Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

Mobilités innovantes

Transports innovants - téléphérique
Grâce au développement des technologies et l'évolution de la manière qu'ont les Genevois de consommer la mobilité, il est désormais possible de réfléchir à de nouvelles formes de déplacements. Les nouveaux services de mobilité doivent permettre l'évolution d'une logique de propriété des véhicules à une logique d'utilisation, tout en participant à l'amélioration de la qualité de l'air, en réduisant les émissions de gaz à effet de serre et des particules fines.

TOSA

Fruit d'un partenariat public-privé inédit entre l'Etat, les tpg, les Services industriels de Genève, l'Office de promotion des industries et des technologies et l'entreprise ABB, la technologie TOSA est unique au monde. Elle permet de faire rouler un bus électrique de grande capacité en s'affranchissant des lignes de contact traditionnelles. Les batteries du véhicule se rechargent en quelques secondes aux arrêts et en quelques minutes aux terminus. La technologie TOSA est en service depuis décembre 2017 sur la ligne 23 des tpg, entre l'aéroport et Carouge.

 

De la douane de Bardonnex à l'aéroport par la voie des airs

Moins cher à réaliser qu'une ligne de tram ou de trolleybus, le principe du téléphérique urbain a déjà séduit de nombreuses villes à travers le monde. De New York à Medellin, en passant par Singapour et Londres, ce moyen de transport, plus connu en Suisse pour amener les skieurs sur les pistes, permet de transporter un nombre élevé de voyageurs avec des temps de parcours très intéressants.

 

A Genève, le Conseil d’Etat a initié une étude préliminaire en août 2017. Celle-ci vise à fiabiliser le tracé d'une liaison tangentielle de type « télécabine urbaine » qui relierait, sur douze kilomètres, la douane de Bardonnex au parc relais P+R P47 de Genève Aéroport, en passant par Perly, les Cherpines (3000 logements sur les communes de Confignon et Plan-les-Ouates), Bernex/Confignon, Blandonnet et l'aéroport.

 

L'opportunité de desservir ce corridor est importante, car il concentrera une part prépondérante de la croissance à venir des déplacements internes au canton, mais aussi avec les territoires limitrophes.

Pilotée par la direction générale des transports, cette étude associera à la démarche les communes concernées, l'aéroport et Palexpo.

 

Electromobilité

Les véhicules électriques apportent des solutions concrètes aux nuisances encore associées aux transports individuels. Ainsi, ils contribuent très directement à la protection du climat, car l'énergie électrique fournie aux usagers genevois est à 100% renouvelable. Mais c'est sans doute en termes de pollution de l'air que le progrès est le plus spectaculaire. Actuellement, le trafic motorisé est encore la principale source de pollution atmosphérique; or, un véhicule électrique durant son utilisation ne produit absolument aucun gaz d’échappement. Son bilan est également très favorable en termes de bruit, car un moteur électrique est parfaitement silencieux. Sachant que c'est le bruit mécanique qui est actuellement à l'origine des nuisances du trafic routier à moins de 35 km/h, on constate que les véhicules électriques apportent une importante amélioration de la qualité de vie des habitants, tout particulièrement dans le contexte citadin qui caractérise Genève.

 

Fort de ce constat, le Conseil d'Etat s'est doté à l'été 2017 d'une stratégie de l'électromobilité (https://www.ge.ch/document/electromobilite-strategie-electromobilite-2030 LINKER). Compte tenu de l'impact actuel du trafic sur la pollution atmosphérique, le Canton de Genève s'est fixé un objectif ambitieux : faire  en  sorte  que 10 %  des  véhicules  immatriculés à Genève à l'horizon 2030 soient à propulsion électrique.

 

Auto-partage: une nouvelle offre de mobilité

En avril 2016, le Conseil d’État genevois a modifié le Règlement d’exécution de la loi d’application de la législation fédérale sur la circulation routière, du 30 janvier 1989 (rsGE H 1 05.01 - RaLCR). Cette modification permet à des entreprises d’acquérir plusieurs macarons multizones moyennant le paiement d’une taxe annuelle de CHF 480.- pour chaque macaron. Ces macarons permettent aux clients de garer les véhicules en libre-service (gratuitement) sur la voie publique de manière illimitée (en zones bleues et blanches).

 

Depuis 2017, la société Catch a Car a obtenu de la part de la Fondation des parkings l'accord lui permettant de bénéficier d'un macaron multizone moyennant le paiement d’une taxe annuelle. Cette offre permet de localiser en temps réel cent voitures en libre-service, ce qui signifie se rendre d’un point A à un point B et de laisser, à l'issue du trajet, la voiture sur n’importe quelle place de stationnement située sur la voie publique (zone bleue et blanche). A Bâle, une Catch a Car remplace désormais quatre voitures privées. Pour en savoir plus sur le système Catch a Car: https://www.catch-a-car.ch/fr/home/

La mise en service d'un système similaire de scooters électriques en libre-service est actuellement en cours d'étude.

 

Des taxis électriques sur le Léman

Sea Bubble: c'est le nom donné à de petits bateaux électriques appelés à jouer le rôle de taxis sur le lac. Le développement de cette solution innovante et respectueuse de l'environnement est actuellement en train d'être étudié par les autorités.

Partagez cette page