3. Consommation

Dioxine

A-t-on pu mesurer des atteintes à la santé des riverains des Cheneviers?

L'étude du registre genevois des tumeurs s'est penché sur 14 cancers (ou groupes de cancers) et a analysé chacun d'entre eux à travers 5 indicateurs géographiques.  Une augmentation du risque a pu être exclue pour 11 de ces cancers - dont le cancer du sein.  Pour trois d'entre eux (ensemble de cancer et cancer du poumon chez l'homme et sarcome des tissus mous), les résultats sont moins catégoriques mais ne permettent pas de tirer la conclusion d'un lien avec la proximité des Cheneviers.

 

Comment la dioxine est-elle mesurée ?

La teneur en dioxine est exprimée à l'aide d'un indice international de toxicité, l'I-TEQ ("équivalent toxique"), qui résume en une seule valeur la contamination du milieu par un mélange de 17 molécules considérées comme les plus toxiques pour l'homme.

La dioxine mesurée au niveau de l'organisme, dans l'alimentation ou les sols est exprimée en picogrammes (pg, soit 1 millième de milliardième de gramme) I-TEQ par gramme. Dans les émissions, elle est exprimée en nanogrammes (ng, soit 1 milliardième de gramme) I-TEQ par mètre cube normé (Nm3) de fumée.

 

Comment peut-on être contaminé par la dioxine ?

Les animaux qui se nourrissent sur des sols où cette substance est présente peuvent absorber de la terre en pâturant et accumulent ainsi de la dioxine dans leurs graisses. L'homme est donc essentiellement exposé à ce polluant par le biais de son alimentation, principalement la viande, les produits laitiers et les œufs (ou les poissons).

 

D'où provient la dioxine ?

La dioxine provient essentiellement des processus industriels, et les incinérateurs de déchets constituent les plus grands émetteurs de dioxine dans l'environnement.
Cette dernière peut  également apparaître lors de phénomènes naturels comme des éruptions volcaniques ou feux de forêts.

 

Est-il possible de dépolluer les sols ?

Un simple labourage du sol permet de réduire de façon conséquente la concentration en dioxine de la couche superficielle, ce qui est recommandé pour les surfaces réservées au pâturage. Pour les poulaillers en plein air, il est aussi possible d'enlever les premiers centimètres de terre, de les mettre en décharge et de les remplacer par de la terre non polluée. En revanche, les concentrations en dioxine mesurées aux alentours des Cheneviers sont trop faibles pour qu'un processus de dépollution des sols soit justifié.

 

Existe-t-il un moyen de connaître son exposition individuelle à la dioxine ?

Il est possible de doser la dioxine stockée dans l'organisme. L'utilité de telles analyses est cependant restreinte car les concentrations provenant de l'exposition ambiante demeurent faibles et les connaissances scientifiques actuelles ne permettent pas d'interpréter les résultats obtenus.

 

Existe-t-il un risque de contamination de l'eau du robinet par la dioxine ?

La dioxine n'est que très peu soluble dans l'eau et se concentre dans les sols et sédiments. On en trouve donc que des quantités infimes dans les eaux de surface, qui seront en plus totalement éliminées lors des traitements de potabilisation.

 

Existe-t-il un risque pour les enfants allaités ou ayant été allaités dans la région ?

Malgré la contamination possible du lait maternel par la dioxine, les avantages avérés de l'allaitement (protection immunitaire et protection contre les allergies) dépassent les risques hypothétiques. Il est cependant conseillé aux mères qui allaitent de ne pas essayer de perdre du poids rapidement pendant la période d'allaitement.

 

L'usine des Cheneviers est-elle encore une source de pollution ?

L'usine reste une source significative de pollution à l'échelle du canton. Toutefois, ses émissions ont été tellement filtrées qu'il est difficile d'en distinguer les retombées par rapport à la pollution ambiante. En l'état actuel des connaissances, les émissions de l'usine ne présentent pas de danger particulier pour la santé de son voisinage.

 

Les enfants habitant à proximité des Cheneviers peuvent-ils jouer dehors (jardin, cour d'école) ?

Une contamination est théoriquement possible par ingestion de terre. Toutefois, vu les concentrations relevées autour des Cheneviers, il faudrait qu'un enfant mange très régulièrement (pendant des mois, voire des années) de grandes quantités de terre pour qu'un risque puisse survenir. En pratique, il n'y a donc pas de risque particulier à laisser les enfants jouer dehors.

 

Peut-on consommer les aliments d'origine animale produits à proximité de l'usine des Cheneviers ?

Les premières mesures effectuées en 2008 montrent que les denrées alimentaires d'origine animale respectent les exigences minimales de la législation en vigueur. Selon les connaissances scientifiques actuelles, une consommation normale de ces produits est sans danger particulier.

 

Peut-on consommer les fruits et légumes cultivés à proximité de l'usine des Cheneviers ?

Les fruits et légumes ne sont pas contaminés, car les plantes n'absorbent pas la dioxine et autres PCB contenus dans les sols. Pour éviter d'autres risques (pollution atmosphérique ou microbienne) il est toujours recommandé de laver les fruits et légumes avant leur consommation, quelle que soit leur provenance.

 

Peut-on consommer les poissons pêchés à proximité de l'usine des Cheneviers ?

La consommation des poissons pêchés dans le Rhône ne présente aucun risque particulier. Toutes les mesures effectuées en 2007 et 2008 sur plusieurs espèces de poissons respectaient les exigences légales. Ces valeurs n'étaient pas plus élevées aux alentours des Cheneviers qu'en d'autres points du canton.

