Cornavin basse altitude
Le dynamisme économique et l'essor démographique de l'agglomération genevoise impliquent d'importantes mutations territoriales. La croissance et le changement d'échelle de l'urbanisation retentissent sur l'organisation des besoins et des infrastructures de mobilité au sein du Grand Genève.

Mobilité 2030 présente la vision du Conseil d'État en matière de mobilité pour le canton de Genève à l'horizon 2030.

Cette stratégie multimodale porte à la fois sur les transports publics, le réseau routier, la mobilité douce et le stationnement. Elle est conforme au Plan directeur cantonal et au Projet d'agglomé- ration franco-valdo-genevois. Sa mise en œuvre s'effectuera par étape, via un plan directeur à l'horizon 2020 et des plans d'actions sectoriels.

Cette deuxième version de Mobilité 2030 intègre les avis récoltés lors d'une large consultation organisée du 10 octobre au 14 décembre 2012 auprès des autorités et des milieux intéressés.

Le diagnostic met en évidence le handicap que constitue une agglomération à la fois polarisée sur une zone centrale très dense, aux espaces de circulation étroits, et dispersée sur un espace transfrontalier de 2'000 km2, voire au-delà. Cette organisation spatiale est génératrice de déplacements qui continueront d'augmenter, au risque de saturer les réseaux et d'aggraver les impacts sur l'environnement.

La mutation en cours du système de mobilité est guidée par deux objectifs stratégiques: d'une part, favoriser les modes de déplacement les plus efficaces selon les contextes, centraux ou périphériques, denses ou dispersés, en effectuant les arbitrages clairs nécessaires pour optimiser l'utilisation des réseaux ; d'autre part, enchaîner les divers modes de transport de façon à relier efficacement la zone centrale dense, les couronnes périphériques et les espaces périurbains.

La stratégie Mobilité 2030 ordonne les projets de transport en trois étapes. L’étape 2020 sera marquée par la mise en service du réseau ferroviaire franco-valdo-genevois Léman Express, avec l’achèvement du chantier du CEVA à fin 2019 et la réalisation des nombreuses mesures d’accompagnement.

L’étape 2025 verra à la fois un renforcement du réseau routier, avec notamment la finalisation de l’élargissement de l’autoroute, la densification des dessertes de transport public, de nouvelles lignes de tramway et l’extension de la gare de Cornavin.

Il est enfin prévu, à l’horizon 2030, la réalisation de la Traversée du Lac, d’une diamétrale ferroviaire et de nouveaux compléments de transport public.

En parallèle au développement de ces infrastructures, des changements d’habitudes et de mentalités permettront d’agir sur la demande afin de soulager les réseaux de transport. Ces pratiques de mobilité émergentes sont appelées à se développer aux cours des prochaines années: travail à distance, covoiturage, modulation des horaires scolaires et de travail, amélioration de l’attractivité et diversification des offres de services dans les interfaces de transport.

Le programme d’investissements indicatif qui en découle dépendra, à côté des financements cantonaux, essentiellement de financements fédéraux : il appartient aux différentes forces du Canton de se présenter unies à Berne pour solliciter ces engagements importants à court, moyen et long terme, qui conditionnent la vitalité du Grand Genève.