5. FAQ et témoignages

QUESTIONS FREQUENTES

Confidentialité

"Suis-je obligé-e d'informer mon/ma responsable ou les ressources humaines de ma démarche au Groupe de confiance ?"
Non. La confidentialité de la démarche est assurée par le règlement relatif à la protection de la personnalité à l'Etat de Genève (RPPers). Vous seul-e pouvez décider, ou non, d'informer quiconque que vous avez pris contact avec le GDC.
"Je veux venir au Groupe de confiance mais sans que ma hiérarchie ni mes collègues le sachent. Comment puis-je faire? Comment justifier de mon absence dans mon service?"
Lorsque vous souhaitez consulter confidentiellement le GDC, vous avez la possibilité de motiver votre absence en invoquant une visite médicale; toutefois, selon l'usage inhérent à votre service, il se peut que votre hiérarchie vous demande un justificatif. Vous avez également la possibilité d'utiliser la récupération d'heures supplémentaires. Si aucune de ces deux solutions ne vous convient, les conseiller-ère-s du GDC sont disposés à vous rencontrer durant les heures de bureau, mais aussi à la pause de midi ou en fin de journée à la sortie du travail si nécessaire.
"Je souhaite venir parler de la situation difficile que je vis au travail, mais tiens à ce que ma démarche reste absolument confidentielle et ne veux pas porter plainte. Est-ce que le Groupe de confiance pourra m'être utile tout de même ?"
Oui. Lorsqu'on rencontre des difficultés sur son lieu de travail, il peut être soulageant et utile de pouvoir en parler à un tiers neutre, en toute confidentialité. Le GDC n'est pas là pour trouver des solutions à votre place, mais pour vous permettre de prendre du recul face à la situation que vous vivez, vous offrant ainsi la possibilité d'entrevoir une éclaircie dans un horizon qui semble parfois bouché et de clarifier vos choix et objectifs.

 

"J'ai des doutes quant à la garantie de la confidentialité que le Groupe de confiance prétend offrir. A l'Etat, tout ne se sait-il pas, tout se communique-t-il pas ?"

Demander de l'aide ou un conseil n'est pas une démarche facile. Il est compréhensible de développer de la méfiance lorsqu'on a l'impression que son lieu de travail ne garantit pas suffisamment la protection de sa personnalité. Néanmoins, le GDC assure une confidentialité totale: il ne transmet rien à des tiers sans l'accord de la personne concernée (ni sur le contenu des entretiens ni sur la prise de contact avec le GDC). Cela n'exclut pas que des contacts soient pris avec des tiers, mais cela se fait toujours dans une optique constructive et surtout avec l'accord de la personne qui fait appel au GDC. Le GDC prend toutes les mesures utiles pour garantir la confidentialité: ses bureaux permettent un accueil en toute discrétion, il a un accès exclusif aux dossiers de ses usagers (notes, pièces transmises), son numéro de téléphone est masqué et n'apparaît donc pas lorsqu'un-e conseiller-ère cherche à contacter quelqu'un dans un service, son espace informatique est sécurisé.

Rôle et posture du Groupe de confiance

"Je me demande si le Groupe de confiance est vraiment impartial. En tant que service d'Etat, peut-il ne pas aller dans le sens des hiérarchies ?"
Bien qu'interne à l'Etat, le GDC garantit une impartialité du fait qu'il n'est rattaché à aucun département. Il dépend directement de la présidence du Conseil d'Etat et est rattaché à la chancellerie d'Etat pour les questions administratives. Par ailleurs, dans son code de déontologie, le GDC souligne l'engagement du conseiller ou de la conseillère à ne pas prendre parti ni privilégier l'une ou l'autre des parties. Il ou elle fait abstraction de toute opinion subjective, de ses goûts, de ses relations avec des tiers. Si elle/il ne se sent pas en mesure de garantir cette impartialité en raison de considérations morales ou de circonstances personnelles, la conseillère ou le conseiller oriente les personnes vers un-e autre collègue.

