Se faire vacciner contre la COVID-19

6. FAQ sur la vaccination contre la COVID-19

 

Vous hésitez encore à vous faire vacciner contre la COVID-19? 
Vous avez des questions sur la vaccination?
Les FAQ ci-dessous concernent les questions qui reviennent le plus souvent. Elles devraient pouvoir vous aider à faire votre choix.

Se faire vacciner

Pourquoi est-ce important de se faire vacciner contre le COVID-19 ?

L'infection par le coronavirus (SARS-CoV-2) cause le plus souvent une forme légère de COVID-19 chez les adultes et les enfants. La maladie est souvent plus grave chez les personnes âgées ou chez les personnes déjà atteintes dans leur santé (obésité, diabète, hypertension, maladie cardiaque ou pulmonaire, cancers, maladie ou traitement immunosuppresseur). Le COVID-19 peut entrainer des complications et nécessiter une hospitalisation prolongée, parfois aux soins intensifs. Même pour les personnes qui se sont remises de COVID-19, la maladie peut générer des problèmes de santé à long terme. C’est pourquoi il est important de se faire vacciner.
 

Quel délai faut-il respecter entre les doses de vaccin?

  • Pour le vaccin Comirnaty® de Pfizer/BioNTech, il faut respecter un délai minimum de 21 jours entre les deux doses si l'on souhaite obtenir le certificat COVID.

  • Pour le vaccin COVID-19 Vaccine Moderna® de Moderna, il faut respecter un délai minimum de 28 jours entre les deux doses si l'on souhaite obtenir le certificat COVID.

En revanche, pour les vaccins Pfizer et Moderna, il n’y a plus de délai maximal entre les 2 doses.

Lors d'une inscription pour la vaccination, le second rendez-vous vaccinal est attribué en respectant les délais ci-dessus mais il est toujours possible de changer la date du second rendez-vous vaccinal.

A noter qu'entre les deux doses, il n’y a pas d’immunité à 100%, et il est donc essentiel de continuer à bien respecter les règles d’hygiène et de conduite (distances interpersonnelles, port du masque, lavage des mains, etc.) afin d'éviter tout risque de contamination.
 

Si j'ai eu le COVID, ai-je besoin de me faire vacciner ?

Actuellement, une personne qui a été infectée est protégée pendant six mois après une maladie de la COVID-19 avérée, attestée par un test PCR ou antigénique positif ou par une preuve sérologique (anticorps IgG anti-SARS-CoV-2), car elle a produit ses propres anticorps contre le virus. C'est ce qu'on appelle l'immunité naturelle. La vaccination n'est pas nécessaire tant que l'immunité naturelle protège. C'est pourquoi, en cas d'infection, il faut repousser sa vaccination si on est malade et respecter un délai d'attente avant de s'inscrire pour la vaccination, une fois guéri.

Après une COVID-19 testée positive, une dose unique dès 6 mois suffit pour être protégée efficacement pour une personne en bonne santé, et dès 3 mois pour une personne vulnérable. Une seconde dose est néanmoins recommandée aux personnes immuno-supprimées et est accessible à celles qui le souhaiteraient.

Si l'on tombe malade du COVID-19 entre les deux doses de vaccin, il faut alors repousser la deuxième dose à 3 mois après l'infection pour les personnes vulnérables ou immuno-supprimées et à 6 mois pour les personnes en bonne santé.

 

J'ai reçu ma première dose à l'étranger. Puis-je faire ma seconde dose à Genève?

Oui, si vous êtes éligible à la vaccination à Genève (voir conditions d'éligibilité), vous pouvez recevoir votre deuxième dose à Genève, si le vaccin de votre première dose est reconnu en Suisse (le Comirnaty® de Pfizer/BioNTech et le COVID-19 Vaccine Moderna® de Moderna) et si vous avez une preuve de votre première dose de vaccination.

Pour vous faire vacciner, il vous faudra soumettre une demande par courriel.

 

Pourquoi se faire vacciner si on n'est pas à risque ?

