C'est l'histoire d'un GA...

Date de publication:
22 août 2016
Mais quel est donc ce bandeau bleu en bas de page? Des cookies? «Poursuivre» ou «En savoir plus»?
GA: mot extrait du vocabulaire monosyllabique créé pour une série animée des années 60

Demain.ge.ch correspond-il à vos besoins? Notre intuition n’est pas suffisante. Ni même l’expérience d’autres sites. Nous voulons voir pour croire. Pour comprendre vos chemins virtuels. Et mieux fournir les informations que vous cherchez. 

D’où venez-vous? Où allez-vous? Comment savoir si vous partez satisfaits? Est-ce que vous restez longtemps parce que vous ne comprenez rien – mais vraiment rien du tout! Ou lisez-vous scrupuleusement ce qui est écrit et décrit ? Et si au contraire, c’est «aussitôt arrivé, aussitôt parti»? Est-ce que vous n’en avez rien à faire? Ou est-ce le signe de la pertinence d’une information concise? 

C’est pourquoi, lorsque vous venez pour la première fois sur le site, nous demandons votre accord concernant «l'utilisation statistique de cookies». Un bandeau bleu en bas de page vous pose une question simple: «Poursuivre» ou «En savoir plus»? «Stop» ou «Go» (ou plutôt l’inverse) avec Google Analytics? Car telle est la solution dont nous disposons aujourd’hui. 

Nous sommes conscients qu’elle n’est pas pleinement satisfaisante. Mais c’est la plus simple à mettre en œuvre, la moins couteuse en ressources, la plus complète, la plus fiable. Moyennant votre accord. 

Pour autant, nous n’arrêtons pas de nous interroger: Google Analytics ou pas? Dans les années 60, les auteurs d’une célèbre série télévisée d'animation avaient créé un vocabulaire de quatre mots monosyllabiques: «Ga, Bu, Zo, Meu.» Tels des Shadoks – c’est bien d’eux dont il s’agit – nous faisons tournicoter le premier de ces mots dans nos têtes: «GA?!?» 
 

Construire ge.ch

Ce blog décrit au jour le jour la fabrication et l'amélioration de ge.ch. Il s'adresse à toutes celles et ceux qui contribuent au site, mais aussi aux usagers et à toute personne intéressée. Il est rédigé par l'équipe en charge de ge.ch

Partagez cette page