 

"Mon collègue/collaborateur avec qui j'ai de gros problèmes a fait appel au Groupe de confiance qui m'a contacté pour me rencontrer en entretien individuel. Le fait que le Groupe de confiance soit entré en matière sur la demande de cette personne veut-il dire que le Groupe de confiance considère que cette personne fait l'objet d'une atteinte à la personnalité ou d'un harcèlement ?"
Non, le GDC entre en matière lorsque la personne qui le contacte évoque d'importantes difficultés relationnelles au travail. En aucun cas, le GDC ne peut qualifier la situation comme relevant ou non une atteinte à la personnalité à l'issue d'un entretien individuel avec une personne sans avoir entendu l'ensemble des personnes concernées par la situation. Ce n'est qu'au terme d'une éventuelle investigation menée sur plainte formelle d'une personne que le GDC se positionne sur la question. Si le GDC vous a contacté, c'est pour entendre votre point de vue et voir avec vous aussi comment trouver une issue constructive à la situation.

 

"Je ne supporte plus la situation sur mon lieu de travail avec mes collègues ou mon chef et veux juste qu'on me place ailleurs. Le Groupe de confiance pourra-t-il décider de ce changement d'affectation ?
Non. Le GDC n'a aucun pouvoir décisionnel pour prendre des mesures organisationnelles au sein des services. Il peut toutefois quand même vous être utile de venir exposer votre situation au GDC afin de voir ensemble si la situation ne peut pas encore s'améliorer par une médiation par exemple. Il peut parfois arriver qu'avec l'accord de la personne, le GDC relaie sa préoccupation à l'interne auprès de la hiérarchie ou des ressources humaines concernées.

 

"Si j'ai des questions administratives ou juridiques précises, le Groupe de confiance pourra-t-il m'aider à y répondre (Par exemple, étant absent pour cause de maladie depuis 3 semaines, mon supérieur hiérarchique m'a demandé mon mot de passe, dois-je le lui donner ?)"

Le GDC n'a pas un rôle de conseiller juridique; il peut toutefois arriver que dans le cadre d'un entretien individuel, il soit amené à donner des informations relatives par exemple aux directives MIOPE. En pratique, il n'est pas rare que ces questions s'inscrivent dans un climat de travail tendu; l'entretien individuel au GDC peut permettre de discuter de ces tensions et trouver des pistes de comment aborder cela avec votre supérieur ou un autre interlocuteur utile.

Pratique

"Puis-je venir au Groupe de confiance durant mes heures de travail ?"
Oui, l'Etat de Genève permet à tout collaborateur de venir au GDC durant ses heures de travail.

 

" Je suis apprentie à l'Etat, est-ce que je peux faire appel au Groupe de confiance ?"
Oui, le GDC est ouvert à l'ensemble du personnel engagé au sein de la fonction publique, ou des institutions publiques ayant adhéré au dispositif du GDC. Les stagiaires, apprentis, les personnes au bénéfice de mesures temporaires et les auxiliaires y ont également accès. Le GDC est ouvert à toutes et tous, indépendamment de la fonction et du niveau hiérarchique.

 

"J'ai bientôt un entretien avec ma hiérarchie et je redoute d'y aller seul-e. Est-ce qu'une personne du Groupe de confiance peut m'accompagner ?"
Non. Le GDC est impartial et ne prend parti ni pour les personnes qui y font appel, ni pour celles mises en cause; il n'est pas chargé de vous défendre. Il n'a donc pas sa place dans l'accompagnement d'un collaborateur à un entretien en interne. Si vous ne vous sentez pas à l'aise, vous pouvez, selon le type d'entretien, vous faire accompagner par un membre d'une commission du personnel, un représentant syndical, un collègue, voire un proche. Le GDC peut en revanche vous être utile si vous estimez vivre un contexte d'importantes difficultés relationnelles au travail et souhaitez réfléchir aux moyens d'améliorer la situation.

 

"La situation que je vivais au travail n'était plus tenable. Je suis aujourd'hui en arrêt de travail. Puis-je tout de même venir au Groupe de confiance ?"
Oui. Même en arrêt de travail, vous restez employé-e. Vous bénéficiez donc toujours de l'accès au GDC.

 

"Quel est le coût d'une consultation au Groupe de confiance ?"
Les prestations du GDC sont gratuites.