Actuellement, la vaccination protège du risque de complications de la maladie voire de décès et est donc particulièrement recommandée pour les personnes âgées ou vulnérables. Cependant, la vaccination reste recommandée pour l'ensemble de la population car :

  • La vaccination vous protège de la maladie COVID-19. Même si de nombreuses personnes ne développent pas de symptômes ou seulement une forme légère de la maladie, des complications graves sont possibles. Même chez les personnes guéries, y compris les jeunes et en bonne santé, l'infection peut laisser des séquelles comme des difficultés à respirer en cas d’effort ou une fatigue.
  • En vous faisant vacciner, vous protégez aussi en partie votre entourage ainsi que les personnes qui ne peuvent pas se faire vacciner pour des raisons médicales (par exemple immunosuppression sévère). Par votre vaccination, vous contribuez à protéger d’autres personnes et à réduire le nombre d’infections.
  • Le coronavirus a un grand impact sur la vie sociale et économique. Moins les infections seront nombreuses, plus tôt un retour à la normale sera possible. La vaccination permet ainsi de réduire les conséquences négatives sociales, économiques, psychologiques et sanitaires liées à la pandémie.
  • Enfin, la vaccination diminuera la surcharge des hôpitaux puisque moins de personnes seront sévèrement malades, et permettra ainsi de maintenir le bon fonctionnement de notre système de santé.
     

 


Processus d'inscription à la vaccination

Voir FAQ listée dans le feuillet Inscription pour la vaccination (y compris FAQ) 

 


Vaccination des 12 à 15 ans

La vaccination des 12-15 ans contre le Covid-19 est-elle recommandée?

Oui, pour protéger les 12-15 ans contre le COVID-19. l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) et la commission fédérale pour les vaccinations proposent le vaccin Pfizer.

Le COVID-19 est une infection causée par un nouveau coronavirus (SRAS-CoV-2). Il se transmet principalement par une personne malade lorsqu'elle tousse, éternue, quelle parle ou chante. Même si les personnes n'ont aucun symptôme, elles peuvent transmettre le virus.

Les symptômes du COVID-19 peuvent être forts ou faibles. Les symptômes fréquents sont le mal de gorge, la toux, des difficultés à respirer, des douleurs dans la poitrine, de la fièvre, la perte du goût et de l'odorat. Plus rarement on peut avoir un mal de tête, une faiblesse, des douleurs musculaires, des éternuements, de la diarrhée, des vomissements, un mal de ventre ou encore des rougeurs.

La plupart du temps, la maladie est légère chez les personnes âgées de 12 à 15 ans - souvent même elles n'ont aucun symptôme. Mais dans de rares cas aussi, les jeunes de 12 à 15 ans peuvent avoir un COVID sévère ou alors un COVID long.

Voir aussi : Documentation de l'OFSP : Désormais, les jeunes dès 12 ans sont aussi admis à la vaccination contre le COVID-19 Renseigne-toi sans plus attendre

 

Quel est le rôle des parents pour la vaccination des adolescent-e-s de 12 à 15 ans?

Suite aux recommandations de l'Office fédéral de la santé publique et de la Commission fédérale pour les vaccinations, les adolescent-e-s âgées de 12 ans et plus se prononcent de manière autonome en faveur de la vaccination, s'ils ou elles sont capables de discernement et après avoir reçu une information sur la vaccination.

Il est néanmoins recommandé que les adolescent-e-s de 12 à 15 ans discutent avec leurs parents, ou une autre personne de confiance, d'un plan d'action individuel pour la vaccination contre la COVID-19.

L'accompagnement d'un (des) parent(s) au rendez-vous de vaccination est recommandé.

 

Pourquoi vacciner les 12-15 ans contre le COVID-19 ?

Chez les adolescent-e-s de 12 à 15 ans sans maladies chroniques, une évolution sévère ou des complications sont aussi possibles, mais elles restent nettement moins fréquentes que chez les personnes âgées.

La vaccination est particulièrement avantageuse pour les personnes adolescentes:

a) en cas de maladie chronique, pour éviter une aggravation de leur état en cas d'infection par le COVID-19;

b) si elles ont des contacts proches avec des personnes vulnérables, comme des personnes âgées ou des personnes ayant des maladies comme le cancer ou qui prennent des médicaments qui diminuent leur défense immunitaire.

 

Quel est le vaccin utilisé et comment est-il administré?

Le vaccin Pfizer est le seul vaccin qui est autorisé aujourd'hui pour les 12 à 15 ans. C'est un vaccin ARNm.  Ce vaccin qui est très efficace pour les adultes l'est également chez les 12-15 ans. Il protège non seulement contre la maladie mais aussi contre la transmission du virus à d'autres personnes.

On est protégé pendant 12 mois après la dernière dose de vaccin et on n'aura pas besoin de faire de quarantaine pendant cette durée.

