Ecusson de la République et du canton de Genève


REPUBLIQUE
ET CANTON
DE GENEVE

Changer la couleur des liensDiminuer la taille du texteAugmenter la taille du texteImprimer la page
ge.ch  
 
Ge.ch > Statistique > Les 21 domaines > 01. Population > Naissances, décès, mariages et divorces

Statistiques cantonales

Les 21 domaines : 01. Population

Naissances, décès, mariages et divorces

Actualités

Filtres :
De début à fin

Afficher par page 1

En 2019, parmi les résidants dans le canton, le nombre de décès de personnes âgées de 1 à 69 ans représente 18 % du total. Pour chacune de ces personnes, la différence entre l’année théorique de leur septantième anniversaire et celle de leur décès correspond au nombre d’années potentielles de vie perdues (APVP). Il s’agit d’un indicateur synthétique de la mortalité prématurée (ici avant 70 ans). A titre de comparaison, en 1979, les personnes de moins de 70 ans représentaient 34 % des décès.

En 2019, le nombre d’APVP se fixe à 1 812 années pour 100 000 hommes et à 1 163 années pour 100 000 femmes. Cet indicateur est moins élevé qu'en 2018 (respectivement 2 007 et 1 230 APVP) car il y a eu moins de décès survenus à un âge précoce en 2019. Le recul est particulièrement notable pour les hommes. Par comparaison, en 1979, le nombre d'APVP se montait à 6 037 pour 100 000 hommes et à 3 507 APVP pour 100 000 femmes. En 40 ans, la baisse du nombre d'APVP est ainsi plus prononcée pour les hommes.

Années potentielles de vie perdues, selon le sexe, pour 100 000 habitants de 1 à 69 ans, dans le canton de Genève

Au cours de la période allant de 2009 à 2018 (année des résultats les plus récents pour les causes de décès), parmi les hommes, la cause de décès à l’origine du plus grand nombre d’APVP est constituée des tumeurs (30 % du total), qui représentent par ailleurs la principale cause de décès pour l’ensemble de la population tout âge confondu. Viennent ensuite les causes dites externes (24 %), par exemple les accidents ou les lésions auto-infligées, puis les maladies de l'appareil circulatoire (12 %). Parmi les femmes, les principales causes des APVP sont, comme pour les hommes, les tumeurs (46 %) et les causes externes (16 %). A noter que les causes dites externes touchant plus fréquemment des personnes plus jeunes, elles correspondent à un nombre d'APVP moyen par personne supérieur à 20 ans, contre une dizaine d'années pour les tumeurs comme pour les autres maladies.

Pour l'année 2020, selon les résultats provisoires disponibles, 436 décès de personnes âgées de 0 à 64 ans ont été enregistrés dans le canton entre janvier et fin novembre. Cet effectif est dans la moyenne des dix dernières années sur les mois correspondants, qui s’établit à 438 décès. En revanche, pour les personnes âgées de 65 ans ou plus, 3 319 décès ont été enregistrés, un total bien supérieur à la moyenne des dix dernières années (2 514 décès). On observe deux pics de surmortalité au cours de l’année : le premier en mars et avril et le second, encore plus marqué, en novembre, avec 565 décès, un total deux fois plus important par rapport à celui attendu. Ces pics correspondent à l’évolution de la pandémie de Covid-19. Les causes de décès correspondantes ne seront pas connues avant fin 2022.

Décès observés et attendus par mois selon le groupe d'âges de la personne décédée, dans le canton de Genève, en 2020. (Résultats provisoires)

Pour en savoir plus

Tableaux et graphiques disponibles sous : Naissances, décès, mariages et divorces
Tableaux et graphiques disponibles sous : Santé de la population

Dans le reste de l'actualité

Entre le 01/12/2020 et le 31/12/2021 (domaine 01_03) : 2 actualité(s)

Afficher par page 1