L'essentiel en bref

Toutes les questions fréquentes en lien avec la santé et classées par domaines.

 

Affaires vétérinaires

Chiens

Combien de morsures de chiens sont signalées chaque année à Genève ?

  • 2004 : 78 dossiers instruits
  • 2005 : 112 dossiers instruits
  • 2006 : 134 dossiers instruits
  • 2007 : 206 dossiers instruits
  • 2008 : 165 dossiers instruits
  • 2009 : 203 dossiers instruits
  • 2010 : 218 dossiers instruits
  • 2011 : 229 dossiers instruits
  • 2012 : 186 dossiers instruits
  • 2013 : 241 dossiers instruits
  • 2014 : 224 dossiers instruits
  • 2015 : 254 dossiers instruits

 Les morsures de chiens sont-elles en augmentation ?

Entre 2014 et 2015, le nombre d'annonces d'agressions canines a augmenté de 13.4 %. Toutefois, ce chiffre ne correspond sans doute pas exactement à celui des morsures réelles, car il est vraisemblablement influencé par la couverture médiatique qui est accordée à cette thématique. De plus, si la procédure d'annonce est mieux respectée, ce qui se traduit par une hausse des cas signalés, en revanche certains détenteurs sont peu enclins à annoncer les cas qui se produisent avec leur propre chien ou dans le cadre familial. Il est par conséquent difficile de dégager avec certitude une tendance qui serait le reflet de la réalité sur le terrain.

 

Combien y a-t-il de chiens appartenant à des races potentiellement dangereuses à Genève ?

En décembre 2015, Genève comptait environ 130 représentants de races potentiellement dangereuses connus du service.

 

Des sanctions sont-elles envisagées à l'encontre des propriétaires de chiens dangereux qui n'ont pas déclarés leurs animaux?

Oui, de lourdes sanctions sont prévues par la loi : elles peuvent aller de l'amende de 100 CHF à 60'000 CHF, du séquestre du chien et de l'interdiction de détenir un chien, à l'euthanasie du chien. En cas de non-respect d'une décision de l'autorité, une dénonciation pénale peut être déposée.

 

En cas de morsure, un chien vaudois peut-être être séquestré ? Celui d'un touriste ?

C'est toujours le lieu où s'est produit l'événement qui est déterminant pour la compétence d'une infraction (principe de territorialité, for juridique) : donc, si l'accident ayant conduit à une morsure canine importante est l'acte d'un chien vaudois ou étranger, il peut être séquestré par les autorités compétentes genevoises.

 

Existe-t-il des formations pour savoir comment se comporter avec un chien ?

Des cours de sensibilisation destinés aux enfants des écoles primaires du canton de Genève, car ce sont les enfants qui courent le plus de risque en cas de morsure. Il existe également une brochures intitulée "  Moi qui ai peur des chiens ", publiées par  l'Office de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV).

 

J’assiste à une attaque de chien dans un espace public. Que dois-je faire ?

Ne pas intervenir avec les mains ni les pieds, ne pas crier. Les maîtres sont les mieux à même de maîtriser leur animal. Si la bagarre ne cesse pas, appeler les APM ou la brigade des chiens de la police.

 

Mon chien a mordu un autre chien dans l’espace réservé aux chiens d’un parc public. Que dois-je faire ?

Signaler le cas au SCAV.
Pour ce qui concerne la prise en compte des dommages éventuels, il s'agit d'un problème de droit privé, il faut donc annoncer cet événement à votre assurance RC.

 

On entend dire qu'une partie des chiens du canton de Genève ne sont pas enregistrés. Est-ce vrai ?

Cette affirmation n'est pas exacte. Les chiens genevois sont enregistrés à la banque de données AMICUS à Berne. Des nouvelles compétences en matière de contrôle ont toutefois été dévolues aux ASM; ce changement devrait ainsi permettre d'accroître les vérifications et d'encourager les mises en conformité.

 

Par qui sont gérées les questions concernant les chiens à Genève ?

Le service de la consommation et des affaires vétérinaires (SCAV) est le service de l'Etat qui assure la gestion des chiens à Genève; il est assisté dans sa tâche par une commission consultative composée de représentants de l'Etat, des communes, des milieux agricoles, de la société genevoise vétérinaire, des milieux de protection des animaux, des éleveurs, des éducateurs canins, des milieux de défense des propriétaires de chiens.

 

Que faire en cas de morsure ?

Si la blessure n'est pas superficielle, il faut en premier lieu veiller à assurer un soin médical. Il est important de penser à relever l'identité du détenteur du chien. Le cas échéant, la police ou les agents de police municipale peuvent intervenir au moment des faits. Pour une morsure sur l'humain, allez systématiquement consulter un médecin. Insister auprès de celui-ci ou du vétérinaire pour qu'il transmette le formulaire d'annonce au SCAV (obligation légale).
Consultez également la rubrique "Morsures & prévention" de ce site.

 

Que risque un propriétaire dont le chien a causé des dégâts corporels ?

Le propriétaire est passible de sanctions pénales si la victime a porté plainte à la police. Les peines peuvent aller de l'amende à une peine d'emprisonnement.

 

Quelle est la différence entre un chien dangereux et potentiellement dangereux ?

La loi genevoise définit les chiens dangereux comme étant ceux ayant des antécédents avérés ou étant dressés à l'attaque, et les chiens potentiellement dangereux étant ceux qui appartiennent aux 15 races dites d'attaques, sélectionnées sur la base de critère d'agressivité.
Accès aux pages de ce site: Chiens potentiellement dangereux

 

Quelles solutions sont envisagées si de nouveaux drames devaient se produire malgré les mesures annoncées?

Bien que le port de la muselière sur l'espace public pour les chiens dangereux ou potentiellement dangereux devrait réduire les cas d'agression grave, le risque zéro n'existe malheureusement pas, quelles que soient les mesures prises.

 

Quels sont mes droits face à un propriétaire de chien qui ne respecte pas les règles prévues par la loi ?

Le dialogue est toujours la meilleure approche. Il est donc recommandé de rappeler les règles en vigueur - le document disponible sur le site du SCAV peut dissiper les malentendus - et inviter le propriétaire à s'y conformer. Le cas échéant, c'est aux agents de police municipale (APM) ou à la police de veiller à l'application de ces règles.

 

Qui a édicté la liste des 15 races dangereuses et sur quels critères?

La liste des races établie à Genève s'inspire des races listées en France (depuis le 6 janvier 1999) et d'autres pays européens, ainsi qu'à la morphologie des canidés appartenant à ce type de race. Cette liste peut être modifiée, en tenant compte en particulier des relevés statistiques des morsures.