Il faut deux doses de vaccin Pfizer, espacés au minimum de 3 semaines, pour être bien protégé-e. Si on a déjà été malade du COVID (et qu'on a effectué un test ou une prise de sang à ce titre), une seule dose suffit. Le vaccin est injecté dans le muscle du bras.

Après l'injection du vaccin, il faut rester sur place pendant 15 minutes, en observation, lors de la première dose et seulement 5 minutes après la seconde dose, si tout s'est bien passé lors de la première dose.

 

Quels sont les risques d'effets indésirables suite au vaccin pour les jeunes?

Le vaccin de Pfizer est sûr et efficace. Comme tous les médicaments, il peut provoquer des effets secondaires. Ils sont le plus souvent légers et durent peu de temps. Le plus souvent, il peut s'agir de réactions au point de piqûre, comme des douleurs, des rougeurs et des gonflements. On peut aussi ressentir un mal de tête, de la fatigue, des douleurs dans les muscles ou les articulations, des frissons, de la fièvre.

Un effet secondaire grave ne peut pas être exclu avec certitude mais il est très rare. Très rarement, une réaction allergique grave peut arriver, généralement dans les minutes qui suivent l'injection. C'est pour cette raison que on doit rester sur place un court moment après l'injection pour que le personnel de centre de vaccination puisse observer et réagir en donnant un médicament en cas de besoin.

 

Doit-on continuer à respecter les règles si on a été vacciné?

Tout le monde, quel que soit leur âge, doit continuer de respecter les règles fixées par les autorités sanitaires, pour freiner la propagation du virus, même après avoir été vacciné. 

 

 


Vaccins 

Quels sont les vaccins ? Comment est-ce qu’ils agissent ?

En Suisse, les vaccins actuellement utilisés dans la campagne de vaccination contre la COVID-19 sont les suivants : le Comirnaty® fabriqué par l'entreprise Pfizer/BioNTech et le COVID-19 Vaccine Moderna® de l'entreprise Moderna.

Pour plus d'informations sur les vaccins proposés en Suisse : www.infovac.ch et sur le site de l'OFSP

Des études ont été réalisées sur ces vaccins. Elles démontrent qu’ils sont les plus efficaces. Le vaccin Pfizer/BioNTech a été approuvé par l'organe de contrôle Swissmedic le 19 décembre 2020.

Ce vaccin contient un morceau du code génétique du coronavirus appelé messager ARN. Le code ARN se trouve au milieu de minuscules gouttes de graisse. Le messager ARN va demander à nos cellules de fabriquer une protéine qui ressemble à l'enveloppe du coronavirus. Notre système immunitaire va ensuite reconnaître cette protéine et fabriquer des anticorps contre le coronavirus. Notre système immunitaire est ainsi préparé en cas d'infection. Il pourra éliminer rapidement le coronavirus s'il le rencontre. Le messager ARN injecté lors du vaccin est détruit automatiquement après 1-2 jours et disparait complètement de notre corps.

Existe-t-il des différences entre le vaccin Pfizer/BioNTech et le Moderna? Peut-on choisir son vaccin ? 

Il y a peu de différences entre le Comirnaty® de Pfizer/BioNTech et le COVID-19 Vaccine Moderna® de Moderna. Les différences sont:

  • Le vaccin Comirnaty® de Pfizer/BioNTech est autorisé à partir de 16 ans, le COVID-19 Vaccine Moderna® de Moderna à partir de 18 ans.
  • Les vaccins contiennent des additifs différents.

Beaucoup d’éléments sont similaires ou identiques pour les deux vaccins. Les similitudes sont pour les vaccins :

  • Tous deux sont des vaccins à ARNm.
  • Les deux ont une efficacité élevée, de près de 95%.
  • Les deux produits sont bien tolérés.
  • Deux injections sont nécessaires à quatre semaines d’intervalle environ. Si le délai entre les deux doses est un peu plus long, cela n’a pas d’incidence sur l’efficacité.
  • La seconde injection doit être effectuée avec le même vaccin.
  • Les deux produits contiennent du polyéthylène glycol (PEG). Une vaccination contre le COVID-19 est contrindiquée si vous avez une forte allergie connue à cette substance.
     

Actuellement, il n’est pas possible de choisir son vaccin. Le vaccin administré va dépendre de sa disponibilité. Les deux vaccins autorisés et recommandés en Suisse sont efficaces et sûrs. 
 

 


Sécurité et efficacité

Qu’est-ce qui prouve la sécurité et l’efficacité de ces nouveaux vaccins ?

