L'essentiel en bref

Nouveautés

Dès le 20.03 :

  • Fin de la déclaration clinique de tous les cas confirmés. Seuls les cas hospitalisés et décédés sont soumis à déclaration obligatoire par les médecins.
  • L'auto-isolement des personnes présentant des symptômes respiratoires est de 10 jours minimum, qu'elles aient été testées ou non.
  • L'auto-quarantaine des contacts (vivant sous le même toit/intimes) d'une personne présentant des symptômes respiratoires, qu'elle ait été testée ou non, est de 10 jours.

 

Voir aussi

Médecins traitants

Prise en charge des personnes symptomatiques

Les recommandations de l'OFSP doivent être suivies.

Cas avec symptômes respiratoires : auto-isolement ≥ 10 jours

Les personnes présentant des symptômes d'affection aiguë des voies respiratoires restent à domicile, si leur état de santé le permet, pendant au moins 10 jours, qu'elles aient été testées ou non (auto-isolement).

Elles contactent leur médecin traitant si leur état de santé l'exige ou se dégrade. Un prélèvement n'est plus indiqué de manière systématique. Elles avertissent les personnes vivant sous le même toit et/ou avec des relations intimes dans les 24h ayant précédé le début des symptômes de rester 10 jours en quarantaine à domicile, de surveiller leur état de santé et de s'auto-isoler dès l'apparition de symptôme.

Les patients présentant des symptômes modérés à sévères nécessitent une évaluation clinique afin de déterminer si une hospitalisation doit être envisagée. Parmi les critères d'aide à la décision, considérer l'âge avancé (>80 ans), la présence d'antécédents médicaux et les critères de gravité suivant : sat. < 92%, TA syst < 90, FR > 30, état confusionnel.

 

Critères de test

Sont testées en priorité les personnes qui ont des symptômes aigus des voies respiratoires (p.ex. odynophagie, toux, difficultés respiratoires) et/ou de la fièvre, sensation de fièvre ou douleurs musculaires ET qui présentent un des critères suivants :

  • Symptômes sévères, c’est-à-dire critères médicaux d’hospitalisation (pneumonie bilatérale, ARDS, etc.)
  • Personne particulièrement vulnérable (> 65 ans, hypertension, diabète, maladie cardiovasculaire, maladie respiratoire chronique, immunosuppression, cancer); une évaluation au cas par cas est recommandée pour ces personnes.
  • Professionnel de la santé en contact avec des patients ou des résidents d’EMS.

 

Lieux de prélèvements

Hôpital de la Tour
022 719 77 66
9:00-18:00 | 7/7

Clinique des Grangettes
022 305 07 77

Cité Génération
022 709 00 00

HUG (site E)
8:00-22:00 | 7/7
Directement sur place

 

Déclaration obligatoire

Une déclaration obligatoire des cas confirmés hospitalisés doit être adressée dans les 24 heures au médecin cantonal (par fax au 022 546 98 16) et à l'OFSP.

Une déclaration obligatoire d'un cas confirmé suite au décès doit être adressée dans les 24 heures au médecin cantonal (par fax au 022 546 98 16) et à l'OFSP.

 

Contacts de personnes présentant des symptômes : auto-quarantaine de 10 jours

Les contacts d'une personne présentant les symptômes d'une affection aiguë des voies respiratoires (vivant sous le même toit, relations intimes), qu'elle ait été testée ou non, sont invités à rester à domicile en auto-quarantaine pendant 10 jours, à partir du jour où la personne malade a été isolée.

 

Prise en charge des patients COVID-19 positifs

Les médecins traitants sont invités à prendre en charge, par télémédecine en priorité, le suivi de leurs patients COVID-19 confirmés qui présentent des symptômes légers ou modérés permettant leur maintien à domicile, ainsi que la convalescence de leurs patients sortis d'hospitalisation. Pour rappel, l'isolement doit être maintenu jusqu’à 48 heures après la disparition des symptômes, à condition qu’au moins 10 jours se soient écoulés depuis leur apparition.

 

Traitements

La Société Suisse d'Infectiologie a publié des recommandations pour le traitement des patients infectés par le SARS-CoV-2 (20.03.2020).

 

Certificats médicaux

En vertu de l'Arrêt du Conseil d'Etat genevois du 20.02.20, les employés n'ont pas besoin de certificat médical avant le 10e jour d'absence.

 

Professionnels de la santé

Professionnels de la santé exposés

Les professionnels de la santé qui ont été exposés sans protection à un cas confirmé (contact professionnel ou privé) peuvent continuer à travailler avec des patients en portant un masque chirurgical en permanence et en respectant une hygiène des mains irréprochable pendant 14 jours; ils surveillent leur état de santé, sont testés en cas de symptômes et mis à l’arrêt de travail si positifs.

 

Professionnels de la santé symptomatiques

  • Le professionnel de la santé dont le test est négatif peut continuer de travailler si ses symptômes sont légers, en portant un masque chirurgical et appliquant strictement l'hygiène des mains.
  • Le professionnel de la santé dont le test est positif pour le SARS-CoV-2 doit rester à domicile jusqu'à 48h sans symptômes et minimum 10 jours depuis le début des symptômes.

 

Equipement de protection individuelle

Les recommandations de l'OFSP sur l'équipement de protection font foi.