 

Qui déclare les morsures de chiens ?

Les vétérinaires praticiens, la police, le corps médical, les agents de police municipale, les responsable de refuge ou de pension pour animaux, les communes, les gardes de l'environnement, les éducateurs canins et moniteurs, les douaniers ont l'obligation d'annoncer les morsures canines qui parviennent à leur connaissance par le biais de formulaires. Le SCAV reçoit également des plaintes que les privés ont déposés auprès des APM et de la police.

 

Qui est chargé de faire respecter les règles relatives aux chiens et dans quelles conditions ?

L'exécution des règles sur la voie publique incombe aux agents de police municipale (APM) et à la police. Le service de la consommation et des affaires vétérinaires (SCAV) sanctionne sur rapport de la police et des APM.

 

Sur la voie publique, quelle attitude faut-il avoir face à un chien ?

Les réactions des chiens peuvent être inattendues. Il est nécessaire d'avoir l'assentiment préalable du maître avant d'approcher un chien, même s'il est connu. Des gestes calmes et mesurés sont toujours recommandés. Si le chien se montre agressif, faire mine de ne pas s'en préoccuper, passer son chemin ou rester immobile, les bras le long du corps, et silencieux.
On ne doit jamais laisser un enfant avec un chien, même connu, sans la surveillance stricte d'un adulte.

 

Un molosse avec muselière doit-il être systématiquement maintenu en laisse ?

Les règles concernant la laisse s'appliquent également aux chiens potentiellement dangereux, indépendamment du port de la muselière.

 

Y a-t-il des règles spécifiques pour les chiens dangereux ou potentiellement dangereux ?

Oui, le port de la muselière de type "à panier" et la tenue en laisse sont obligatoires pour ces chiens sur l'ensemble de l'espace public dès que le détenteur quitte son domicile. De plus, leur parcours est suivi par le SCAV. Les chiens issus des races potentiellement dangereuses doivent faire l'objet d'une autorisation de détention, être stérilisés/castrés et passer un TMC auprès du service chaque année.
Accès aux pages de ce site: Chiens potentiellement dangereux

 

Grippe aviaire

Dois-je obtenir une autorisation pour détenir des volailles ?

Non, une information auprès de l'office vétérinaire cantonal par le biais d'un est suffisante.

 

Est-il possible de vacciner mes volailles contre la grippe aviaire ?

Non, actuellement la vaccination des oiseaux contre la grippe aviaire est interdite en Suisse.

 

Je n'élève que quelques poules dans une zone qui n'est pas considérée à risque, dois-je m'annoncer auprès d'un service officiel ?

Oui, il existe une obligation pour tout détenteur de volaille - même s'il ne s'agit que d'une seule poule - d'annoncer la présence d'un élevage dans les cinq jours suivant son acquisition. Cette obligation s'applique sur tout le territoire suisse; à Genève, l'annonce doit être faite auprès de l'office vétérinaire cantonal (tél. 022.388.71.60, fax. 022.388.71.61).

 

La grippe aviaire est-elle présente en Suisse ?

La grippe aviaire n'a plus été diagnostiquée en Suisse depuis le mois d'avril 2006.

 

La grippe aviaire est-elle proche de nos frontières ?

Cette maladie ne progresse pas selon un front régulier mais apparaît à l'occasion de flambées ponctuelles.

Les occurrences de grippe aviaire sont mises à jour sur la page de  l'Organisation internationale des épizooties (OIE) .

Une liste en français de toutes les régions touchées par la grippe aviaire peut être obtenue auprès de l'  OFSP .

Des informations sont également disponibles, sous forme de cartes, sur le site internet de la  FAO

 

Où puis-je trouver des informations spécifiques concernant la grippe aviaire ?

Au niveau genevois, des informations sont disponibles sur les pages suivantes :

Grippe aviaire et santé humaine : pages du département de l'économie et de la santé
Grippe aviaire et faune sauvage : pages du domaine nature et paysage

Au niveau suisse, des informations détaillées sont accessibles sur les pages de l'  OFSP et de l'  OVF .

 

Puis-je consommer de la volaille comme auparavant ? Comment cuire les aliments ? Qu'en est-il des produits "bio" ?

Toutes les réponses figurent dans ce de l'Office vétérinaire fédéral.

 

Quelle est la zone où des mesures de prévention accrue doivent être appliquées à Genève ?

A Genève, la zone à risque correspond à un secteur d'une largeur d'un km à partir des rives du lac Léman. Pour plus de détails : carte interactive .

Quelles mesures doivent être appliquées dans la zone à risque

Les détenteurs sont tenus de respecter des mesures de prévention accrues :abreuvoir, point de nourrissage et plan d'eau à l'abri des oiseaux sauvage et séparation stricte entre oiseaux d'eau domestiques et autres volailles. Si ces dispositions ne peuvent être appliquées, l'éleveur a alors l'obligation de confiner sa volaille : les oiseaux doivent être détenus en permanence dans une volière équipée d'un toit étanche et d'un grillage à maillage étroit empêchant les contacts avec les oiseaux sauvages. Dans les exploitations qui détiennent des oiseaux d'eau ou moins de 100 volailles - où les symptômes d'une éventuelle épizootie pourraient passer inaperçus, et dans les exploitations qui ont demandé une dérogation au confinement - des échantillons seront prélevés dans le cadre de la surveillance vétérinaire officielle durant la période.

L'organisation d'expositions ou de marchés avicoles, ainsi que les mouvements de volailles sont également interdits dans la zone à risque.

 

Quelles précautions dois-je prendre pour éviter tout risque pour la santé des personnes en contact avec le poulailler ?

La grippe aviaire n'est pas présente en Suisse et elle n'y a jamais été décelée chez des oiseaux domestiques. Néanmoins, pour en savoir plus sur les mesures de prévention protégeant la santé humaine, des informations sont disponibles sur le site genevois du département de l'économie et de la santé ou le site de l'  OFSP .

 

Quelles sont les mesures adoptées en France voisine ?

Les dernières informations concernant les dispositions adoptées par la France pour lutter contre la grippe aviaire dans le domaine de l'aviculture sont présentées sur le site internet du  ministère de l'agriculture français

 

Quelles sont les mesures prévues en Suisse dans le domaine de l'aviculture pour lutter contre la grippe aviaire ?

Les mesures adoptées par la Confédération sont ciblées pendant la période hivernale sur les "zones à risque" : les secteurs situés directement à proximité des haltes d'oiseaux migrateurs. Dans les zones à risque, du 15 octobre 2007 au 30 avril 2008. Les élevages doivent appliquer des mesures de prévention accrues et les marchés ou expositions de volailles sont interdits.