Plusieurs études ont été faites pour tester la sécurité et l'efficacité des vaccins. Ces études doivent respecter des normes internationales. Elles ont eu lieu dans différents pays et des milliers de personnes ont été d’accord d’y participer.

Ces études ont permis :

  • de vérifier que les vaccins n'ont pas d'effet nocif sur la santé (sécurité);
  • de prouver que les vaccins protègent de la maladie COVID-19 (efficacité):

Sur 100 personnes vaccinées avec deux doses, 95 personnes ont évité l'infection lorsqu'elles étaient exposées au virus. Les 5 personnes qui ont été infectées n'ont développé qu'une forme légère de la maladie.

C’est sur la base de ces études que l'organe de contrôle Swissmedic a approuvé ces vaccins. 
 

Les vaccins sont-ils vraiment sûrs et efficaces ou faut-il encore attendre que des gens les testent?

Les vaccins sont sûrs. Ils ont été testés sur des milliers de personnes lors des études qui ont permis d'établir leur sécurité et leur efficacité, avec plus de 3 mois de recul (durée exigée pour la mise sur le marché). Il s'agit de 44'000 personnes pour le vaccin Comirnaty® de Pfizer/BioNTech et 37'000 personnes pour le COVID-19 Vaccine Moderna® de Moderna, soit près de 80'000 personnes au total.

A ce jour, plus d’1.5 milliards de doses ont été administrées dans le monde (dont plus de 3.5 millions en Suisse): Avec plus d’un an de recul et un système très fiable pour surveiller de très rares complications, on peut dire que les deux vaccins sont surs. 

Des études ont montré qu'il y a des effets secondaires légers possibles. Les plus courants sont une douleur au point d'injection, de la fatigue, des maux de tête, des courbatures ainsi que de la fièvre ou des frissons; ils sont bénins, classiques après un vaccin et disparaissent après quelques jours. 

De très rares effets secondaires sévères existent, notamment une réaction allergique à l'un des composants du vaccin (moins de 1 personne sur 100'000). C'est pour cette raison que le vaccin est contre-indiqué pour les personnes ayant une allergie sévère confirmée à l'un des composants du vaccin (notamment le PEG, polyéthylène glycol). Cette réaction survient dans les minutes qui suivent l'injection et peut être rapidement contrôlée avec des soins médicaux adéquats. C'est pourquoi les personnes vaccinées sont surveillées un quart d'heure au moins après l'injection. 

Le risque d'un effet secondaire sévère est nettement plus faible que celui d'une complication de la maladie COVID-19.

Les études menées ont permis d'autoriser la mise sur le marché du vaccin (par Swissmedic le 19 décembre 2020 pour le vaccin Comirnaty® de Pfizer/BioNTech, et le 12 janvier pour le COVID-19 Vaccine Moderna® de Moderna). 

Depuis l'autorisation d'utilisation de ces vaccins par les organismes de contrôle des différents pays, des campagnes ont été lancées et des millions de personnes ont été vaccinées dans le monde. Ces campagnes de vaccination font l'objet d'une surveillance permanente y compris en Suisse (c'est ce qu'on appelle la pharmacovigilance) et il n'y a pas d'informations supplémentaire indiquant un risque accru lié à la vaccination. Les Norvégiens ont évoqué des décès chez des personnes âgées qui ont été vaccinées, mais leurs autorités sanitaires ont annoncé que pour tous les cas analysés, il n'y a aucune évidence que le décès ait été causé par la vaccination. À ce jour, il n’y a aucune nouvelle alerte de sécurité vaccinale malgré des dizaines de millions de personnes vaccinées.
 

Un vaccin à ARNm peut-il modifier mon patrimoine génétique (ADN)?

Non, car le petit segment de code génétique (ARN) qui est injecté ne pénètre pas dans le noyau de nos cellules où se trouve notre ADN. Il ne peut donc pas modifier notre code génétique. Par ailleurs, l'ARN injecté est très fragile et est automatiquement éliminé par notre corps deux jours après l'injection. L'ARN reste dans le corps juste le temps de produire des protéines qui déclenchent la réaction du système immunitaire, c'est-à-dire la production d'anticorps. Ces protéines, elles aussi, disparaissent ensuite.

Même si les vaccins à ARNm constituent une nouvelle technologie, ils ont déjà fait l’objet de près de 30 ans de recherches dans le monde entier (premières études en 1993). Un grand nombre d’essais et de résultats sont ainsi déjà disponibles.
 

