Travailler à l'Etat pendant la pandémie

Le coronavirus modifie le travail des fonctionnaires
Le coronavirus transforme le fonctionnement de l'administration
Accès aux informations, conseils et directives concernant le personnel de l'Etat
Mesures prises par l'Etat-employeur annoncées par le communiqué de presse du 13 mars 2020 :

Dans le contexte actuel lié à la propagation du COVID-19, le Conseil d'Etat a pris les mesures suivantes en tant qu'employeur.

Le plan de continuité des activités de l'Etat a été mis à jour. Les prestations prioritaires ont été définies. Les collaborateurs-trices, qui délivrent une prestation définie comme prioritaire dans le cadre de ce plan, doivent assurer leur mission. Les personnes concernées seront informées par leur hiérarchie. 

S'agissant des collaborateurs-trices qui ne sont pas engagé-e-s dans des prestations prioritaires et qui demandent à rester à la maison pour garder leurs enfants suite à la décision de fermeture des crèches et des écoles, les mesures suivantes s'appliquent:

  • si les enfants ne sont pas malades, les collaborateurs-trices sont tenus-es de chercher une solution de garde, sans les confier à des personnes vulnérables*;
  • si les collaborateurs-trices ne trouvent pas de solution de garde, ils-elles travaillent depuis la maison.

De manière générale, les parents doivent tout mettre en œuvre pour éviter les absences prolongées. Si cela n'est pas possible, les mesures suivantes sont appliquées :

  • les jours d'absence seront comptabilisés en déduction des 10 jours accordés exceptionnellement par le Conseil d'Etat dans le contexte de la pandémie;
  • au-delà de ces 10 jours, l'absence est portée en réduction du solde d'heures positif ou, pour les cadres supérieur-e-s, des heures supplémentaires.

Ces mesures seront revues en fonction de l'évolution de la situation.

Dans ces circonstances extraordinaires, le Conseil d'Etat compte sur chacune et chacun pour faire preuve de responsabilité et de solidarité.

* Sont considérées comme particulièrement vulnérables:

  • les personnes de plus de 65 ans
  • les personnes de tout âge souffrant notamment d’une de ces maladies : cardio-vasculaires, hypertension artérielle, diabète, cancer ou d'une maladie chronique des voies respiratoires ainsi que d'une faiblesse immunitaire due à une maladie ou à une thérapie.