Pour en savoir plus :  Office vétérinaire fédéral

 

Consommation

Dioxine

A-t-on pu mesurer des atteintes à la santé des riverains des Cheneviers?

L'étude du registre genevois des tumeurs s'est penché sur 14 cancers (ou groupes de cancers) et a analysé chacun d'entre eux à travers 5 indicateurs géographiques.  Une augmentation du risque a pu être exclue pour 11 de ces cancers - dont le cancer du sein.  Pour trois d'entre eux (ensemble de cancer et cancer du poumon chez l'homme et sarcome des tissus mous), les résultats sont moins catégoriques mais ne permettent pas de tirer la conclusion d'un lien avec la proximité des Cheneviers.

 

Comment la dioxine est-elle mesurée ?

La teneur en dioxine est exprimée à l'aide d'un indice international de toxicité, l'I-TEQ ("équivalent toxique"), qui résume en une seule valeur la contamination du milieu par un mélange de 17 molécules considérées comme les plus toxiques pour l'homme.

La dioxine mesurée au niveau de l'organisme, dans l'alimentation ou les sols est exprimée en picogrammes (pg, soit 1 millième de milliardième de gramme) I-TEQ par gramme. Dans les émissions, elle est exprimée en nanogrammes (ng, soit 1 milliardième de gramme) I-TEQ par mètre cube normé (Nm3) de fumée.

 

Comment peut-on être contaminé par la dioxine ?

Les animaux qui se nourrissent sur des sols où cette substance est présente peuvent absorber de la terre en pâturant et accumulent ainsi de la dioxine dans leurs graisses. L'homme est donc essentiellement exposé à ce polluant par le biais de son alimentation, principalement la viande, les produits laitiers et les œufs (ou les poissons).

 

D'où provient la dioxine ?

La dioxine provient essentiellement des processus industriels, et les incinérateurs de déchets constituent les plus grands émetteurs de dioxine dans l'environnement.
Cette dernière peut  également apparaître lors de phénomènes naturels comme des éruptions volcaniques ou feux de forêts.

 

Est-il possible de dépolluer les sols ?

Un simple labourage du sol permet de réduire de façon conséquente la concentration en dioxine de la couche superficielle, ce qui est recommandé pour les surfaces réservées au pâturage. Pour les poulaillers en plein air, il est aussi possible d'enlever les premiers centimètres de terre, de les mettre en décharge et de les remplacer par de la terre non polluée. En revanche, les concentrations en dioxine mesurées aux alentours des Cheneviers sont trop faibles pour qu'un processus de dépollution des sols soit justifié.

 

Existe-t-il un moyen de connaître son exposition individuelle à la dioxine ?

Il est possible de doser la dioxine stockée dans l'organisme. L'utilité de telles analyses est cependant restreinte car les concentrations provenant de l'exposition ambiante demeurent faibles et les connaissances scientifiques actuelles ne permettent pas d'interpréter les résultats obtenus.

 

Existe-t-il un risque de contamination de l'eau du robinet par la dioxine ?

La dioxine n'est que très peu soluble dans l'eau et se concentre dans les sols et sédiments. On en trouve donc que des quantités infimes dans les eaux de surface, qui seront en plus totalement éliminées lors des traitements de potabilisation.

 

Existe-t-il un risque pour les enfants allaités ou ayant été allaités dans la région ?

Malgré la contamination possible du lait maternel par la dioxine, les avantages avérés de l'allaitement (protection immunitaire et protection contre les allergies) dépassent les risques hypothétiques. Il est cependant conseillé aux mères qui allaitent de ne pas essayer de perdre du poids rapidement pendant la période d'allaitement.

 

L'usine des Cheneviers est-elle encore une source de pollution ?

L'usine reste une source significative de pollution à l'échelle du canton. Toutefois, ses émissions ont été tellement filtrées qu'il est difficile d'en distinguer les retombées par rapport à la pollution ambiante. En l'état actuel des connaissances, les émissions de l'usine ne présentent pas de danger particulier pour la santé de son voisinage.

 

Les enfants habitant à proximité des Cheneviers peuvent-ils jouer dehors (jardin, cour d'école) ?

Une contamination est théoriquement possible par ingestion de terre. Toutefois, vu les concentrations relevées autour des Cheneviers, il faudrait qu'un enfant mange très régulièrement (pendant des mois, voire des années) de grandes quantités de terre pour qu'un risque puisse survenir. En pratique, il n'y a donc pas de risque particulier à laisser les enfants jouer dehors.

 

Peut-on consommer les aliments d'origine animale produits à proximité de l'usine des Cheneviers ?

Les premières mesures effectuées en 2008 montrent que les denrées alimentaires d'origine animale respectent les exigences minimales de la législation en vigueur. Selon les connaissances scientifiques actuelles, une consommation normale de ces produits est sans danger particulier.

 

Peut-on consommer les fruits et légumes cultivés à proximité de l'usine des Cheneviers ?

Les fruits et légumes ne sont pas contaminés, car les plantes n'absorbent pas la dioxine et autres PCB contenus dans les sols. Pour éviter d'autres risques (pollution atmosphérique ou microbienne) il est toujours recommandé de laver les fruits et légumes avant leur consommation, quelle que soit leur provenance.

 

Peut-on consommer les poissons pêchés à proximité de l'usine des Cheneviers ?

La consommation des poissons pêchés dans le Rhône ne présente aucun risque particulier. Toutes les mesures effectuées en 2007 et 2008 sur plusieurs espèces de poissons respectaient les exigences légales. Ces valeurs n'étaient pas plus élevées aux alentours des Cheneviers qu'en d'autres points du canton.

 

Que devient la dioxine dans le corps humain ?

La dioxine s'accumule dans l'organisme, plus particulièrement dans les graisses. Hormis la dégradation naturelle (il faut 7 à 11 ans pour éliminer 50% d'une dose de dioxine), il n'existe pas de traitement médical permettant d'éliminer la dioxine.

 

Que peut-on faire pour réduire son exposition à la dioxine ?

La dioxine accumulée par le corps est éliminée très lentement par dégradation naturelle. Il n'existe pas de moyen médical pour accélérer l'élimination de ces substances.  Il est toutefois possible de limiter leur absorption. L'exposition à la dioxine se faisant essentiellement par le biais de l'alimentation chez l'homme, les risques peuvent être réduits en adoptant quelques règles simples:

  • - consommer une alimentation équilibrée, riche en fruits et légumes et pauvre en graisses animales;
  • - diversifier son alimentation et ses sources d'approvisionnement.

