Musée Fondation Zoubov

La comtesse Zoubov et le musée Fondation Zoubov

Son enfance

La comtesse Rosario Julia Zoubov est née en 1892 à Rosario de Santa Fe en Argentine. Son père, Emilio Oscar Schiffner, prussien et sa mère, Rosario Segunda de Larrechea, argentine, ont fait fortune dans la production de cannes à sucre et l'immobilier. Ils font partie des grandes fortunes du pays. La comtesse, une des plus riches héritières d'Argentine, passe son enfance à voyager entre Buenos Aires, Berlin, Londres ainsi que la région lémanique où elle séjourne régulièrement à Cologny (Genève).

Son mariage

Elle se marie, une première fois en 1914, avec le comte Arrivabene (Ambassadeur d'Italie en Iran), il décédera quatre ans plus tard à Téhéran. Son second mariage a lieu à Cologny (Genève) en 1922 avec le comte Zoubov (1881-1964), deux ans plus tard leur fille, Tatiana, voit le jour à Plainpalais (Genève). Le couple Zoubov retourne vivre à Buenos Aires, il possède notamment le prestigieux hôtel Lancaster qui est également leur lieu de résidence, et garde Genève comme port d'attache. Ils passent beaucoup de temps à voyager, leurs multiples résidences et leurs nombreux contacts leurs permettent de séjourner un peu partout en Europe. Durant cette période faste et enrichissante de la vie du couple, la comtesse acquiert peu à peu une magnifique collection d'objet d'art du XVIIIème siècle.

Sa collection d'art

S'il est difficile aujourd'hui de retracer la vie de la comtesse de manière détaillée dû à une documentation relativement peu abondante, il subsiste, néanmoins, plusieurs hypothèses à propos de son installation dans l'appartement de l'Hôtel particulier, 2 rue des Granges. Certaines sources racontent qu'un an après le décès de sa fille Tatiana, survenu suite à un terrible accident de voiture en Uruguay en 1957, la comtesse Zoubov a souhaité venir à Genève avec sa collection afin de s'établir dans l'un des plus bels emplacements de la ville. Le but est de se rapprocher de son enfance dont elle a gardé de merveilleux souvenirs, d'autres émettent l'hypothèse que son intention n'était pas de vivre à la rue des Granges. Un accord a été conclu entre l'Etat, propriétaire des murs de l'Hôtel particulier et la comtesse, l'Etat lui donnant son aval pour disposer de l'appartement afin d'installer son précieux mobilier et ses objets d'art. C'est ainsi que la comtesse a pu investir les lieux en décorant, dans les moindres détails, cet appartement à l'identique des salons du XVIIIème. Dès lors, cet accord a permis, d'une part, que les autorités genevoises accueillent les plus grandes personnalités du monde politique dans un endroit digne des visites protocolaires et, d'autre part, que la comtesse trouve un lieu exceptionnel pour exposer sa collection.

Collection à Genève et en Argentine

La plus grande partie de sa splendide collection (au total 525 objets) sera offerte en 1959 à l'Etat de Genève en mémoire de sa fille unique Tatiana. Plus tard, en 1977, la comtesse fera un autre don au Musée des Arts décoratifs de Buenos Aires (Argentine): des statuettes, une cinquantaine de tableaux (dont deux portraits de la comtesse et de sa fille) ainsi que 130 magnifiques portraits miniatures européens allant du XVIe au XXe siècle. Une salle, appelée "Tatiana Zoubov", a été spécialement aménagée pour y exposer les tableaux et la très belle collection de petits portraits. Cette présentation exceptionnelle de miniatures est unique en son genre par le nombre des pièces et les différents styles de fabrication. Elle est considérée par les plus grands spécialistes d'art de la miniature comme la collection la plus importante et la plus complète du continent sud américain.

Naissance de la Fondation Zoubov

En 1973, la comtesse Zoubov crée la Fondation Zoubov "In memoriam Comtesse Tatiana Zoubov". Ses objectifs sont finalement atteints: premièrement, elle rend possible l'accès au public dans cet appartement, transformé en musée, afin de faire partager et vivre sa passion pour le XVIIIe siècle, puis, deuxièmement, elle permet au Conseil d'Etat de la République et canton de Genève de pouvoir recevoir ses hôtes de marque dans un cadre digne des réceptions protocolaires. Par cette fondation, la comtesse Zoubov assure ainsi l'existence de ces locaux comme lieu culturel ouvert au public et autorise l'utilisation de la salle à manger et du Grand Salon uniquement pour les grandes réceptions officielles organisées par le gouvernement genevois, et ceci même après son décès.

C'est finalement à l'Hôtel des Bergues que la comtesse, accompagnée d'une gouvernante, décide de s'installer. Elle décèdera en 1984, à l'âge de 92 ans. Elle repose désormais à Genève au cimetière Saint-Georges, dans l'immense caveau familial. Grâce à sa fondation et sa volonté d'ouvrir ses portes aux visiteurs genevois et étrangers, cette grande dame a réussi à apporter un nouvel intérêt artistique et culturel au cœur de la Vieille Ville de Genève.