Les effets de la réforme du cycle d’orientation sur les parcours de formation des élèves

Type de publication:
Date de publication:
14 octobre 2019
Publié dans:
Depuis la réforme du cycle d'orientation (CO) en 2011, la sélection scolaire plus forte à l'entrée a été couplée à des réorientations plus fréquentes. Ce processus débouche sur une plus grande variabilité des parcours de formation pendant le CO. Cependant, la dynamique d'orientation/réorientation entre la fin du CO et le début du secondaire II est restée la même avant et après la réforme. C'est ce que démontre un rapport du SRED publié le 14 octobre 2019.
réforme nCO

A l’entrée du CO :

  • La sélection scolaire a été renforcée avec la réforme. Cependant, cette sélection accrue en début du secondaire I tend à diminuer au fur et à mesure que l’on s’éloigne du moment de la mise en œuvre.
  • En contrepartie, les réorientations promotionnelles au début du CO ont fortement crû, avec un taux de confirmation l'année suivante élevé.
  • Enfin, cette sélection scolaire plus forte s'est également accompagnée d'une sélection sociale plus importante.

Durant le CO :

  • Les parcours de formation des élèves au sein du CO ont connu, avec la réforme, des variations plus importantes. Environ 30% des élèves ont vécu des réorientations au CO, surtout promotionnelles. Toutefois, la confirmation des réorientations tant vers une filière plus exigeante que vers une filière moins exigeante sur l'entier du parcours au secondaire I est restée à un niveau identique avant et après la réforme.
  • En fin de secondaire I, la combinaison d'une sélection scolaire plus forte à l'entrée et de réorientations promotionnelles plus fréquentes compose une répartition des élèves, entre les différentes filières, peu différente de la situation qui prévalait avant la réforme.

Après le CO :

  • Les orientations au secondaire II sont restées, avec la réforme, relativement inchangées et connaissent un niveau d'inégalité des chances également inchangé. La sélection sociale plus forte à l'entrée a été en partie compensée par des réorientations promotionnelles.
  • La linéarité des parcours d'entrée au secondaire II (une orientation au secondaire II poursuivie l'année suivante sans redoublement) est légèrement plus fréquente au collège et dans les formations professionnelles se déroulant en école à plein temps après la réforme.
  • Globalement, le processus d'orientation/réorientation du début du secondaire II est resté le même avant et après la réforme, avec notamment la difficulté pour les élèves issus de la filière la moins exigeante d’entrer directement dans une filière certifiante du secondaire II.
  • Pour les élèves dont les parcours ont été directement affectés par la réforme, le fait d'avoir eu, en début de CO, un enseignement plus adapté à leur niveau, dans une filière de moindre exigence, n'a pas amélioré leurs parcours à l'entrée du secondaire II.

Enfin, les observations à moyen terme montrent des parcours de formation qui, quelques années après la réforme, tendent à converger à nouveau vers la situation qui existait avant la réforme, avec des réorientations promotionnelles qui diminuent en même temps que la sélection à l'entrée au CO fléchit.

 

Lien vers le rapport : Les effets de la réforme du cycle d'orientation sur les parcours de formation des élèves

Partagez cette page