 

Que sont les dioxines ?

Les dioxines et les furanes sont un groupe de polluants de l'environnement formés lors de combustions, sous certaines conditions. 210 types de composés apparentés à la dioxine ont été identifiés et 17 sont considérés comme ayant une toxicité élevée. Ces substances sont communément appelées "dioxine"; c'est cette terminologie qui sera utilisée ci-dessous par souci de simplification.
Il existe également d'autres composés, les PCB, dont une partie d'entre eux (12 sur un total de 209) présentent des caractéristiques toxicologiques comparables à celles de la dioxine.

 

Quel est le niveau de contamination de l'environnement autour des Cheneviers ?

Des analyses indiquent que la dioxine est actuellement présente dans certains sols. Une soixantaine de prélèvements ont été effectués dans ce secteur. La majorité des échantillons sont conformes aux normes. Cependant 9 d'entre eux, prélevés à moins d'un kilomètre de l'usine, se situent au niveau des valeurs d'investigation. Les concentrations observées sont cependant très en-dessous des niveaux nécessitant un assainissement selon la loi.

 

Quelles quantités de dioxine ont été émises aux Cheneviers ?

Dioxine - Cheneviers

On constate que les quantités de dioxine émises durant la période Cheneviers I (entre 1966 et 1976) étaient significatives. Avec Cheneviers II, les émissions ont été réduites de moitié pour la même quantité de déchets incinérés, car l'usine a été équipée d'électrofiltres plus puissants. Des réductions importantes ont encore été atteintes dès 1991, avec la mise aux normes OPair (usine équipée de laveurs), avec un progrès supplémentaire en 2000 dû à l'adaptation aux normes OPair renforcées (électrofiltres plus performants et catalyseurs). Les émissions ont ainsi été abaissées à un niveau minimal. Depuis plusieurs années, la norme de 0,1 ng I-TEQ/Nm3 fixée dans l'OPair en 2007 est respectée. 

 

Quelles sont les normes qui doivent être respectées ?

  • Fumées
    La norme pour les fumées de l'ordonnance sur la protection de l'air (OPair) est de 0,1 ng I-TEQ/Nm3. Elle est entrée en vigueur en Suisse en 2007.
  • Sols
    Pour les sols, l'ordonnance sur la protection des sols (OSol) fixe trois niveaux différents : une valeur indicative (correspondant à un sol sain), un seuil d'investigation (au-delà duquel l'autorité doit vérifier si le sol pose un problème de santé publique) et une valeur d'assainissement au-delà de laquelle le sol doit être assaini de sorte à retrouver une concentration en dioxine inférieure à la valeur indicative. Pour la dioxine, ces valeurs sont les suivantes:
     
    Valeur indicative: 5 ng I-TEQ/kg de matière sèche
    Seuil d'investigation: 20 "
    Valeur d'assainissement:
    Places de jeux 100 "
    Jardins privés et familiaux 100 "
    Agriculture et horticulture 1000 "
  • Denrées alimentaires
    Pour les denrées alimentaires, l'ordonnance sur les substances étrangères et les composants (OSEC) définit les concentrations maximales pour les dioxines et les PCB de type dioxine. En fonction des denrées, les valeurs sont comprises entre 1 et 6 pg/g TEQ pour la somme dioxines et furanes et entre 1.5 et 12 pg/g TEQ pour la somme dioxines, furanes et PCB de type dioxine.

 

Quelles sont les sources d'exposition à la dioxine ?

Rejetée dans l'environnement sous forme de fumées, la dioxine tend à se déposer sur le sol et sur les plantes, d'où elle peut s'introduire dans la chaîne alimentaire.

 

Quels sont les effets de la dioxine sur la santé ?

Il convient de distinguer deux types d'exposition

  1. Les expositions en cas de catastrophes (par exemple lors de la catastrophe de Seveso en 1976).
    Ce type d'exposition, brève mais massive, peut entraîner des lésions de la peau (chloracné) et une altération de la fonction du foie. Les conséquences à long terme tendent à montrer une augmentation de certains types de cancers et des effets sur la procréation.
    Le canton de Genève n'est pas concerné par ce type d'exposition.
     
  2. L'exposition ambiante
    De longue durée et de faible intensité, elle est liée à la dioxine présente dans l'environnement. Chaque être humain est exposé à la dioxine et accumule une certaine concentration de ces produits dans son organisme (charge corporelle). Cette exposition inévitable n'a pas d'effet actuellement mesurable sur la santé mais continue de faire l'objet de recherches.

 

Coûts de la santé

La consommation médicale à Genève

Est-ce qu'on consomme davantage de médicaments que la moyenne suisse?

  • Oui. Les Genevois sont les champions suisses de la consommation de médicaments. En revanche, on ne peut pas savoir s'ils consomment davantage de médicaments ou s'ils consomment simplement des produits plus chers.
     
  • Les Genevois ne se fournissent pas chez leur médecin, comme c'est souvent le cas outre-Sarine. Ils consomment néanmoins pour 799 francs par personne et par année en médicaments (en 2005) contre 566 francs en moyenne suisse. Il faut relever que dans ce domaine, les prix sont fixés au niveau national et reflètent donc fidèlement les variations de consommation entre les cantons.

 

Pourquoi les primes sont-elles plus chères à Genève?

  • Elles sont plus chères car les coûts de la santé y sont supérieurs à la moyenne. Cela s'explique entre autres par la forte densité de médecins spécialistes, par des consultations médicales plus longues, par une forte consommation de médicaments, par le niveau de salaire et par la présence d'un hôpital universitaire.
     
  • L'OFSP a admis que les assureurs avaient également accumulé ces dernières années des réserves excessives pour les assurés genevois. Les primes ont ainsi été artificiellement hautes à Genève. Il faut rappeler que la LAMal érige en principe absolu la cantonalisation des primes. Il n'y a pas de solidarité entre canton à ce niveau. Les cantons où les coûts sont bas ne paient pas pour ceux où les coûts sont hauts. Et seul l'OFSP peut contrôler la manière dont les assureurs gèrent la cantonalisation des réserves.

 

Va-t-on plus souvent chez le médecin à Genève qu'ailleurs en Suisse?

  • Non. Le nombre global de consultations par habitant est à Genève inférieur à la moyenne nationale.
  • En revanche, les consultations durent plus longtemps en Suisse romande et spécialement à Genève. Le nombre d'examens est également plus important.
  • En outre, les Genevois vont beaucoup plus souvent directement chez un spécialiste.

 

Le contrôle des primes

Pourquoi les caisses font-elles des réserves?