 

Que devient la dioxine dans le corps humain ?

La dioxine s'accumule dans l'organisme, plus particulièrement dans les graisses. Hormis la dégradation naturelle (il faut 7 à 11 ans pour éliminer 50% d'une dose de dioxine), il n'existe pas de traitement médical permettant d'éliminer la dioxine.

 

Que peut-on faire pour réduire son exposition à la dioxine ?

La dioxine accumulée par le corps est éliminée très lentement par dégradation naturelle. Il n'existe pas de moyen médical pour accélérer l'élimination de ces substances.  Il est toutefois possible de limiter leur absorption. L'exposition à la dioxine se faisant essentiellement par le biais de l'alimentation chez l'homme, les risques peuvent être réduits en adoptant quelques règles simples:

  • - consommer une alimentation équilibrée, riche en fruits et légumes et pauvre en graisses animales;
  • - diversifier son alimentation et ses sources d'approvisionnement.

 

Que sont les dioxines ?

Les dioxines et les furanes sont un groupe de polluants de l'environnement formés lors de combustions, sous certaines conditions. 210 types de composés apparentés à la dioxine ont été identifiés et 17 sont considérés comme ayant une toxicité élevée. Ces substances sont communément appelées "dioxine"; c'est cette terminologie qui sera utilisée ci-dessous par souci de simplification.
Il existe également d'autres composés, les PCB, dont une partie d'entre eux (12 sur un total de 209) présentent des caractéristiques toxicologiques comparables à celles de la dioxine.

 

Quel est le niveau de contamination de l'environnement autour des Cheneviers ?

Des analyses indiquent que la dioxine est actuellement présente dans certains sols. Une soixantaine de prélèvements ont été effectués dans ce secteur. La majorité des échantillons sont conformes aux normes. Cependant 9 d'entre eux, prélevés à moins d'un kilomètre de l'usine, se situent au niveau des valeurs d'investigation. Les concentrations observées sont cependant très en-dessous des niveaux nécessitant un assainissement selon la loi.

 

Quelles quantités de dioxine ont été émises aux Cheneviers ?

Dioxine - Cheneviers

On constate que les quantités de dioxine émises durant la période Cheneviers I (entre 1966 et 1976) étaient significatives. Avec Cheneviers II, les émissions ont été réduites de moitié pour la même quantité de déchets incinérés, car l'usine a été équipée d'électrofiltres plus puissants. Des réductions importantes ont encore été atteintes dès 1991, avec la mise aux normes OPair (usine équipée de laveurs), avec un progrès supplémentaire en 2000 dû à l'adaptation aux normes OPair renforcées (électrofiltres plus performants et catalyseurs). Les émissions ont ainsi été abaissées à un niveau minimal. Depuis plusieurs années, la norme de 0,1 ng I-TEQ/Nm3 fixée dans l'OPair en 2007 est respectée. 

 

Quelles sont les normes qui doivent être respectées ?

  • Fumées
    La norme pour les fumées de l'ordonnance sur la protection de l'air (OPair) est de 0,1 ng I-TEQ/Nm3. Elle est entrée en vigueur en Suisse en 2007.
  • Sols
    Pour les sols, l'ordonnance sur la protection des sols (OSol) fixe trois niveaux différents : une valeur indicative (correspondant à un sol sain), un seuil d'investigation (au-delà duquel l'autorité doit vérifier si le sol pose un problème de santé publique) et une valeur d'assainissement au-delà de laquelle le sol doit être assaini de sorte à retrouver une concentration en dioxine inférieure à la valeur indicative. Pour la dioxine, ces valeurs sont les suivantes:
     
    Valeur indicative: 5 ng I-TEQ/kg de matière sèche
    Seuil d'investigation: 20 "
    Valeur d'assainissement:
    Places de jeux 100 "
    Jardins privés et familiaux 100 "
    Agriculture et horticulture 1000 "
  • Denrées alimentaires
    Pour les denrées alimentaires, l'ordonnance sur les substances étrangères et les composants (OSEC) définit les concentrations maximales pour les dioxines et les PCB de type dioxine. En fonction des denrées, les valeurs sont comprises entre 1 et 6 pg/g TEQ pour la somme dioxines et furanes et entre 1.5 et 12 pg/g TEQ pour la somme dioxines, furanes et PCB de type dioxine.

 

Quelles sont les sources d'exposition à la dioxine ?

Rejetée dans l'environnement sous forme de fumées, la dioxine tend à se déposer sur le sol et sur les plantes, d'où elle peut s'introduire dans la chaîne alimentaire.

 

Quels sont les effets de la dioxine sur la santé ?

Il convient de distinguer deux types d'exposition

  1. Les expositions en cas de catastrophes (par exemple lors de la catastrophe de Seveso en 1976).
    Ce type d'exposition, brève mais massive, peut entraîner des lésions de la peau (chloracné) et une altération de la fonction du foie. Les conséquences à long terme tendent à montrer une augmentation de certains types de cancers et des effets sur la procréation.
    Le canton de Genève n'est pas concerné par ce type d'exposition.
     
  2. L'exposition ambiante
    De longue durée et de faible intensité, elle est liée à la dioxine présente dans l'environnement. Chaque être humain est exposé à la dioxine et accumule une certaine concentration de ces produits dans son organisme (charge corporelle). Cette exposition inévitable n'a pas d'effet actuellement mesurable sur la santé mais continue de faire l'objet de recherches.

 

Avez-vous un commentaire sur cette page?

Partagez cette page