De parc en parc | FAQ

Micro-oasis
Micro-oasis
Vous trouverez ici la réponse aux questions que vous vous posez sur le projet pilote De parc en parc.
Micro-oasis
Micro-oasis

Pourquoi inviter les personnes âgées à sortir de chez elles quand il fait chaud ?

Parce que les périodes de canicule sont attendues plus fréquentes et plus longues, il est important de maintenir une certaine activité physique et des liens sociaux, même en période de forte chaleur. Ainsi, ce projet matérialise le Concept cantonal de promotion de la santé et de prévention 2030, qui vise «un environnement physique propice à un mode de vie sain et exempt de risques pour la santé» ainsi que «le bien-être et la qualité de vie dans le vieillissement». 

Pourquoi avoir donné le nom De parc en parc au projet ?

Si, à ce stade, il est vrai que le projet s’éloigne un peu de l’objectif initial de relier des parcs, il faut le voir dans une perspective à long terme. L’idée est de transformer peu à peu la ville pour permettre aux gens âgés de sortir plus aisément même quand il fait chaud. Sur la base de ce projet pilote, ces micro-oasis vont donc se multiplier, et le projet De Parc en Parc rejoindra sa philosophie originelle. Indépendamment des activités prévues pour encourager les seniors à se rendre dans les parcs, ces micro-oasis serviront principalement de motivation pour se déplacer pendant la journée, aller à un rendez-vous, etc. 

Comment ont été choisis les sites d'implantation des micro-oasis ?

Ces micro-oasis jouent pleinement leur rôle d’îlots de fraîcheur aux heures les plus chaudes de la journée. C’est pourquoi elles ont été implantées sur des sites particulièrement chauds, identifiés grâce à l’analyse climatique réalisée sur mandat du Service cantonal du développement durable. Sachant qu'un Genevois sur cinq vitt à plus de cinq minutes d’un parc, les emplacements des micro-oasis ont ainsi tenu compte de l’éloignement vis-à-vis des espaces verts. La micro-oasis située aux Acacias a été implantée pour prolonger l’animation La Ville est à vous qui, cette année, succède à Cette rue est à vous. Enfin, la micro-oasis située dans le quartier des Grottes répond aux souhaits émis par les habitants, qui l'ont demandée à l'occasion d'un forum social de quartier.

Ce projet sera-t-il répliqué l'été prochain ?

Oui. Il est amené à se pérenniser, mais la localisation des micro-oasis dépendra de l’avancement des stratégies de végétalisation et d’arborisation de la Ville et du Canton. D’après le Réseau de recherche sur le changement climatique urbain, Genève subira une augmentation de 2,5 degrés de sa température moyenne d’ici à 2030 (par rapport à l’ère pré-industrielle) et jusqu'à +7 degrés en 2080. Le déploiement d'îlots de fraîcheur en milieu urbain deviendra donc une nécessité.

Pourquoi ne pas planter des arbres au lieu d'installer des micro-oasis éphémères ?

Pour qu’un arbre planté puisse se développer, il faut lui réserver un certain volume de terre et la fosse prévue doit être proportionnelle à l’arbre qu’elle accueille. On estime qu’un minimum de 15m3 de volume doit être atteint, par exemple en considérant une fosse circulaire de 2,2 mètres de rayon. Cela n’est malheureusement pas toujours possible en ville, ou le déplacement des nombreux réseaux souterrains existants (eau, électricité, fibre optique, etc.) s’avérerait extrêmement coûteux ou infaisable.

Pourquoi avoir installé 2 micro-oasis le long de la rue de Montchoisy aux Eaux-Vives et une seule sur les autres sites ?

Le projet est encore en phase pilote et de test par la population. A terme, ce projet évoluera de manière à relier des parcs entre eux, où à faciliter l’accès aux parcs pour les personnes ne disposant pas d’un parc à proximité. C’est l’esprit de l’installation de deux micro-oasis le long de la rue de Montchoisy. Le but est de créer des étapes le long de cette rue, afin de faciliter l’accès au Parc des Eaux-Vives pour les personnes qui vivent à plus de 300 mètres de celui-ci.

Quelle sera la consommation d’eau et d’électricité de ces micro-oasis ?

Lorsque le système de brumisation fonctionne, la consommation électrique équivaut à la moitié de celle d’un grille-pain. Le brumisateur consomme moins d’un litre d’eau par minute (225 Wh et 30 l/heure en fonctionnement). Les brumisateurs sont enclenchés uniquement lorsque les  micro-oasis sont occupées (estimation: 30% du temps -> 4h par jour) et lorsque la température sera supérieure à 27°C (estimation: 30 jours - voir le graphique ci-dessous). La durée estimée de fonctionnement des brumisateurs est donc de 120h. Par micro-oasis  et sur l’ensemble de la période juillet-août, cela devrait représenter 27 kWh d’électricité et 3,6 m3 d’eau, soit un volume d’eau inférieur à celui requis pour l’arrosage de bambous.

Températures relevées en 2020 à Cointrin (source : MeteoSwiss)
Températures relevées en 2020 à Cointrin (source : MeteoSwiss)

Pourquoi avoir choisi des bambous plutôt que des espèces végétales indigènes ?

Initialement, la réalisation de ce projet prévoyait l’emploi des espèces suivantes : Viorne-tin ou laurier-tin (Viburnum tinus), Charme (Carpinus betulus), Troène (Ligustrum vulgare), Bois de Ste-Lucie (Prunus mahaleb) et Buis (Buxus sempervirens). 

Mais le volume du feuillage de ces espèces ne permet pas de créer suffisamment d’ombre en occupant un volume minimal. De plus, ces espèces auraient créé un peu de verdure, mais n’auraient pas participé à la mise en scène et à l’évocation d’une oasis de fraîcheur. Enfin, ne s’agissant pas d’un projet de renaturation, mais d’une installation éphémère pendant 2 mois, l'indigénat en pleine ville n’avait plus vraiment de sens. 

Compte Twitter de l'hepia 

Combien a coûté chacune de ces micro-oasis ? 

Chaque unité a coûté CHF 16’500.- dont environ 40% pour la main d'œuvre. Chaque micro-oasis a été produite par des artisans locaux et sera utilisée pendant au moins trois ans (chaque année en juillet et août). Pour cette phase pilote, la production des 5 premières micro-oasis a été financée aux deux-tiers par la Ville et pour un tiers par l’État de Genève.
 

 

En savoir plus 

Changements climatiques à Genève 

Canicule

Ville et chaleur