  • Les caisses sont des organismes privés et sont gérées comme tels. Comme toutes les assurances, elles doivent constituer des réserves pour prévenir les risques d'insolvabilité en cas d'événement imprévu.
  • En revanche, étant donné que ces réserves sont constituées avec des prélèvements obligatoires, la loi leur fixe un montant maximal. Les réserves sont constituées en fonction de l'âge, du sexe et nombre d'assurés que détient une caisse (risque). Le montant de la réserve n'accompagne pas l'assuré au moment ou celui-ci change de caisse, ce qui oblige à des rattrapages et des dissolutions difficiles à contrôler.

 

Pourquoi les primes n'ont pas diminué autant que les coûts?

  • A Genève, les coûts de la santé ont baissé en 2006. Pourtant, les primes 2008 n'ont pas diminué en proportion équivalente. Les assureurs prévoient en effet que cette "embellie" ne sera que de courte durée et ont refusé de baisser davantage les primes.
  • Les assureurs ont également refusé de dissoudre leurs réserves excédentaires de façon à diminuer davantage la pression sur les primes.

 

Qui contrôle les assurances maladie?

  • L'Office fédéral de la santé publique reçoit des caisses d'assurance maladie les données pour les contrôler. Il les transmet également aux cantons mais c'est lui qui donne son aval aux primes proposées par les caisses.
  • L'OFSP vérifie l'adéquation de ces propositions aux résultats de la caisse. Les cantons sont consultés mais n'ont aucun moyen pour intervenir, notamment sur la fixation des primes, sur les niveaux des réserves et des provisions ou encore sur la nature des frais imputés à l'assurance sociale.

 

Qui surveille les factures?

  • Le patient. La Loi sur l'assurance maladie (LAMal) lui laisse une très large liberté/responsabilité. Il a la liberté de consulter sans filtre les spécialistes de son choix. Le corollaire est une prime "par tête" censée responsabiliser l'assuré. Lui seul peut vérifier que la facture correspond à la prestation fournie.
     

L'assureur peut contester la pertinence du traitement mais elle ne peut pas garantir le contrôle de toutes les factures reçues.

 

Les prestataires de soins à Genève

Les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) sont-ils plus chers que les autres hôpitaux?

  • Oui et non. Non car les HUG ont des tarifs facturés aux assurances inférieurs à d'autres hôpitaux comparables. Le canton subventionne une part plus grande de la facture hospitalière et les forfaits par prestations payés par les caisses aux HUG ne sont pas les plus élevés du pays.
  • Néanmoins, le système de facturation par DRG (points par diagnostic) démontre que les HUG ont des charges par point facturé supérieures à la moyenne des hôpitaux qui connaissent déjà ce système de facturation.
  • Genève paie par le budget des hôpitaux une série de prestations d'intérêt général relevant de la médecine communautaire. Les HUG ont également des frais en matière de formation et de recherche qui restent, en dépit des efforts, difficiles à comparer au niveau national. Enfin, la politique du personnel est à Genève plus généreuse qu'ailleurs en matière de temps de travail et de salaire pour certaines catégories d'employés. Il n'est à l'heure actuelle pas possible d'isoler complètement ces facteurs pour jauger l'efficacité économique réelle des HUG.

 

Qui a fait des efforts pour faire baisser les coûts?

  • Les médecins ont été amenés à faire des efforts. Ils ne peuvent plus s'installer librement. Ils ont dû passer à une structure tarifaire unique et la valeur du point a presque partout subi des pressions à la baisse.
  • Les laboratoires ont vu leurs prix baisser.
  • L'industrie pharmaceutique a consenti quelques baisses de tarifs, même si le prix des médicaments en Suisse -y compris pour les génériques- reste nettement plus élevé que dans les pays voisins.
  • Les assurés participent également de plus en plus à la facture de la santé directement de leur poche. En outre, certaines prestations ne sont plus remboursées.
  • De leur côté, les hôpitaux vont être amenés à comparer leurs prix et à collaborer les uns avec les autres, notamment en ce qui concerne la médecine de pointe. Ils ont déjà lancé des programmes d'économie.

 

Y a-t-il trop de médecins à Genève?

  • Globalement non. Les hôpitaux sont en manque chronique de médecins. En revanche, il y a à Genève une densité très élevée de médecins spécialistes et sans doute pas assez de médecins dits "de premier recours".
  • Depuis l'introduction de la "clause du besoin" qui limite l'installation de nouveaux praticiens en cabinet privé, Genève a développé un système unique en Suisse de planification de la médecine de ville. Une commission quadripartite (canton, hôpital, médecins, médecins en formation à l'hôpital) délivre les droits de prodiguer des soins remboursés par les caisses.
  • Quant à l'influence du nombre de médecins sur l'évolution des coûts, elle reste controversée. Une étude de l'Observatoire suisse de la santé tend à démontrer que l'axiome selon lequel un nombre élevé de médecins entraîne des coûts accrus ne se démontre pas. En revanche, un taux élevé de spécialistes entraîne bel et bien une hausse des coûts. A Genève, l'introduction de la clause du besoin a certainement contribué à limiter l'augmentation des coûts de la médecine ambulatoire à charge de l'assurance.
  • Le nombre de médecins n'est pas en soit un facteur décisif mais l'activité globale qu'ils déploient en est un (nombre d'examens, prescriptions, durée et fréquence des consultations etc.)

 

Prix

Le Tarmed, c'est quoi?

  • Le Tarmed est la structure tarifaire unique pour toute la Suisse pour la médecine ambulatoire (sans hospitalisation). Tous les actes des médecins sont "cotés" de la même manière et associés à un nombre de point.
  • La valeur du point varie d'un canton à l'autre et fait l'objet d'une négociation annuelle.

 

Qui fixe les prix des prestations?

  • La LAMal instaure le principe de l'autonomie tarifaire. Autrement dit, la loi vise à laisser les partenaires s'entendre sur les tarifs pris en charge par les caisses.
  • Les prix remboursés font l'objet de négociations annuelles dans chaque canton entre les assureurs et les prestataires de soin. Les cantons peuvent intervenir si aucun accord n'est trouvé. Il fixe alors un tarif cadre.

 

Droits de pratique

Obtention d'un droit de pratique

Comment insérer une adresse dans le formulaire de demande en ligne?

Insérer le mot clef du nom de la rue où vous habitez, sans le numéro :

Exemple :

Chemin du Champ-d'Anier 2, insérer : Anier

Cliquer sur la loupe à droite qui vous proposera tous les numéros correspondants à cette adresse (valable uniquement pour les adresses en Suisse), puis valider. En sélectionnant le numéro correspondant, les champs "code postal" et "ville" seront validés automatiquement.