Par ailleurs, la directive concernant le port des masques par les professionnels de la santé et autre personnel doit être suivie.

  • Lavage des mains: à l'eau et au savon (ou solution hydro-alcoolique)
  • Surfaces : désinfection standard avec les produits habituels

L'AMG centralise la fourniture d'équipement de protection pour les médecins traitants.

 
Recommandations du médecin cantonal
En savoir plus

EMS et institutions de santé

Dans la lutte contre la propagation du nouveau coronavirus, l’accent est mis sur la protection des personnes vulnérables1 car elles présentent un risque accru de complications graves. Les recommandations suivantes s’adressent aux établissements médicaux sociaux dont tous les résidents répondent aux critères de vulnérabilité. Elles servent à déterminer les mesures de protection à adopter.

Task Force EMS Covid-19

La Fegems a constitué une Task-Force EMS Covid-19 réunissant des représentants des associations professionnelles et des faîtières cantonales du secteur des EMS : AGIC (association des infirmières cheffes et infirmiers chefs), MEPAG’S (médecins répondants), API (intendants), ADEPAG (directeurs), Agems, Fegems. E-mail

Elle a pour mission de centraliser les informations et d’harmoniser les pratiques et les mesures recommandées dans les EMS. Pour ce faire, elle communique via des info-mail plusieurs fois par semaine.  

Mesures préventives

Interdiction des visites des proches

Selon l'arrêté du 18 mars 2020, les visites dans les EMS sont interdites. Les visites des proches sont possibles pour les patients en fin de vie, avec des mesures de protection contact et gouttelettes.

Application stricte des précautions standard  en matière d'hygiène

Professionnel de la santé exposé ou symptomatique

Les membres du personnel (professionnel de la santé ou non) qui travaillent en contact étroit avec des résidents et qui ont été exposés à une personne COVID-19 positive peuvent continuer à travailler en portant un masque chirurgical en permanence et en adoptant une hygiène des mains irréprochable. Ils doivent surveiller leur état de santé.

Le professionnel de la santé qui présente des symptômes respiratoires est testé.

Le personnel non professionnel de la santé mais qui est en contact étroit avec les résidents et qui présente des symptômes respiratoires se fait prescrire le test par un médecin.

En attendant le résultat ou en cas de test négatif, les membres du personnel en contact étroit avec les résidents peuvent continuer de travailler si lers symptômes sont légers, en portant un masque chirurgical et appliquant strictement l'hygiène des mains.

Les membres du personnel qui ont un test positif pour COVID-19 doivent rester à domicile jusqu'à 48h sans symptômes et minimum 10 jours depuis le début des symptômes.

Le port d’un masque chirurgical est recommandé aux :

Membres du personnel

  • Qui examinent ou soignent des résidents chez lesquelles le COVID-19 a été confirmé sans pouvoir se tenir à une distance d’au moins 2 mètres.
  • Qui examinent ou soignent des personnes atteintes de symptômes respiratoires (toux et/ou fièvre) sans pouvoir se tenir à une distance d’au moins 2 mètres.
  • Lors de soins à des personnes particulièrement vulnérables, selon le type de soins et le risque de transmission par gouttelettes (contact proche /face à face >15 minutes).
  • Qui présentent des symptômes respiratoires qui n'ont pas été testés positifs pour le COVID-19.

Aux résidents symptomatiques avec un test positif pour le COVID-19

    • Qui ne peuvent pas se tenir à une distance d’au moins 2 mètres des autres personnes.
    • Qui doivent sortir de leur chambre.

    Accueil d'un nouveau résident depuis le domicile ou toute institution

    L'accueil des nouveaux résidents se poursuit.

    Le résident est mis en isolement uniquement s’il présente des critères de suspicion de COVID-19.

    S’il a été en contact étroit avec une personne COVID-19 positive (personne vivant sous le même toit), il est mis en quarantaine en chambre pendant 10 jours depuis le diagnostic du cas confirmé avec une surveillance de son état de santé (température 2x/j et signes de maladie respiratoire)
    Consignes auto-quarantaine

    Un résident testé positif pour COVID-19 qui retourne à l'EMS après une hospitalisation termine les 10 jours de convalescence en appliquant les mesures d'isolement recommandées.
    Consignes auto-isolement

    Que faire en cas de symptômes de COVID-19 chez un résident ?

    Un COVID-19 doit être suspecté lors de l’apparition de symptômes aigus des voies respiratoires (p. ex. toux ou détresse respiratoire) et/ou de la fièvre ≥38 °C.

    Dans ce cas :

    • Faire porter un masque chirurgical au résident.
    • Contacter le médecin traitant ou le médecin répondant pour une consultation médicale et discuter de la prise en charge.

    Tous les médecins du canton de Genève ont reçu les directives à respecter en cas de suspicion de cas de COVID-19, ainsi que les consignes de prise en charge médicale suivant qu’il s’agisse d’un cas bénin ou d’un cas présentant des symptômes graves.

     

    Pour en savoir plus :

    Canton

    Confédération

     

    1 Les personnes vulnérables sont les personnes âgées de plus de 65 ans, celles souffrant d'un cancer, du diabète, de faiblesse immunitaire due à une maladie ou à une thérapie, d'hypertension artérielle, de maladies cardio-vasculaires et de maladies chroniques des voies respiratoires.