J'ai un rendez-vous pour me faire vacciner mais je dois ensuite me faire tester car je vais voyager. Est-ce que je risque d'avoir un résultat de test positif à la COVID-19? Dois-je annuler ma vaccination?

Bien que l'on soit vacciné-e et même si l'on a obtenu son certificat COVID-19, les pays peuvent ne pas reconnaître les vaccins en Suisse et/ou, selon la situation épidémiologique, imposer un test (PRC ou antigénique) pour pouvoir traverser la frontière.  

Dans tous les cas et quel que soit le délai entre votre vaccination (première ou deuxième) et le test effectué (PCR ou antigénique), les vaccins ARNm n'entrainent pas de test PCR ou antigénique positif. Il ne faut donc pas annuler son rendez-vous vaccinal. 

Si votre test devait être positif, ce ne pourrait être que parce que vous avez été en contact avec une personne infectée par le SARS-CoV-2.

 

 


Effets secondaires 

Quels sont les effets secondaires potentiels de ces nouveaux vaccins?

Les études menées dans différents pays et auprès de milliers de personnes, dans le respect des normes internationales pour tester la sécurité et l'efficacité des vaccins ont démontré que les vaccins sont sûrs et bien tolérés par l’organisme et que les effets indésirables sont généralement bénins et de courte durée. 

Les effets les plus fréquents comprennent :

  • des réactions au point d'injection, comme des douleurs, des rougeurs et des gonflements* ;
  • des maux de tête, de la fatigue ;
  • des douleurs musculaires et articulaires ;
  • des symptômes généraux légers, tels que des frissons, une sensation de fièvre ou une légère fièvre.

Ces effets peuvent être traités avec du paracétamol et les douleurs par une application d'une pochette froide.

* Une inflammation passagère au point d'injection ont été occasionnellement observés après la vaccination contre le COVID-19  appelée "bras COVID". Il s'agit de rougeurs et de gonflements, parfois importants, qui apparaissent sur le bras dans lequel le vaccin a été administré. Ces réactions au point d'injection surviennent le plus souvent une semaine environ après la vaccination. Ces réactions sont désagréables mais inoffensives, elles disparaissent après quelques jours, sans traitement, et sont sans conséquences à plus long terme. Vous pouvez appliquer du froid pour en atténuer les effets. Si les désagréments sont trop importants, parlez-en à votre médecin ; il vous indiquera comment les soulager de manière spécifique. La deuxième dose de vaccination peut et doit être administrée. Il faudrait prévoir d'injecter la seconde dose plutôt dans l'autre bras.

A noter qu'il n'y a pas de corrélation entre la présence (et de leur degré d'intensité) ou non d'effets secondaires suite à un vaccin et son effet sur la plan immunitaire. Toute personne vaccinée par les vaccins employés en Suisse contre la COVID-19 sera protégée contre les effets grave de la maladie, qu'elle ait ou non eu des effets secondaires.

Très rarement, on observe des effets secondaires graves, par exemple une réaction allergique (risque de moins de 1 personne sur 100'000). Cette réaction survient dans les minutes qui suivent l'injection et est rapidement contrôlée avec des soins médicaux immédiats. C'est pourquoi les personnes vaccinées sont surveillées un quart d'heure au moins après l'injection. 

On ne connaît pas pour l’instant d’effets secondaires sérieux et durables. Les autorités et les fabricants continuent de surveiller les effets indésirables et récolter des données. Si vous observez des effets secondaires graves qui ne figurent pas dans la liste ci-dessus, contactez votre médecin traitant.

Vous trouverez plus d'informations sur les effets secondaires en Suisse sur le site de Swissmedic.
Effets indésirables des vaccins contre le Covid-19 en Suisse: mise à jour
 

 


Contre-indications 

Pour qui est-ce que la vaccination est contre-indiquée ?

Le vaccin n'est pour l'instant pas indiqué pour les enfants de moins de 12 ans car les études conduites jusqu'à présent n'incluaient pas ce groupe de population et nous manquons de données.

Un report de la vaccination est nécessaire dans les cas suivants: 

  • Infection COVID-19 aiguë (en cours)
  • Autre maladie fébrile aiguë
  • Infection COVID-19 récente dans les 3 derniers mois
  • Quarantaine en cours
  • Grossesse (durant les 3 premiers mois)*

Etre immunosupprimé ne constitue pas une contrindication à la vaccination. Dans ces situations, la réponse immunitaire risque d'être moins bonne; néanmoins la vulnérabilité liée à l'immunosuppression est en soi un critère pour profiter de la vaccination et essayer de "booster" le système immunitaire. Discutez-en avec votre médecin.