Pour les adresses hors de Suisse, remplir les coordonnées complètes (rue, numéro et code postal)

Exemple:

Rue de Paris 2
01170 Gex

 

Comment obtenir un numéro RCC?

Le numéro RCC s'obtient auprès de :

SASIS AG
Römestrasse 20
4502 Soleure
Tél: +41 32 625 42 00

 

Les autorisations de pratiquer délivrées par un autre canton sont-elles valables à Genève?

Malheureusement, non. Toutefois, les détenteurs d'une telle autorisation bénéficient d'une procédure simplifiée et gratuite pour l'obtention d'une autorisation de pratiquer sur Genève pour la même activité. Pour cela, il faut s'assurer que l'autorisation ne comporte aucune limite liée à la durée et/ou à l'employeur.

 

Moratoire (clause du besoin)

Le canton de Genève applique l’article 55a de la loi fédérale sur l’assurance-maladie (LAMal ; RS 832.10) et l’ordonnance fédérale exécutoire sur la limitation de l’admission des fournisseurs de prestations à pratiquer à charge de l’assurance-maladie obligatoire (OLAF RS 832.103), soit la limitation de l’admission des fournisseurs de prestations à pratiquer à charge de l’assurance-maladie.

Concrètement, cette norme conduit à un contrôle du nombre d’autorisations délivrées dans le canton, seuls les médecins ayant exercé au moins trois ans dans un établissement suisse de formation reconnu n’étant pas soumis à cette clause (article 55a al.2 LAMal).

Les personnes titulaires de diplôme et postgrade obtenus à l'étranger ne sont donc pas autorisées à facturer à la charge de l'assurance obligatoire des soins.

Entré en vigueur le 5 juillet 2013 et limité une première fois à trois ans, le moratoire a été prolongé, le 1er juillet 2016, jusqu'au 30 juin 2019.

La limitation s'applique tant aux personnes travaillant dans les cabinets médicaux que dans les institutions de santé délivrant des prestations ambulatoires, dont les hôpitaux. Celle-ci concerne tous les titres de spécialité des médecins.

 

Numéro GLN (Global Location Number – ancien n° EAN)

Conformément à la convention tarifaire TARMED, chaque facture doit être munie, entre autres, du numéro GLN du fournisseur de prestations. Il convient de demander votre numéro GLN à l’Office fédéral de la santé.

 

Ostéopathes titulaires d'un diplôme obtenu à l'étranger

Les ostéopathes titulaires d'un diplôme obtenu à l'étranger doivent à l'heure actuelle prendre contact avec la CDS Conférence suisse des directrices et directeurs cantonaux de la santé pour connaître les modalités.

Conférence suisse des directrices et directeurs cantonaux de la santé (CDS)

Maison des cantons
Speichergasse 6
Case postale
CH-3001 Berne

Tél. +41 31 356 20 20
Fax +41 31 356 20 30

E-Mail: office@gdk-cds.ch

 

Qu'est-ce qu'un document "certifié conforme" et comment l'obtenir?

Par "copie certifiée conforme", on entend une copie munie du tampon et de la    signature originale apposés sur celle-ci, dans le pays d'origine auprès des instances compétentes reconnues (université de délivrance, ambassades, consulats) ou en Suisse auprès d'une instance reconnue par le droit cantonal (p. ex. commune, mairie, notariat, etc.).

 

Qu'est-ce qu'un numéro IDE et comment l'obtenir?

Le numéro d'identification des entreprises (IDE) permet d'identifier les personnes exerçant une profession médicale à titre dépendant et les entreprises. Attribué par l'Office fédéral de la statistique, il figure dans Medreg.

Il convient de communiquer au groupe des droits de pratique soit par courrier soit par e-mail l’adresse de votre cabinet.

 

Quel extrait de casier judiciaire suisse fournir ?

Il convient de fournir l'extrait du casier judiciaire destiné à des particuliers (et non de l'extrait spécial du casier judiciaire).

 

Quelles pièces dois-je joindre à ma demande ?

Cette page récapitule la liste des documents à fournir pour tous les types de demande adressées au Groupe des droits de pratique.

Documents à fournir selon votre type de demande

  1. Autorisation de pratiquer une profession de la santé
  2. Demande d'inscription dans le registre des pratiques complémentaires
  3. Demande d'inscription dans le registre des techniciens-dentistes

1. Documents à fournir lors d'une demande d'une autorisation de pratiquer une profession médicale

Pour toute demande de droit de pratique pour profession médicale, les documents suivants doivent être joints à votre demande:

  • Formulaire de demande
    • original
    • à remplir
    • à signer et dater
      • n'oubliez pas d'indiquer une adresse e-mail qui servira à l'envoi de votre autorisation de pratiquer
  • Certificat médical, dûment établi par votre médecin traitant, attestant que vous ne souffrez pas d'affections physiques ou psychiques incompatibles avec l'exercice de votre profession
    • original datant de moins de 3 mois avec timbre et signature du médecin concerné
    • rédigé dans l'une de nos langues nationales (français, allemand, italien) ou en anglais
      • Toute pièce publiée dans une autre langue devra faire l'objet d'une traduction officielle originale certifiée conforme.
  • Diplôme/titre de base suisse ou reconnaissance du diplôme auprès d'un organisme reconnu
    • copie certifiée conforme
      • on entend une copie munie du tampon et de la signature originale apposés sur celle-ci, dans le pays d'origine auprès des instances compétences reconnues (université de délivrance, ambassades, consulats) ou en Suisse auprès d'une instance reconnue par le droit cantonal (par exemple : commune, mairie, notaire, etc.)
    • ou original
      • l'original peut être présenté à notre guichet le matin, de 8h30 à 11h45
  • Diplôme étranger
    • copie
    • traduction officielle
      • copie
      • si ce diplôme est dans une autre langue que nos langues nationales (français, allemand, italien) ou en anglais
  • Extrait du casier judiciaire
    • original datant de moins de 3 mois
    • un casier judiciaire par pays de résidence concernant les 5 dernières années
  • Curriculum vitae à jour
    • copie

De plus d'autres documents sont à fournir dans les cas suivants :

Profession / Cas

Documents à fournir

  • Médecin
  • Médecin-dentiste

(exerçant actuellement à l'étranger lors de leur demande)

 

  • Certificat de bonne conduite (aussi appelé certificat de "good standing")
    • Original datant de mois de 3 mois
    • A demander auprès du Conseil de l'Ordre National du pays d'exercice
    • Ce certificat doit nous être envoyé directement à notre adresse.
  • Médecin
  • Médecin-dentiste
  • Vétérinaire

(titre obtenu à l'étranger hors UE)

(Le dossier sera soumis à une commission cantonale pour évaluer la formation et la compétence professionnelle.)

