'hui, j'essaie !"

En parallèle de la campagne d'affichage, des stands d'information invitent la population à découvrir les multiples bienfaits du vélo sur les plans de la santé individuelle, de la mobilité et de l'environnement. Réalisés en collaboration avec l'association PRO VELO Genève, ces stands proposent des conseils ainsi que des informations pratiques liées à l'utilisation du vélo. Le public peut également y tester ses connaissances ou encore participer à un quizz autour de la petite reine. Les déplacements multimodaux étant d'actualité, des stands accueilleront également le public lors des journées Portes ouvertes du CEVA, les 26 et 27 septembre prochains.

Le vélo libère les artères

A Genève, près de deux tiers de la population ne pratique pas d'activité physique régulière et est ainsi sujette à un risque plus important de développer des maladies telles que le diabète, les maladies cardiovasculaires, l'obésité, l'arthrose ou certains cancers. Pratiquer au moins 30 minutes d'activité physique quotidienne, par exemple en se déplaçant à bicyclette, permet notamment de renforcer le système cardio-vasculaire, de tonifier les muscles, de préserver son capital osseux, de limiter la prise de poids et d'améliorer son état psychique. Bon nombre d'affections peuvent ainsi être prévenues.

Le vélo libère également les artères de la ville. En effet, un tiers des déplacements motorisés font moins de 3 km et cette distance peut être parcourue à vélo en moins d’un quart d’heure. A vélo, on retrouve l'indépendance procurée par un véhicule motorisé sans subir les inconvénients de la circulation, à savoir les embouteillages et la recherche de places de stationnement. Se déplacer à vélo, protégé et bien équipé, permet ainsi de gagner du temps !

A vélo, libre comme l'air

Le trafic motorisé engendre l'émission de polluants pouvant être nocifs pour la santé. Au centre de l’agglomération, les concentrations de ces polluants dépassent encore les normes fédérales qui protègent la santé de la population. Se déplacer à vélo plutôt qu’en véhicule à moteur contribue à préserver la qualité de l'air.

Réalisée conjointement par le département de l'emploi, des affaires sociales et de la santé (DEAS) et celui de l'environnement des transports et de l'agriculture (DETA), cette campagne d'information s'inscrit dans le cadre du Plan de mesures OPair. Cette opération répond également aux objectifs du plan cantonal de promotion de la santé et de prévention et à ceux du plan directeur de la mobilité douce.

Campagne de sensibilisation du 16 au 27 septembre 2015.

 

Contacts médias

Dr Lynne Thadikkaran-Salomon, conseillère scientifique, secteur prévention et promotion de la santé, service du médecin cantonal, direction générale de la santé, DEAS, +41 22 546 50 53

Pierre Kunz, adjoint de direction, service de l’air, du bruit et des rayonnements non ionisants, direction générale de l’environnement, DETA,  +41 22 388 80 52

Partagez cette page