* 3 premiers mois de grossesse : A noter que les tests réalisés en laboratoire sur l'administration d'un vaccin durant le premier terme de grossesse n’indiquent pas d’effets indésirables directs ou indirects sur la grossesse, le développement embryonnaire/fœtal, la naissance ou le développement postnatal. Depuis le 28 mai 2021, la vaccination par est recommandée par l'OFSP pour toutes les femmes enceintes, en bonne santé, vulnérables (i.e. atteintes de maladies chroniques) ou présentant un risque accru d’exposition (p. ex., personnel de santé).
 

Peut-on se faire vacciner si on a des allergies saisonnières, alimentaires ou à un médicament?

Il n’y a quasiment aucune contre-indication aux vaccins COVID-19. Les personnes avec des allergies saisonnières, alimentaires ou à des médicaments peuvent se faire vacciner sans problème. En outre, chaque personne vaccinée reste sous surveillance pendant 15 minutes après l’injection afin de pouvoir traiter immédiatement les réactions allergiques graves qui apparaissent pratiquement toujours immédiatement.

Le vaccin contre le COVID-19 n’est en revanche pas recommandé pour les personnes avec une forte allergie attestée à l'un de ses composants. Pour les vaccins utilisés en Suisse, les composants concernés sont le polyéthylène glycol (PEG)/macrogol contenu dans les vaccins de Pfizer/BioNTech et Moderna et/ou la trométhamine dans le vaccin de Moderna.

Toutefois, les réactions allergiques aux deux vaccins disponibles en Suisse sont très rares. Si vous avez eu une allergie sévère après une injection (dont un vaccin), il est recommandé de demander conseil à votre médecin traitant ou votre allergologue.

 

Peut-on se faire vacciner si on est en quarantaine?

Non, il faut repousser la vaccination au terme de la quarantaine. Si un rendez-vous était déjà pris, il faut appeler le centre de vaccination où l'on était inscrit pour déplacer le rendez-vous.
 

Peut-on se faire vacciner si on est en isolement?

Non, la vaccination n'est pas indiquée pendant une infection au COVID-19 en cours. Il faut attendre trois mois avant d'effectuer le vaccin car l'infection offre une immunité naturelle de trois mois au moins qui protège d'une réinfection.
 

 


Femmes enceintes 

Peut-on se faire vacciner si on est enceinte? Est-ce recommandé?

En Suisse, plus de 200'000 femmes enceintes se sont faites vacciner. Les données montrent que la vaccination est sûre pour la mère comme pour le fœtus. La vaccination n'a pas d'effet connus ni sur la grossesse, ni sur la fertilité.

La recommandation de vaccination pour les femmes enceintes est à nouveau élargie depuis le 28 mai 2021 par l'OFSP. 

Désormais toutes les femmes enceintes ont la possibilité de se faire vacciner contre le COVID-19, dans les conditions ci-dessous :

  • La vaccination avec des vaccins à ARNm est recommandée à toutes les femmes enceintes atteintes de l’une des maladies chroniques définies pour les personnes vulnérables au COVID-19 (selon la liste OFSP des maladies rendant vulnérable - Ordonnance 3 - Annexe 7) ainsi que celles présentant un risque accru d’exposition au COVID-19, moyennant une information et évaluation sur les bénéfices et les risques de la vaccination donnée par le gynécologue, et le consentement écrit de la patiente.
  • De plus, toutes les femmes enceintes qui le souhaitent ont la possibilité de se faire vacciner, moyennant les mêmes exigences.
  • La vaccination est recommandée dès le 2e trimestre.

Les femmes enceintes qui souhaitent se faire vacciner auront dû recevoir une information et évaluation sur les bénéfices et les risques de la vaccination donnée par leur gynécologue, et donner leur consentement écrit. 

 


Immunité et couverture vaccinale

Combien de temps est-ce que le vaccin protège contre le COVID-19?

La protection vaccinale maximale débute deux semaines après l’administration de la seconde dose de vaccin.

On ne connait pas encore la durée de la protection. Elle pourrait être de plusieurs mois ou plusieurs années. On appréciera mieux la durée de protection du vaccin lorsque l'on aura plus de recul. Un vaccin de rappel pourrait être nécessaire après la deuxième dose.

Peut-on peut laisser tomber les gestes barrières après la vaccination ?

