"Changeons un peu, vivons mieux !" Une campagne de sensibilisation pour inciter les Genevois à devenir acteurs de leur santé

Le département de l'emploi, des affaires sociales et de la santé (DEAS) lance une campagne pour sensibiliser chaque Genevois aux petits changements de la vie quotidienne qu'il peut facilement mettre en place pour préserver sa santé. Présente dans les rues, les transports publics, sur les réseaux sociaux et par le biais d'un site dédié, cette campagne entend susciter une prise de conscience en amenant chacun à s'interroger sur ses capacités à agir, de manière proactive, en faveur de sa propre santé. Elle vise également à orienter le public vers les informations et ressources existantes sur le territoire genevois pour prévenir et réduire les risques d'atteintes à la santé (maladies ou accidents) ou en limiter les conséquences.

Utilisant un ton chaleureux, optimiste, légèrement décalé et non moralisateur, la campagne Changeons un peu, vivons mieux ! véhiculera, jusqu'à l'été 2019, des messages de prévention s'adressant à différents publics cibles (jeunes, seniors, parents, etc.). Le site internet www.vivonsmieux.ch fourmille de conseils pertinents et d'informations liés à l'alimentation, l'activité physique, la santé mentale, la consommation d'alcool, le tabagisme ou encore la santé sexuelle. C'est aussi une source d'information sur l'offre qui existe à Genève pour celles et ceux qui souhaitent commencer ou continuer à prendre soin de leur santé. L’utilisation des réseaux sociaux sera aussi prépondérante pour atteindre les différents publics concernés.

"L'enjeu principal de cette campagne est de rappeler à chaque Genevoise et à chaque Genevois qu'il existe de l'information leur permettant d'acquérir les connaissances pour faire, en toute liberté, des choix éclairés en matière de santé, pour la préserver et ainsi réduire ou retarder les besoins en soins", a déclaré M. Mauro Poggia, conseiller d'Etat chargé de la santé. Il ajoute : "Des études montrent que dans notre pays, entre un quart et la moitié des personnes sondées manquent d’informations suffisantes dans ce domaine. Cette situation réduit de façon importante leur capacité à prendre des décisions éclairées pour leur propre santé et celle de leurs proches."

Les études actuelles montrent en effet que les personnes ayant des connaissances insuffisantes en matière de santé ont moins souvent recours aux offres de prévention, sont globalement en moins bonne santé et sont plus fréquemment hospitalisées. De bonnes compétences en santé sont donc un prérequis nécessaire pour prendre des décisions autonomes en faveur de sa propre santé à tous les âges de la vie. Une fois ces notions acquises, elles peuvent être mobilisées dans la plupart des choix effectués au quotidien, que ce soit en matière de comportements (manger sainement, avoir une activité physique régulière, etc.) ou de recours aux prestations de santé (dépistage, soutien psychologique, etc.).

La campagne Changeons un peu, vivons mieux ! s'inscrit dans la mise en œuvre de l'axe 3 "Une population informée et capable d'agir en faveur de sa santé" du concept cantonal de promotion de la santé et de prévention 2030, adopté par le Conseil d'Etat en février 2017.  Pour rappel, ce document propose une stratégie pour agir sur les facteurs d'influence environnementaux, socio-économiques et comportementaux qui déterminent environ 60% de notre état de santé. Seule une petite part est en effet liée aux caractéristiques individuelles (génétique, etc.) et au système de soins. Ce concept est le socle fondateur du prochain plan cantonal de promotion de la santé et de prévention, qui sera publié dans le courant de cette année.

Découvrez nos pages web !

Suivez-nous !

 

Pour tout renseignement complémentaire :

  • M. Mauro Poggia, conseiller d'Etat, par l'intermédiaire de M. Laurent Paoliello, DEAS, T. 079 935 86 75;
  • M. Adrien Bron, directeur général de la santé, DEAS, T. 022 546 50 26 .