L'essentiel en bref

En Suisse, la reconnaissance d'un diplôme étranger, c'est-à-dire l'équivalence de diplôme, est obligatoire pour exercer une profession dite réglementée.

Différentes autorités sont compétentes en matière de reconnaissance des diplômes étrangers.

L’autorité à laquelle vous devez vous adresser dépend de votre domaine d’activité et de votre niveau de formation. La durée ainsi que le coût de la procédure varient en fonction de l’autorité compétente.

Si votre diplôme est rédigé dans une langue autre que le français, l'allemand, l'italien ou l'anglais, vous devez recourir  à un traducteur-juré reconnu officiellement par le canton de Genève avant d'entreprendre la procédure de reconnaissance.

Les diplômes du secondaire II (maturités et baccalauréats) ne peuvent pas faire l’objet d’une demande de reconnaissance. Ils donnent accès aux écoles supérieures et ne permettent pas d’intégrer directement le monde du travail.

Les professions réglementées

En Suisse, il existe une liste officielle des professions dites « réglementées » notamment dans les domaines de la santé, la pédagogie, le travail social et les domaines technique et juridique.

Architecte, ingénieur-e civil-e, avocat-e, ingénieur-e géomètre, assistant-e social-e, enseignant-e, enseignant-e spécialisé-e, logopédiste, thérapeute en psychomotricité, médecin, dentiste, vétérinaire, pharmacien-ne, etc. sont par exemple des professions réglementées.

Pour exercer ces professions en Suisse, il est obligatoire de demander au préalable la reconnaissance de son diplôme étranger.

Pour exercer une profession non réglementée en Suisse, il n’est pas nécessaire de faire reconnaître son diplôme étranger.

Toutefois, pour les détenteurs d'un diplôme dans un domaine non réglementé, il est possible de faire établir une attestation de niveau - ou une recommandation de reconnaissance du diplôme - auprès de l’autorité compétente en Suisse. Cela permet aux employeurs une meilleure compréhension et lisibilité du diplôme obtenu à l'étranger.

Agriculteur, artisan, coiffeur/euse, comptable, économiste, nettoyeur/euse, vendeur/euse, etc. ne sont pas des professions réglementées.

Autorités compétentes et coût

L’autorité compétente pour la reconnaissance d’un diplôme étranger varie en fonction de votre domaine d’activité et de votre niveau de formation.

Vous avez une formation…

Déposez votre demande de reconnaissance auprès de :

  • Dans le domaine de la formation initiale
  • D’enseignant en école professionnelle
  • Universitaire avec qualifications pratiques ou hautes écoles spécialisées
  • En travail social

 

Secrétariat d’Etat à la formation, à la recherche et à l’innovation (SEFRI)

 

  • Non universitaire dans le domaine de la santé

 

Croix-Rouge suisse (CRS)

 

  • Universitaire dans le domaine de la santé (médecin, dentiste, vétérinaire, pharmacien, psychologue)

 

Office fédéral de la santé publique (OFSP)

 

  • Dans l’enseignement (enseignant, logopédiste, pédagogie curative)

 

Conférence suisse des directeurs cantonaux de l’instruction publique (CDIP)

 

  • Universitaire

 

Swiss Enic

 


Liste complète des autorités compétentes

 
Durée et coût des procédures
  • La durée de la procédure varie en fonction de l’autorité compétente.

Il faut généralement compter plusieurs mois de délai après réception du dossier complet.

  • Les coûts liés à une reconnaissance de diplôme dépendent également de l’autorité compétente et varient entre 150 francs et plus de 1000 francs.

En outre, il faut souvent effectuer des mesures compensatoires (cours, stage et/ou examens) dont les frais sont à la charge du requérant.

Enfin, si le diplôme est rédigé dans une langue autre que le français, l'allemand, l'italien ou l'anglais, il faut ajouter les dépenses liées à la traduction des documents et à leur certification.

La procédure commence seulement lorsque ces frais ont été payés. Leur paiement ne garantit aucune reconnaissance automatique du diplôme. La reconnaissance peut être refusée.

Diplômes du secondaire II et accès aux formations du niveau universitaire ou HES

Les diplômes du secondaire II (maturités et baccalauréats) ne peuvent pas faire l’objet d’une demande de reconnaissance. Ils ont pour vocation d'ouvrir l’accès aux écoles supérieures et ne permettent pas d’intégrer directement le monde du travail.

Les conditions d’admission à l’Université ou en Hautes écoles supérieures (HES) dépendent de votre diplôme de fin d’études secondaires et du pays par lequel il a été délivré : liste des conditions d'admission en fonction des  pays

En cas de question, veuillez-vous adresser directement au service des admissions de l'école concernée.

Vous trouverez de plus amples informations sur le site web du Secrétariat d’Etat à la formation, à l’innovation et à la recherche (SEFRI) ou sur orientation.ch, rubrique «Travail et emploi», Reconnaissance des diplômes étrangers en Suisse ou encore sur le site internet de l’autorité compétente en lien avec votre domaine d’activité.