Non, les gestes barrières restent nécessaires car même si la vaccination protège contre une forme sévère de la maladie. On ne sait pas encore avec certitude si le fait d'être vacciné empêche de transmettre le virus. Les gestes barrières (hygiène des mains, port du masque et distance sociale) restent donc essentiels, même pour les personnes vaccinées.

La vaccination implique-t-elle la fin de la pandémie ?

Non, la vaccination protège d'abord les personnes qui se font vacciner contre une forme grave de la maladie. Plus le nombre de personnes vaccinées augmente, moins le virus circule. On ne s'attend néanmoins pas à une immunité de groupe suffisante pour freiner l'épidémie dans les prochains mois.

Quels effets les mutations du virus (variants) ont-elles sur le vaccin ?

Depuis son apparition, le virus a connu plusieurs mutations et plusieurs variants circulent actuellement dans le monde. Initialement appelés par le nom du pays où ils sont apparus, certains variants les plus courants ont été renommés en juin 2021, suite à la décision de l’Organisation mondiale de la santé (OMS): 

– Alpha est le variant dit « britannique », ou B.1.1.7 ;

– Beta est le variant dit « sud-africain », ou B.1.351 ;

– Gamma est le variant dit « brésilien », ou P.1 ;

– Delta est l’un des variants dits « indiens », ou B.1.617.2 ;

– Kappa est son proche cousin, lui aussi dit « indien », ou B.1.617.1.

Le vaccin contre le COVID-19 protège également contre les variants du coronavirus qui circulent actuellement en Suisse. En effet, les mutations observées ne remettent pas en question la protection du vaccin car les mutations n'affectent pas les éléments déterminants pour le mécanisme de protection du vaccin.

Les autorités sanitaires suisses suivent de près les évolutions des nouveaux variants au niveau international. Si nécessaire, il sera possible de modifier le vaccin en conséquence.

Face à une épidémie, il est possible que de nouveaux variants apparaissent. Le fait de se faire vacciner freine la propagation du virus et de limiter ainsi l'apparition et la transmission de nouveaux variants. Moins les gens se font vacciner, plus les variants peuvent se multiplier.

Peut-on encore attraper la COVID-19 si on est vacciné-e? Et si oui, que faut-il faire? 

Bien que la vaccination confère une protection très élevée contre l'infection (environ 94% avec deux doses de vaccin pour prévenir l'infection et les formes sévères de la COVID-19), une infection reste toujours possible. Ainsi, même si elle a été vaccinée, une personne peut être infectée et peut transmettre le virus. 

Toutes les personnes qui sont testées positives pour le COVID-19 doivent se mettre en isolement, y compris les personnes vaccinées. Comme pour toute personne testée positive, le service du médecin cantonal est informé du résultat et effectuera une enquête d'entourage pour identifier les contacts étroits, et prononcera formellement la mise en isolement. 
 

 


Aspects administratifs 

Combien coûte la vaccination contre le COVID-19?

La vaccination contre le COVID-19 est gratuite. Les coûts sont pris en charge par l’assurance maladie (sans franchise), les cantons et la Confédération. La vaccination n’est soumise ni à la franchise ni à la quote-part.
 

La vaccination donne-t-elle lieu à une attestation ou une inscription dans le carnet de vaccination ?

Une attestation est délivrée par le centre de vaccination lors de chaque vaccin contre la COVID-19 :

  • la première est une attestation intermédiaire de vaccination;
  • la seconde attestation donne un récapitulatif sur les deux doses. Elle informe sur le lot vaccinal employé dans le cadre de la vaccination contre la COVID-19, le nom de la personne vaccinée et la date d'administration des deux doses.

Les personnes, qui ne se font injecter qu'une dose de vaccin, ne reçoivent que l'attestation de la première dose.

L'attestation de vaccination n'a pas de valeur légale, notamment en ce qui concerne le passage des frontières et le voyage international. Il ne s'agit ni d'un passeport vaccinal, ni d'un certificat COVID. Celui-ci est actuellement en cours d'élaboration au niveau des autorités fédérales suisses.

Voir aussi : Questions fréquentes OFSP – Certificat COVID

Toute personne qui doit voyager ou traverser des frontières devra se baser uniquement sur les tests de dépistages qui sont actuellement reconnus. 

Avant tout déplacement transfrontalier, il faut se renseigner auprès des autorités consulaires du pays où l'on va ou bien auprès des autorités délivrant le titre de transport acquis pour un voyage, sur les modalités en cours concernant la traversée de frontières (type de tests reconnus, exigences éventuelles de quarantaines).

