Economie circulaire pénitentiaire

Economie circulaire pénitentiaire
Economie circulaire pénitentiaire
La rencontre de deux mondes, la détention et l'environnement autour d'une démarche d'économie circulaire.
L'objectif est de développer une stratégie et un plan d'actions d'économie circulaire adaptés au contexte de la détention et de trouver un ancrage plus harmonieux de ce territoire dans son environnement immédiat. 
 

L’écologie industrielle, l’économie circulaire, la transition écologique font de plus en plus souvent l’objet d’études, de projets et d’initiatives mais le secteur pénitentiaire n’a encore jamais été intégré à ces réflexions.

Dès lors un projet ambitieux est né : mettre en place une démarche d'économie circulaire sur le site pénitentiaire de Puplinge-Choulex. Au-delà des meilleures pratiques qui sont visées, cette démarche transversale est aussi la rencontre de deux mondes, l'environnement et la détention.

Etat des lieux et pistes d'actions

Un état des lieux mené sous l’angle global de l’économie circulaire a permis de comprendre le fonctionnement du périmètre pénitentiaire, de chaque bâtiment pris séparément et des coopérations existantes entre eux. Il a ainsi permis de définir l’engagement du centre de détention dans la voie de l’économie circulaire en identifiant ce qui relève déjà de l'économie circulaire et les potentiels d’amélioration. Enfin, le dialogue avec les communes voisines a été initié. Grâce à un travail de co-construction, cette phase du projet a abouti à l’établissement d’un diagnostic et à l’identification de pistes d’actions prioritaires.
 

Plan d’action et mise en œuvre

Le diagnostic effectué lors de la première phase du projet a permis de mettre en évidence les différentes thématiques présentant un potentiel d’amélioration en matière d’économie circulaire et parfois, plus largement, en termes de transition écologique et d’actions pour le climat.

Celles-ci se déclinent en catégories telles que la gestion des énergies, des bâtiments, des déchets, de la mobilité, des espaces extérieurs ou de l’alimentation. Les liens avec l’extérieur et la culture au sens large ont également une place prépondérante dans la démarche. Pour chaque catégorie, un certain nombre d’actions à mener a été priorisé. 
Grâce à la mobilisation des acteurs du projet, certaines actions ont immédiatement été lancées.

Leur teneur et les résultats obtenus seront communiqués rapidement sur ces pages. 

Le projet est co-portée par le Département du territoire et le Département de la sécurité, de la population et de la santé et le Département des infrastructures.