Préserver le patrimoine bâti et naturel

Le patrimoine fait partie intégrante de notre environnement quotidien. Il importe dès lors de considérer cette thématique dès la phase initiale de conception des projets urbains, pour éviter un traitement tardif et au cas par cas et d’éventuels blocages. En positionnant la préservation du patrimoine comme une étape clef de la mutation urbaine du canton, le DT rappelle à la fois son importance et sa dimension résolument contemporaine.

  • Un patrimoine bâti d'exception

Genève regorge d'un patrimoine bâti riche qui a fait l'objet de nombreuses distinctions. En 2016, l’immeuble Clarté, construit par l'architecte Le Corbusier en 1931 et situé dans le quartier des Eaux-Vives, est inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO. La même reconnaissance a été octroyée en 2011 aux sites palafittiques, qui témoignent du quotidien des agriculteurs de l'Europe préhistorique.

Plusieurs chantiers archéologiques sont en cours, avec notamment un site préhistorique au Grand-Saconnex et un site protohistorique près de la route des Nations. Le Château du Moyen-âge de Rouelbeau a été présenté et rouvert au public en 2016 après 12 années de fouilles. Enfin, les investigations archéologiques sur l’Esplanade de Saint-Antoine en vieille ville ont révélé un condensé tout à fait spectaculaire et inédit de l’histoire genevoise.

En matière de patrimoine bâti, le département mène depuis septembre 2015 un recensement architectural complet sur tous les bâtiments construits avant 1985.

  • Préserver l'environnement, la nature, ses accès et ses bienfaits.

Le département veille à ce que le patrimoine naturel et paysager du canton soit à la fois protégé et valorisé. Le DT agit en faveur de la biodiversité genevoise qui, grâce à une gestion efficace des espaces naturels, héberge près de 20'000 espèces animales et 1'250 plantes sauvages et compte des espèces emblématiques pour la Suisse, comme la tortue cistude ou la chouette chevêche. Avec les partenaires concernés, il veille à la gestion durable des forêts et au maintien du patrimoine arboré genevois, qui compte notamment quelques 200 arbres remarquables. Les mesures de renaturation des cours d'eau menées par le DT permettent de recréer des tracés et des berges diversifiés et proches de l'état naturel, tout en donnant plus d’espace au cours d’eau et des meilleurs accès à l'eau pour la population.

Crédit photo : © GTG Aurélien Bergot

Partagez cette page