L'essentiel en bref

Lorsque certaines conditions météorologiques sont réunies, la pollution de l'air s'accumule. Elle peut alors affecter la santé, les personnes sensibles étant les plus exposées. Celles-ci peuvent se protéger en réduisant les contacts avec les polluants lorsque leurs concentrations sont élevées. Pour qu'elles puissent adapter au mieux leur comportement, des informations actualisées sur les concentrations des différents polluants sont mises à la disposition du public Connaître la qualité de l'air à Genève et sur l'application smartphone AirCHeck.

De plus, en cas pic de pollution,  un dispositif - incluant une communication aux médias des mesures ciblant la circulation routière et incitation à privilégier les transports publics - est activé.

Dès le 15 janvier 2020, ce dispositif connaîtra une évolution importante pour intégrer la circulation différenciée s'appuyant sur le macaron Stick'AIR

 

 

Connaître la qualité de l'air à Genève

 

En complément

 

Pour toute information complémentaire, contactez l'Info-Service.
E-mail : info-service@etat.ge.ch

Info-Service tel +41225467600 

Réduire les risques d'atteintes à la santé

Durant les journées affectées par des concentrations importantes en polluants de l'air, il est possible de réduire les risques d'atteintes à la santé, en :

  • évitant les efforts physiques intenses;
  • restant vigilant par rapport à toute aggravation de l'état de santé ou tout symptôme évocateur;
  • évitant les expositions à d'autres facteurs irritants, comme le tabac, les fumées ou les solvants, pour ne pas aggraver les effets de la pollution.

Il est particulièrement recommandé aux personnes sensibles - jeunes enfants, personnes âgées ou souffrant de déficience immunitaire ou de pathologie chroniques cardiaque ou respiratoire – de suivre attentivement ces mesures de précaution et d'éviter d'aérer longuement les pièces occupées.

 

Consulter les recommandations du médecin cantonal en cas de canicule 

Suivre les niveaux de pollution

Afin de permettre aux personnes sensibles et aux acteurs concernés (institutions de santé, foyers pour personnes âgées, crèches, etc.) d'adapter au mieux leurs pratiques, l'Etat de Genève met à disposition de la population des informations sur les niveaux des différents polluants de l'air.

Ainsi, chaque jour et en temps réel, les données relatives aux concentrations de polluants sont diffusées sur la page Internet Connaître la qualité de l'air en ce moment à Genève ou, pour les propriétaires de smartphone, par le biais de l'application AirCHeck. Un indice de pollution de l'air quotidien "IPair" est également à disposition des médias qui peuvent le reprendre dans leur rubrique météo.

 

Dispositif en cas de pics de pollution

Durant les pics de pollution un dispositif prévoit une gradation cumulative des mesures (voir les tableaux ci-dessous) et une information visant à prévenir les risques sanitaires pour les personnes sensibles.

Une mesure initiale de prévention cible la pollution issue du trafic routier. Ainsi, il est dans un premier temps recommandé aux usagers de l'autoroute de contournement d'abaisser leur vitesse à 80 km/h. Cette recommandation devient une obligation si la pollution persiste plus de 2 jours. Cette procédure est également appliquée d'une manière similaire en France voisine.

En cas de hausse de la pollution de l'air à l'échelle romande, un avis de pollution est communiqué aux médias en vue d'informer le public, de façon concertée avec les cantons romands. Une mesure incitative, le tarif réduit sur tous les billets et les cartes journalières unireso « Tout Genève » et « Régional » est appliquée dès le lendemain à Genève pour encourager une alternative au trafic motorisé individuel.

Si les concentrations augmentent encore et que les conditions météorologiques ne laissent pas présager d'amélioration, des mesures d'intervention contraignantes peuvent être adoptées afin de limiter les émissions de polluants en agissant sur leurs principales sources.

Dès le 15 janvier 2020, ce dispositif connaîtra une évolution importante pour intégrer la circulation différenciée s'appuyant sur le macaron Stick'AIR.