 

"Je suis cadre et j'éprouve des difficultés dans la gestion des conflits, puis-je bénéficier d'un coaching avec un-e conseiller-ère du Groupe de confiance ?
Non, pour le moment le GDC ne fournit pas cette prestation de coaching à proprement parler et n'assure pas d'accompagnement à long terme. Nous pouvons par contre aborder ces difficultés dans le cadre d'entretiens individuels et réfléchir ensemble afin d'identifier les points qui vous posent problème et les moyens d'y remédier.

 

"Je suis enseignant et je suis en conflit avec trois de mes élèves, puis-je faire appel au Groupe de confiance ? Je travaille au guichet et je suis systématiquement agressé par les usagers-ères, puis-je faire appel au Groupe de confiance ?

Non, le GDC intervient uniquement pour les problématiques relationnelles entre les membres du personnel. Pour les problématiques qui concernent les élèves, ainsi que les usagers-usagères externes d'un service de l'Etat, il faut faire appel à d'autres instances (pour le DIP "Le Point" p.ex., pour les autres départements et entités voir directement avec les RH).

Problématiques traitées

"Je suis discriminé par mes collègues, je ne suis jamais invité aux soirées d'équipe, aux anniversaires des collègues. Je suis sûr que c'est parce que je suis gay/de couleur/musulman. Que puis-je faire ?"

"J'ai appris par une personne d'un service voisin que j'avais la réputation de prendre des arrêts maladie de complaisance, alors que j'ai réellement un problème de santé. Je ne sais pas à qui en parler."

"Un collègue m'a traité "d'analphabète" devant un administré dont je m'occupais. Je n'ai pas su quoi répondre, et je ne sais pas comment réagir."

Les discriminations, la propagation de rumeurs, les propos dénigrants peuvent constituer des atteintes à la personnalité. Il existe de nombreuses manières d'agir : en discuter directement avec la personne concernée, mettre sur pied une médiation, impliquer la hiérarchie et/ou les ressources humaines, voire demander l'ouverture d'une investigation.
Lors d'un entretien au GDC, nous pouvons aborder ce que vous vivez et réfléchir ensemble aux diverses options possibles afin que vous puissiez déterminer celles qui s'adaptent le mieux à votre situation et à vos besoins.

Harcèlement sexuel

"Mon responsable/collègue a parfois des comportements déplacés envers moi (me prend par la taille, fait des blagues sexistes devant tout le monde). Je me sens très mal à l'aise en sa présence. Que puis-je faire ?"

Les comportements que vous décrivez s'apparentent à du harcèlement sexuel. Si vous estimez impossible ou trop difficile d'en parler à la personne concernée, à un supérieur hiérarchique ou à un responsable des ressources humaines, le GDC peut vous aider à identifier et mettre en place la meilleure stratégie pour que cessent ces comportements. A savoir que le harcèlement sexuel est interdit par la loi.

Mes collègues n’arrêtent pas de faire des blagues grivoises (au contenu « en dessous de la ceinture ») et en rigolent tous beaucoup. Cela me met mal à l’aise mais je ne veux pas être rabat-joie donc je fais semblant que cela m’amuse aussi. Cette ambiance est-elle normale ?

Cette situation correspond à la définition d’une forme de harcèlement sexuel dit « climat de travail hostile » compte tenu du fait que les remarques et plaisanteries à caractère sexuel ou sexistes impactent pour vous l’ambiance de travail. Elles contribuent en effet à rendre l’environnement de travail hostile et le climat de travail empoisonné par des actes répétitifs non désirés fondés sur l’appartenance sexuelle. Dans une telle situation, il est fréquent de ne pas oser manifester son désaccord. Vous pouvez toutefois faire appel au GDC pour discuter des différentes interventions envisageables, qui ne seront mises sur pied qu'avec votre accord.

Un collègue me draguait depuis un moment, et je lui ai dit que cela ne m'intéressait pas. Depuis, il me parle sèchement et j'entends des rumeurs désagréables à mon égard de la part de collègues. J'ai l'impression que cela vient de lui. Que dois-je faire ?

Vous êtes libre de gérer votre vie sentimentale comme bon vous semble. Du moment que vous ne souhaitez pas de relation amoureuse avec ce collègue, il doit le respecter. Il arrive que ce refus se transforme en pressions psychologiques, directes (ton sec) ou indirectes (faire circuler des rumeurs). Cela n'est pas acceptable et il est important de solliciter votre hiérarchie pour qu'elle intervienne auprès du collègue concerné. Vous pouvez également faire appel au GDC.