 

  • Diplôme / titre étranger
    • Copie certifiée conforme
      • On entend une copie munie du tampon et de la signature originale apposés sur celle-ci, dans le pays d'origine auprès des instances compétences reconnues (université de délivrance, ambassades, consulats) ou en Suisse auprès d'une instance reconnue par le droit cantonal (par exemple : commune, mairie, notaire, etc.)
    • ou original
      • l'original peut être présenté à notre guichet le matin, de 8h30 à 11h45
    • traduction officielle
      • originale
      • Si ce diplôme est dans une autre langue que nos langues nationales (français, allemand, italien) ou en anglais.
  • Médecin
  • Chiropraticien
  • Psychologue

(si demande avec une spécialisation)

  • Postgrade-s / spécialité-s suisse ou reconnaissance-s postgrade-s étranger-s
    • copies
  • Psychologue
    • sans titre de spécialistation de la Fédération Suisse des Psychologues (FPS)

(Le dossier sera soumis à une commission cantonale chargée d'évaluer la formation et la compétence professionnelle.)

 

  • Tableau-x cursus de formation et expérience professionnelle
  • Justificatifs cursus formation et expérience professionnelle
    • copies
    • Les justificatifs doivent être signés par des formateurs dûment autorisés.
  • Ambulancier
  • Permis de conduire professionnel de transport de personnes
    • copie
  • Assistant-médecin
  • Assistant en médecine dentaire
  • Assistant-vétérinaire
  • Attestation du niveau de langue française correspondant au minimum au niveau B2 du Cadre européen commun de référence pour les langues (CECR)

    • copie
  • Ergothérapeute
  • Hygiéniste dentaire
  • Physiothérapeute

(si vous exercez votre profession depuis au moins 2 ans)

  • Attestations justifiant 2 ans de pratique à temps plein ou équivalent à temps partiel
    • copies
  • Chiropraticien sans reconnaissance suisse (MEBEKO)
  • Ostéopathe sans reconnaissance suisse CDIP

(titre obtenu à l'étranger (UE))

 

  • Diplôme / titre étranger
    • copie certifiée conforme
      • On entend une copie munie du tampon et de la signature originale apposés sur celle-ci, dans le pays d'origine auprès des instances compétences reconnues (université de délivrance, ambassades, consulats) ou en Suisse auprès d'une instance reconnue par le droit cantonal (par exemple : commune, mairie, notaire, etc.)
    • ou original
      • l'original peut être présenté à notre guichet le matin, de 8h30 à 11h45
  • Tout professionnel de la santé

(ayant exercé dans un autre canton)

  • Certificat cantonal de bonne conduite (aussi appelé certificat de "good standing")
    • original
    • Récent
    • A demander auprès du service du médecin cantonal de ce canton

2. Documents à fournir lors d'une demande d'une inscription dans le registre des pratiques complémentaires

  • Formulaire de demande
    • original
    • à remplir
    • à signer et dater
      • n'oubliez pas d'indiquer une adresse e-mail qui servira à l'envoi de votre attestation d'inscription dans le registre des pratiques complémentaires
  • Certificat médical, dûment établi par votre médecin traitant, attestant que vous ne souffrez pas d'affections physiques ou psychiques incompatibles avec l'exercice de votre profession
    • original datant de moins de 3 mois avec timbre et signature du médecin concerné
    • il doit être rédigé dans l'une de nos langues nationales (français, allemand, italien) ou en anglais
      • Toute pièce publiée dans une autre langue devra faire l'objet d'une traduction officielle originale certifiée conforme.
  • Extrait du casier judiciaire
    • original datant de moins de 3 mois
    • un casier judiciaire par pays de résidence concernant les 5 dernières années
  • Curriculum vitae à jour
    • copie

3. Documents à fournir lors d'une demande d'une inscription dans le registre des techniciens-dentistes

  • Formulaire de demande
    • original
    • à remplir
    • à signer et dater
      • n'oubliez pas d'indiquer votre ou une adresse électronique qui servira à l'envoi de votre attestation d'inscription dans le registre des techniciens-dentistes
  • CFC ou reconnaissance du titre étranger
    • original
      • il peut également être envoyé par la poste ou présenté à notre guichet le matin, entre 8h30 et 11h45
    • ou copie certifiée conforme
      • on entend une copie munie du tampon et de la signature originale apposés sur celle-ci, dans le pays d'origine auprès des instances compétences reconnues (université de délivrance, ambassade, consulats) ou en Suisse auprès d'une instance reconnue par le droit cantonal (par exemple : commune, mairie, notaire, etc.)

 

Un droit de pratique du canton de Genève a-t-il une date d'échéance?

Le droit de pratique est valable jusqu'au septantième anniversaire du professionnel de santé concerné.

Celui qui entend exercer son activité au-delà de 70 ans doit en faire la demande à la direction générale de la santé en présentant un certificat médical. Le droit de pratiquer peut être prolongé pour 3 ans, puis tous les 2 ans.

 

Y a-t-il une liste de médecins généralistes proposée afin de faire dresser le certificat médical de bonne santé?

Non, il n'y pas de liste.

Seul un certificat médical établi par un médecin généraliste attestant que vous ne souffrez pas d'affections physiques ou psychiques incompatibles avec l'exercice de votre profession (document original, datant de moins de 3 mois) vous est demandé.

 

 

Patients

Comment savoir si un médecin est autorisé à pratiquer

Vous pouvez consulter les registres de professionnels de la santé, ou vous pouvez faire votre demande par téléphone (lien contact)  ou courriel auprès du groupe des droits de pratique.

 

Que faire si un assureur-maladie refuse le remboursement d'une facture ?

Vous pouvez prendre contact avec le Service de l’assurance-maladie ou une association de défense des patients.

 

 

Professionnels de la santé

En cas de perte, comment obtenir une copie de son autorisation de pratiquer?

En fonction de la date d'émission de l'autorisation, un duplicata pourrait vous être remis par l'unité des droits de pratiquer, la Chancellerie d'Etat ou les Archives de l'Etat.
Dès lors, afin de vous simplifier les choses et d'éviter d'avoir à vous adresser à trois services, nous vous recommandons de commander directement un extrait de registre (CHF 30.-) qui vous sera remis dans un délai rapide par l'unité des droits de pratiquer.
Cet extrait peut être commandé uniquement par internet.