 

Dispositif encas de pics de pollution

Télécharger l'image

Tarif réduit pour les transports publics unireso lors d'un pic de pollution

Une mesure incitative en faveur de la qualité de l'air        

Durant un pic de pollution, la population est invitée à privilégier l'utilisation des transports publics afin de réduire les émissions polluantes issues du trafic motorisé. Pour encourager ce transfert modal, les personnes acquérant un titre de transport peuvent bénéficier du tarif réduit pour tous les trajets du réseau unireso sans justificatif autre que leur billet.

Dès le 15 janvier 2020, cette mesure sera remplacée par une autre action incitative attractive dans le cadre d'un nouveau dispositif intégrant la circulation différenciée et s'appuyant sur le macaron Stick'AIR.

Quand puis-je bénéficier de cette mesure ?

Cette mesure est appliquée lorsqu'un avis de pollution de l'air est communiqué aux médias.

  • Elle entre en vigueur le lendemain de l'annonce du pic de pollution, dès le début des services de transports publics.
  • Elle se termine avec l'annonce de la fin de l'épisode de pollution, au terme des services de nuit d'unireso.

 

Quelle partie du réseau de transport public est concernée ?

Tout le réseau unireso applique cette mesure, aussi bien pour les lignes genevoises "Tout Genève" (zone 10) que les lignes Régionales.

 

Ce tarif réduit est-il appliqué automatiquement durant un pic de pollution ?

Non, il vous faut sélectionner la touche "Tarif réduit" sur l'automate lors de l'émission du billet.

 

Comment savoir si la mesure est en vigueur ?

Unireso assure une information aux voyageurs durant la période concernée. Le site air.ge.ch indique en tout temps le niveau de pollution de l'air genevois et, le cas échéant, un avis de pollution y annonce l'application du tarif réduit pour les transports publics unireso durant un pic de pollution.

 

J'ai déjà un abonnement demi-tarif, ou mensuel ou annuel unireso. Cette mesure me concerne-t-elle ?

Cette mesure vise à encourager l'utilisation des transports publics par de nouveaux usagers afin de réduire les émissions polluantes issues du trafic motorisé. Elle n'entraîne aucune compensation pour les bénéficiaires d'abonnements en cours de validité.

 

Agir contre la pollution de l'air

Améliorer la qualité de l'air requiert la collaboration de tous. Chacun peut contribuer efficacement à cet enjeu dans ses agissements individuels au quotidien.

Lors de déplacements :

  • privilégier les modes de transport non polluants (marche, vélo, …)
  • pour les trajets courts, privilégier les transports en commun et les P+R
  • pratiquer le co-voiturage
  • renoncer à l'utilisation de voitures diesel non équipées de filtre à particules
  • conduire selon la méthode Eco-Drive®  (conduite souple, écologique et économique)

Au quotidien :

  • utiliser des produits sans ou pauvres en solvants organiques (peintures, vernis, laques, colles)
  • utiliser de l'essence "alkylée" (sans benzène), carburant approprié pour les tondeuses, débroussailleuses, etc.
  • s'assurer que son chauffage ou sa cheminée sont bien réglés et chauffer son logement en ne dépassant pas 20-22°C
  • renoncer aux feux de "confort" (cheminée, poêle), ainsi qu'à tout feu en plein air
  • privilégier les produits locaux et de saison nécessitant moins de transports et d'énergie

Mais durant un épisode de smog ou en tout temps, chacun peut agir pour, l'air de rien, changer l'air.

Pour une grande majorité, les polluants de l'air sont issus essentiellement des activités humaines. C'est donc en agissant à la source de ces substances que l'on peut diminuer durablement la pollution de l'air. C'est précisément l'objectif du Plan de mesures OPair 2018-2023 que l'Etat de Genève met en oeuvre par des actions ciblant notamment les domaines de la mobilité, des chantiers ou des chauffages.