Harcèlement psychologique

"Mon/ma collègue est souvent en désaccord avec moi, j'ai l'impression qu'il ne respecte pas mon travail. Est-ce du harcèlement psychologique ?"

Le simple fait d'être en désaccord ne constitue à lui seul pas un élément suffisant pour en conclure à l'existence d'un harcèlement. Les conflits font partie du monde du travail, et ils ne sont pas nécessairement problématiques. Un conflit ne se résout cependant pas tout seul avec le temps. Un conflit non géré finit souvent par s’aggraver et peut, à terme, déboucher sur des comportements abusifs, voire harcelants. Mieux vaut tenter de gérer ce conflit avant qu’il ne soit trop tard. Dans la plupart des cas, les conflits sont résolus par la hiérarchie ou les personnes en charge des ressources humaines. Dans certaines situations, l'intervention de tiers neutres peut être nécessaire. La médiation s’avère souvent efficace si le conflit y est abordé de manière précoce.

Médiation

"Je vis un conflit avec mon/ma collègue. J'ai entendu parler de la médiation et je pense que c'est une bonne solution. Pouvez-vous en organiser une ?"

Le GDC est en mesure de mener des médiations. Néanmoins, il est important de s'assurer que cette démarche soit pertinente dans votre situation. Il est nécessaire de pouvoir en parler ensemble préalablement. De plus, la médiation étant basée sur la participation volontaire des personnes concernées, le GDC devra donc aussi rencontrer votre collègue au préalable.

Démarche de groupe

"Nous sommes plusieurs à souffrir de notre chef,- de notre collègue - dans nos relations de travail. Est-il possible de venir en groupe au Groupe de confiance ?"

Oui. Les démarches de groupe sont tout à fait possibles. Selon la situation décrite, le ou la conseiller-ère estimera peut-être utile de vous recevoir individuellement, les problématiques de groupe ne permettant parfois pas de traiter des nœuds plus individuels qui pourraient être présents.


TEMOIGNAGES

"Je tiens à vous remercier aussi encore une fois pour l'attention que vous avez portée à ma situation, à mes demandes, à mes doutes et angoisses et pour votre écoute respectueuse qui m'a permis de faire un pas de géant vers l'apaisement. Cela m'ouvre désormais une porte vers une façon différente d'aborder les difficultés au travail."

"Je profite de ce message, maintenant que mon dossier est clos, pour vous faire savoir combien j'ai apprécié nos échanges, pas dans le fond puisque celui-ci n'était guère agréable, mais dans la forme. J'ai été très touchée par votre posture empathique et j'ai respecté l'objectivité et la distance que vous avez, néanmoins, su garder. Tout au long de notre rendez-vous, vous avez fait régner un climat de confiance, ce qui est à saluer compte tenu des circonstances !"

"Je vous remercie de l'aide que vous m'avez apportée par votre écoute attentive. J'en avais vraiment besoin et au sortir de notre entretien je me suis sentie allégée d'un grand poids."

"Votre aide m'a été précieuse. Les entretiens que vous m'avez accordés m'ont permis de gérer pacifiquement une situation professionnelle particulière tout en préservant mon équilibre personnel."

"J'ai été très sensible par votre accueil, votre écoute et vos conseils donnés lors de notre entretien. Je me suis sentie moins seule car j'ai pu "déposer" ma colère que vous avez accueillie sans jugement et dans le respect."

"Je vous adresse tout mes remerciements pour votre accueil. Je sens que mon approche des personnes (avec qui j'ai des difficultés) est déjà différente."

"Je voulais vous remercier de votre écoute, je suis parti en week-end dans un esprit de sérénité et je dois avouer que depuis le début de ces événements, c'est le premier week-end où j'ai pu pleinement profiter de mon entourage sans penser au travail."

"C'était bien pour moi de vous rencontrer. Je me rappelle des choses que vous m'avez dites et, étant donné les circonstances, je les considère comme des cadeaux. Ça se sent que vous avez l'habitude, l'expérience et les connaissances."

"Votre point de vue extérieur et neutre m'a été très utile tout au long de cette négociation."

 

 

 

Avez-vous un commentaire sur cette page?

Partagez cette page