En février 2016, le taux de chômage à Genève a suivi la tendance baissière observée en Suisse avec une diminution de 0,1 point, fixant le taux de chômage dans le canton à 5.7%. Si la composante saisonnière a influé sur la baisse constatée sur le plan national et cantonal, la stabilité du chômage à Genève ces derniers mois est un signe encourageant. Le conseiller d'Etat chargé du département de l'emploi, des affaires sociales et de la santé, Monsieur Mauro Poggia, continue −en collaboration avec l'office cantonal de l'emploi− de déployer ses forces pour privilégier, à compétences égales, le placement des demandeurs d'emploi résidant à Genève.
Baisse du chômage à Genève en février 2016
Baisse du chômage à Genève en février 2016

Statistiques détaillées du chômage à Genève en février 2016

Avec 13'449 personnes au chômage fin février (y compris les chômeurs en fin de droit), soit une diminution de 195 chômeurs en un mois (-1,4%), le taux de chômage à Genève connaît une baisse de 0,1 point et s'établit à 5,7%1. Au plan national, le nombre de chômeurs diminue également (-1,4%), fixant le taux de chômage à 3,7%1 (-0,1 point). En comparaison annuelle (février 2015 – février 2016), l'effectif des chômeurs augmente de 2,5% à Genève (augmentation de 7,7% au plan suisse) et celui des demandeurs d'emploi2 augmente de 4,0% (augmentation de 8,0% au plan suisse).

L’évolution en fonction du sexe, de la nationalité, de l’âge et de la durée d’inscription

Durant le mois de février, le nombre de chômeurs de sexe masculin a diminué de 1,4% et celui des chômeurs de sexe féminin de 1,5%. Selon la nationalité, la variation enregistrée est de -1,8% pour les Suisses et de -1,1% pour les étrangers. Quant à l'évolution selon les groupes d'âge, le nombre de jeunes de moins de 25 ans a baissé de 1,1%, celui des 25 à 49 ans de 2,0% et celui des 50 ans et plus a augmenté de 0,3%. Le nombre de chômeurs de longue durée (inscrits depuis plus d'un an), dont la part correspond actuellement à 19,0% du total, diminue de 1,9% en février. La durée moyenne du chômage s'établit à 218 jours, alors qu'elle était de 219 jours le mois précédent (moyenne basée sur une semaine de 7 jours) ; elle était de 216 jours une année auparavant (février 2015).

L’évolution en fonction des secteurs d’activité

En comparaison annuelle (février 2015 – février 2016), on enregistre la plus forte baisse dans le secteur bancaire (-69 chômeurs). Les plus fortes hausses sont enregistrées dans l'horlogerie (+41 chômeurs), le commerce et la réparation d'autos (+25 chômeurs), l'administration publique et les assurances sociales (+66 chômeurs) et l'informatique (+28 chômeurs).

Inscriptions et sorties

En février 2016, 1'703 demandeurs d’emploi ont été inscrits. Durant la même période, 1'670 désinscriptions ont été enregistrées.

 

Contact médias

M. Mauro Poggia, conseiller d'Etat, par l'intermédiaire de Monsieur Laurent Paoliello, secrétaire général adjoint chargé de communication, DEAS - Tél. +42 22 327 92 04 ou +41 79 935 86 75

 

1 Taux basé sur la population active selon le relevé structurel de la population 2010
2 Sont considérées comme demandeurs d’emploi toutes les personnes inscrites déclarées comme étant à la recherche d’un emploi, c’est-à-dire les chômeurs et les demandeurs d’emploi non-chômeurs. Les chômeurs sont des personnes à la recherche d’un emploi et disponibles immédiatement, y compris les chômeurs en fin de droit. La catégorie des non-chômeurs comprend les personnes en gain intermédiaire ou en formation, occupées à plein temps ou à temps partiel, celles qui ne peuvent être placées dans un délai de 30 jours pour cause de maladie, maternité, accident ou service militaire.

 

Partagez cette page