Voir aussi: Voyageurs et quarantaine
 

Comment s'inscrire pour la vaccination? Faut-il obligatoirement passer par la plateforme d'inscription en ligne ? 

L'inscription à la vaccination se fait généralement sur internet en se munissant de sa carte assuré LAMal et au moyen d'un téléphone portable qui permettra de confirmer l'inscription.

Pour les personnes qui auraient des difficultés à s'inscrire en ligne et qui ne parviennent pas à se faire aider par un proche, plusieurs options existent, sans forcément passer par la plateforme d'inscription:

  1. Contacter la ligne d'information générale (0800 909 400) pour se faire aider dans l'inscription en ligne
  2. Se rendre et s'inscrire directement soit à la Pharmacie Bleue à Vésenaz ou à la Pharmacie du Mandement à Satigny.
  3. S'adresser à la permanence d'accueil de la Croix-Rouge genevoise
  4. Vaccination sans rendez-vous (personnes âgées de 18 ans+ uniquement) dans un centre commercial (Praille ou Balexert) en partenariat avec le groupe Pharmacie Principal (le mercredi de 14h à 18h ou le samedi de 9h à 17h)
     

Où peut-on se faire vacciner ?

Il existe actuellement plusieurs centres de vaccination à Genève. Consulter la liste.

Lors de l'inscription sur internet, il est indiqué qu'il est possible de choisir le centre de vaccination. Toutefois, le système attribue désormais les rendez-vous selon le principe du "premier inscrit, premier servi avec le prochain rendez-vous disponible". Dès lors, le choix n'est plus possible mais après avoir reçu ses rendez-vous, on peut toujours modifier la date et l'heure en appelant le centre ou changer de centre de vaccination, en s'adressant à la ligne d'information générale (0800 909 400)

On peut aussi désormais s'adresser directement à certaines pharmacies pour s'y inscrire et s'y faire vacciner.

Où peut-on se faire vacciner en tant que frontalier/ière ?

Les frontaliers couverts par l’assurance-maladie obligatoire en Suisse (LAMal) peuvent se faire vacciner dans notre pays conformément aux recommandations de vaccination. Le coût est pris en charge par l’assurance-maladie obligatoire, la Confédération et les cantons.

Les frontaliers qui ne sont pas assurés en Suisse mais qui, du fait de leur activité professionnelle à Genève, sont exposés à un risque d’infection (p. ex. personnel de santé en contact avec des patients ou personnel d’encadrement des homes et des EMS) peuvent également se faire vacciner dans notre pays selon la même procédure, et devront présenter une attestation de leur employeur. 

Pour les frontaliers assurés à l’étranger (donc hors régime LAMal) et qui ne font pas partie des catégories professionnelles exposées, ils doivent se faire vacciner dans le pays où ils sont domiciliés.

 


Peut-on m'obliger à me faire vacciner ?

La vaccination contre le COVID-19 repose sur le choix de chacun en Suisse. C'est une décision libre de chaque individu.

La loi sur les épidémies prévoit que la Confédération et les cantons peuvent déclarer obligatoires des vaccinations pour des groupes de personnes vulnérables et pour certaines personnes à des conditions très strictes. Cela n'est pas le cas actuellement. Et cela n'est pas nécessaire aujourd'hui: de très nombreuses personnes souhaitent se faire vacciner et s'inscrivent. Leur nombre est encore supérieur au nombre de doses à disposition. Il y a donc une liste d'attente mais tout le monde qui s'inscrit recevra ses doses. 
 

 

 

Voir aussi:

  1. Matériel d'information sur la vaccination en plusieurs langues (OFSP)
  2. Information en 16 langues proposées par la Croix-Rouge Suisse sur la vaccination contre le COVID 19 en Suisse: Explications en langues étrangères (anglais, albanais, amharique, arabe, espagnol, farsi/persan/dari, kurde, portugais, russe, roumain, serbe/croate/bosniaque, somalien, tamoul, tigrinya, turc) 

Plus d'information

Consultez le site www.infovac.ch ou www.bag.admin.ch et la page de l'OFSP consacrée à la vaccination contre le coronavirus 

La ligne d'information générale COVID-19 0800 909 400 répond également aux questions liées à la vaccination. 

 


Avez-vous une question concernant votre inscription?

N'hésitez pas à vous renseigner par courriel ou à appeler la Ligne d'information générale COVID-19 (0800 909 400) - appel gratuit 7/7 8h-19h.

Dernière modification
4 août 2021
Vos remarques nous aideront à améliorer le site.