 

Est-il exact qu'en raison de la clause du besoin, les droits de pratique (des médecins), antérieurs à 2002, vont être retirés à leur détenteur ?

Le 4 juillet 2005, la nouvelle ordonnance sur la limitation de l'admission des fournisseurs de prestations à pratiquer à la charge de l'assurance-maladie obligatoire est entrée en vigueur. Cette ordonnance prolonge non seulement de trois ans la clause du besoin, mais elle précise encore que les médecins qui ne font pas usage de leur admission à pratiquer dans un délai de 6 mois, 12 mois pour le canton de Genève, perdent leur droit d’admission. Selon les directives cantonales (Pdf | 21 Ko), des dérogations sont possibles sur demande dûment motivée et adressée à la Direction générale de la santé.
En conséquence, l’unité des droits de pratique déclarera caducs les droits de pratique dont il n’aura pas été fait usage d’ici au 4 juillet 2006. Pour toute demande de dérogation, il est nécessaire de contacter l'unité des droits de pratique afin de soumettre un dossier à la commission quadripartite.
Toutefois, une autorisation de pratiquer en qualité de médecin à titre indépendant, non à charge de l’assurance-maladie pourra être délivrée.

 

Les autorisations de pratiquer délivrées par un autre canton sont-elles valables à Genève ?

Malheureusement, non. Toutefois, les détenteurs d'une telle autorisation bénéficient d’une procédure simplifiée et gratuite pour l’obtention d’une autorisation de pratiquer sur Genève pour la même activité. Pour cela, il faut s'assurer que l'autorisation ne comporte aucune limite liée à la durée et/ou à l’employeur. Pour les médecins, dans le cadre de la gestion de la clause du besoin, toute demande d’autorisation prendra toutefois place dans la liste d’attente de la spécialité à laquelle elle se rattache.

 

Qu’est-ce que la clause du besoin ? Quelle profession est touchée ?

La clause du besoin est le terme utilisé en relation avec l’ordonnance sur la limitation de l’admission des fournisseurs de prestations à pratiquer à charge de l’assurance-maladie obligatoire. Seuls les médecins sont concernés pour l’instant.
La clause du besoin a pour but d’éviter l’accroissement des coûts de la santé par l’augmentation des prestataires de soins. Cette limitation conduit à un contrôle chiffré du nombre d’autorisations délivrables pour chaque canton. S’il n’est pas prouvé que dans une spécialité, il y a pénurie, on considère qu’il n’y a pas un besoin supplémentaire de médecins dans la spécialité donnée.

 

Pandémie de grippe

Comment se transmet le virus de la grippe pandémique (H1N1) ?

A l'heure actuelle, les experts pensent que ce virus se transmet de la même manière que celui de la grippe saisonnière.
Les virus de la grippe se transmettent de personne à personne via les postillons et les gouttelettes produites par des personnes malades qui toussent ou éternuent. La transmission indirecte par les objets (ustensiles de cuisine par exemple) ou les surfaces environnementales (poignée de porte par exemple) est également possible.

Que peut-on faire pour se protéger de ce virus de la grippe pandémique (H1N1)
Certains gestes simples permettent de limiter la propagation des virus de la grippe :

  • Se couvrir la bouche et le nez avec un mouchoir jetable lors de toux et éternuements;
  • Se laver fréquemment les mains avec de l'eau et du savon;
  • Éviter de se toucher les yeux et le nez. (C'est ainsi que les virus se propagent).
  • Éviter les contacts étroits/rapprochés avec les personnes malades.
  • Rester chez soi en cas de maladie.
  • Se tenir informé et respecter les recommandations des autorités sanitaires.

 

Parmi les objets / surfaces environnementales, quels sont les principales sources de contamination ?

Les postillons et les gouttelettes émises par une personne malade qui tousse ou éternue se déposent à la surface d'objets usuels (poignées de portes, etc.). Les germes peuvent se propager lorsqu'une personne touche un objet / une surface contaminée et qu'elle se touche ensuite les yeux, le nez ou la bouche.

 

Pendant combien de temps les virus de la grippe restent-ils en vie sur des objets ?

Les études réalisées démontrent que les virus de la grippe peuvent survivre sur des surfaces environnementales (poignée de porte, table de nuit, etc.) pendant quelques heures. D'où la précaution de se laver régulièrement les mains ou de se les désinfecter avec une solution hydro-alcoolique

 

Que faire si je suis enceinte et constate des symptômes grippaux ?

Chez les femmes enceintes, la grippe pandémique (H1N1) 2009 risque d’entraîner des complications. C'est pourquoi, une femme enceinte présentant des symptômes grippaux ou ayant eu un contact avec le virus, devrait sans attendre contacter un médecin. Elle lui précisera les symptômes ressentis et l’informera de sa grossesse. Le médecin déterminera ensuite la procédure à suivre. Elle ne devrait pas se rendre au cabinet médical ou au service des urgences d’un hôpital sans avoir prévenu de sa venue , car elle risque d’infecter d’autres personnes dans la salle d’attente.

 

Que faire si vous tombez malade ?

Si vous avez contracté le virus ou que vous avez été en contact avec une personne malade, ou si vous développez des symptômes de la grippe (fièvre, frissons, toux, maux de gorge, rhume, douleurs musculaires, maux de tête, et fatigue, voire nausées, vomissements et diarrhées), respectez les instructions suivantes :

  • Restez à la maison si vous souffrez de plusieurs des symptômes de la grippe. Vous évitez ainsi la propagation de la maladie. Attendez au moins un jour après la disparition des symptômes avant de retourner à vos occupations habituelles.
  • Contactez votre médecin traitant. Si celui-ci est absent ou si vous n'avez pas de médecin traitant, consultez un médecin proche de votre domicile. Vous trouverez sur le site  www.amge.ch un répertoire des médecins par localité. Ne vous rendez pas immédiatement au service des urgences de l'hôpital.
  • Ne prenez pas, de votre propre initiative, de médicaments antiviraux comme le Tamiflu®.
  • Portez un masque d’hygiène à la maison si vous vivez avec d’autres personnes. Vous éviterez ainsi d’infecter les membres de votre entourage. Les personnes bien portantes soignant un malade à domicile doivent également porter un masque.

 

Quels sont les signes et symptômes de la grippe pandémique (H1N1) chez les personnes infectées ?

Les symptômes de la grippe pandémique (H1N1) sont similaires à ceux de la grippe saisonnière, à savoir :

  • - Fièvre, frissons, toux, maux de gorge, rhume, douleurs musculaires, maux de tête et fatigue.
  • - Certains malades souffrent également de nausées, vomissements et diarrhées.