Mesures de prévention de la propagation de l’influenza aviaire dans la population de volaille domestique sur l’ensemble du territoire suisse

Mesures de prévention de la propagation de l’influenza aviaire dans la population de volaille domestique sur l’ensemble du territoire suisse
Mesures de prévention de la propagation de l’influenza aviaire dans la population de volaille domestique sur l’ensemble du territoire suisse
Suite à la découverte du virus de la grippe aviaire H5N1 chez un héron cendré et un paon sur le canton de Zürich le 16 novembre 2022, le service vétérinaire suisse ordonne des mesures préventives pour l’ensemble du territoire suisse afin d’éviter la propagation de cette épizootie hautement contagieuse. Ainsi, à partir du 28 novembre 2022 et au moins jusqu’au 15 février 2023, les aviculteurs, amateurs et professionnels, de tout le pays devront mettre en place ces mesures dans le but d’éviter tout contact de leur cheptel avec les oiseaux sauvages. Toute manifestation avec des volailles est en outre interdite durant cette période. La maladie ne présente pas de danger manifeste pour l’homme.

Depuis plusieurs semaines, les cas de grippe aviaire d’une souche particulièrement virulente se multiplient partout en Europe en lien avec la saison de migration vers les régions méridionales du continent. Dans ce contexte, la Suisse a découvert un premier cas cet automne chez un détenteur amateur dans la commune de Seuzach, sur le canton de Zurich. Le paon et le héron cendré, détenus en semi-liberté, ont pu entrer en contact direct avec l’avifaune sauvage de passage.

Au vu des conséquences sanitaires et économiques désastreuses pour le pays en cas de propagation de cette épizootie dans la population de volaille, l’office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV) a décidé par ordonnance fédérale du 24 novembre 2022 de mettre en place, pour l’ensemble du territoire helvétique, une série de mesures de protection de la volaille domestique contre les contacts avec les oiseaux sauvages.

A cet effet, à compter du 28 novembre 2022, il est demandé aux détenteurs de volaille d’appliquer rigoureusement les mesures suivantes afin d’éviter tout contact entre volaille domestique et oiseaux sauvages:

  • La sortie de la volaille domestique doit être limitée à des zones à l’abri des oiseaux sauvages.
  • Ces zones doivent notamment garantir que les emplacements d’alimentation et d’abreuvement ne soient pas accessibles aux oiseaux sauvages et que les aires de sortie et les bassins soient protégés contre l’intrusion d’oiseaux sauvages par des clôtures ou des filets dont le maillage ne dépasse pas 4 cm.
  • Si les mesures susmentionnées ne peuvent être respectées, la volaille doit être exclusivement détenue dans des poulaillers clos ou dans des structures dont le toit est étanche et les cloisons latérales empêchent toute intrusion d'oiseaux, dans le respect de la législation sur la protection des animaux en vigueur.
  • Les oies et canard doivent être détenus séparément des autres volailles domestiques.
  • Les mesures d’hygiène en cas d’épizootie doivent être respectées dans les unités d’élevage de volaille.
  • Le nombre de personnes ayant accès à l’unité d’élevage de volaille doit être limiter au strict nécessaire.
  • Un sas d'hygiène à l’entrée de l’unité d’élevage de volaille doit être installé.
  • L'accès à l’unité d’élevage de volaille doit se faire exclusivement avec des vêtements et des chaussures régulièrement lavés ou nettoyés.
  • Toutes les personnes doivent se laver et se désinfecter les mains avant d'entrer dans l’unité d’élevage de volaille et après avoir accompli leurs tâches.
  • Les marchés, les expositions et autres manifestations semblables présentant de la volaille sont interdits.
  • Les animaux trouvés morts et les signes particuliers de maladie doivent être consignés.
  • Tout symptôme respiratoire, surmortalité, diminution des performances de ponte ou de consommation d’eau et d’aliments doivent être immédiatement annoncés à un vétérinaire.

Les vétérinaires doivent par ailleurs prendre aussitôt contact avec le service de la consommation et des affaires vétérinaires (ci-après le service) au 022 546 56 00 ou scav@etat.ge.ch, en cas d’apparition d’un des symptômes énoncés ci-dessous dans une unité de détention de volaille et conserver les cadavres à la disposition du service afin de pouvoir pratiquer des analyses:

  • apparition de symptômes respiratoires,
  • diminution de la ponte de plus de 20% pendant 3 jours,
  • diminution de la consommation d’eau ou d’aliment de plus de 20% pendant 3 jours,
  • une augmentation du taux de mortalité de plus de 3% en une semaine,
  • dans les unités d’élevage de volailles de moins de 100 animaux, la mort de plus de deux animaux en une semaine.

Toutes ces mesures sont en vigueur du 28 novembre 2022 au 15 février 2023 mais peuvent être adaptées en fonction de l’évolution de la situation.

Tout détenteur de volailles, amateur ou professionnel, non enregistré doit annoncer son élevage dans les plus brefs délais auprès de l’office cantonal de l’agriculture et de la nature au 022 388 71 71.

Selon les connaissances actuelles, la souche virale H5N1 n’est transmissible à l’être humain que dans des cas extrêmement rares et uniquement à la suite de contacts très étroits. Ainsi, les personnes qui trouvent des cadavres d'oiseaux sauvages sont priées de ne pas les toucher et d'en informer le poste de police le plus proche ou la centrale des gardes de l'environnement au 022 388 55 00.

Le dernier cas observé de grippe aviaire à Genève date de janvier 2017.

Voir aussi: